Interview de Gerard Brazon dans le cadre des présidentielles 2017 sur le FN et Riposte-Laïque. Par Gérard Brazon

Publié le 22 Octobre 2016

Dans le cadre des Présidentielles de 2017, j’ai été l’invité de l’École Supérieure du Journalisme. Autant vous dire que la méfiance était bien présente. Mais l’invitant, Monsieur Baptiste Denis m’avait déjà interviewé lors des municipales en 2014 et 15 et son traitement de l’information était correct.

Ce que j’ignorais c’était que cette interview allait se faire à plusieurs voix. J’ai donc eu droit à différents interviewer qui m’ont semblé extrêmement peu  informés sur l’islam, son coran, et son système totalitaire. Plusieurs journalistes femmes ont paru étonnés des sourates que j’ai citées. Espérons que cette interview leur donnera la possibilité de s’informer au-delà des méchants islamophobes forcements racistes.

De même, sur l’information politique en générale. Ils sont comme la plupart des Français noyés par le « trop d’infos » et la bien pensance. Ils m’ont donné l’impression de survoler et non d’avoir creusé leurs sujets en répétant les mêmes propos que dans tous les médias sur Trump par exemple.

Pour débuter, j’ai donc eu droit aux élections municipales, les propos tenus par Stéphane Pichon dans l’Express sur mon islamophobie virulente, nuisant au Front National et sur cette sordide affaire d’un colistier inscrit sur ma liste, alors même qu’il était déjà sur une autre liste concurrente peu de temps auparavant. Le service électoral en amont aurait pu le signaler aux candidats concernés. Il ne l’a pas fait !  Cela s’est terminé au Tribunal administratif et au Conseil d’état avec l’annulation des élections de 2017. J’y ai vu pour ma part, un coup fourré du Maire de Puteaux, Joëlle Ceccaldi-Raynaud, qui a laissé faire, afin de flinguer en vol deux candidats en piste. Sa réponse à ma question était que c’était à la Préfecture et non au service électoral de le faire ! Hypocrisie totale. Ce n’était pas les premiers coups fourrés sachant les convocations en Mairie de colistiers du FN dans le but de les dissuader de rester sur ma liste. Tournons la page, même si je ressens encore les causes de cette blessure à mon intégrité.

Puis vient bien entendu, mon engagement auprès de Riposte-Laïque, mon islamophobie que je revendique haut et fort sachant que nul n’est prophète en son pays.

Un engagement de dix années qui au regard de ce qui se passe aujourd’hui, fait des patriotes islamophobes, des visionnaires, des lanceurs d’alertes. Tous, nous aurions préférés ne pas avoir eu raison. L’islam c’est l’islamisme au repos, l’islamisme, c’est l’islam en mouvement; c’est la même affaire disait Ferhat Mehenni !

J’ai donc eu droit à mes responsabilités départementales à SIEL, parti politique associé au FN, et à ma divergence avec Marine Le Pen sur l’islam compatible avec les lois de la République. J’ai défendu l’idée que l’islam n’est pas soluble et encore moins avec la vague migratoire. Pour autant, je voterai pour elle en 2017. Pour le reste, si vous le souhaitez, vous pouvez toujours écouter ces deux vidéos où j’y ai mis les photos les plus marquantes de ce combat des patriotes pour la France, pour la Patrie, pour la droiture et contre l’islam.

Gérard Brazon (liberté d’expression)

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Islamisation française

Repost 0
Commenter cet article

jean-luc 22/10/2016 16:08

Comme quoi, les journaleux ne font que dégueuler ce que les gouvernants leur imposent de délivrer comme infos; étonnez-vous qu'ils ne soient au courant de rien. Comme disait Coluche: "Si on n'a rien à dire, on n'a qu'à fermer sa gueule !". En somme, un métier qui a perdu toute sa substance, mis à part ceux qui sont dans des lieux conflictuels où se déroulent des opérations militaires, dans des lieux sinistrés ...