Autriche. Election présidentielle du 4 décembre 2016 Par Claude Haenggli.

Publié le 21 Novembre 2016

 

Autriche, Élection présidentielle 4.12.2016 : Le candidat de la gauche, soutenu par le parti communiste, aurait eu des parents proches des Nazis.

Au cours d’un duel télévisé sur la télévision autrichienne, le candidat de la gauche à la présidence Van der Bellen a ressorti l’accusation formulée lors du premier tour par le candidat socialiste (largement battu) concernant l’appartenance de Hofer à une "Burschenschaft" (société nationaliste d’anciens étudiants).

Hofer a simplement rappelé que Van der Bellen, lui, était officiellement soutenu par le Parti communiste. Interrogé par le présentateur de l’émission sur son appartenance à la franc-maçonnerie, Van der Bellen a répondu qu’il en était sorti, mais qu’il ne savait pas s’il figurait toujours sur la liste des membres d’une loge.

 Au cours de la discussion qui a suivi l’émission, Mme Stenzel, qui avait été elle-aussi candidate libérale pour la présidence et qui soutient maintenant Hofer, a évoqué les accointances des parents de Van der Bellen avec les dirigeants allemands de l’Autriche durant la seconde guerre mondiale.

Traduction (Claude Haenggli) : « Il existe en tout cas des soupçons que ses parents aient été pour le moins proches des Nazis », a dit Mme Stenzel, provoquant de vives réactions des autres participants. Elle a ajouté que Van der Bellen serait mieux inspiré de divulguer l’histoire de sa famille pour faire la lumière sur cette tache sombre. L’ancien chef des Verts autrichiens avait déjà été confronté en 2007 par le président du parti conservateur ÖVP du Tyrol à une accusation semblable.

Publié sur le site Les Observateurs.ch.

Il n'y a rien d'étonnant à ce que des socialistes aient des parents nazis. Personne ne peut-être responsable des choix de ses parents, de sa famille. On peut juste dire que le socialisme ait par essence une dictature. Certains comme Mussolini et Hitler ont orientés leur vision du socialisme vers le national, tandis que Lénine et Trotsky le voyaient internationaliste. Mais c'est la même racine et ce, depuis Robespierre.

Gérard Brazon

Rédigé par Gérard Brazon

Repost 0
Commenter cet article

jean-luc 21/11/2016 14:35

Quel que soit le pays, on n'hésite pas à remuer la merde. Quelle tristesse. Un chose est sûre: on ne choisit pas sa famille mais on choisit ses amis (au sujet des parents de Van de Bellen).