L'hystérie de la gauche française et américaine fait plaisir... Par Gérard Brazon

Publié le 11 Novembre 2016

grenade-trump

Toutes les gauches se ressemblent. En Europe comme aux États-Unis. Des manifestations violentes à Washington et ailleurs dans les rues après la victoire de Donald Trump. Restent à savoir qui est derrière ce foutoir, ces mouvements de contestions.

On remarquera que ces "démocrates" sont toujours les premiers à contester la démocratie lorsque celle-ci ne leur donne pas le pouvoir. Il y a du Robespierre, du Lénine, du Mussolini et de l'Hitler dans ces manifestations qui refusent le vote majoritaire de tout un peuple. La gauche montre son vrai visage comme hier, lors du résultat du Breixit. Cette gauche liée à la finance. Ces internationalistes, humanistes, trouvent des points communs avec la finance mondialiste. Qu'elle est la part de l'inconscient et du conscient dans ces réactions contre un vote démocratique des électeurs de Clinton ?

Quand on regarde l'histoire de l'humanité, on ne peut que constater que ce sont toujours les mêmes qui souhaitent le conflit au nom bien sûr de l'humanisme. Toujours les mêmes pauvres types qui vont sur les pavés pour contester une élection et mener des émeutes. Au nom de quoi ? Au nom d'un peuple qui les rejette finalement.

En France, nous avons entendu des socialistes, des députés déclaraient en public, devant des représentants du FN que si Marine Le Pen gagnait les élections, "nous ne laisserons pas faire".  Au nom des libertés, de la démocratie ? Sans réaliser semble-t-il, que si la démocratie porte au pouvoir Marine Le Pen, le minimum serait qu'elle puisse gouverner sans avoir à faire à des émeutes, des sabotages et que sais-je encore.

Mais en Socia-lie, la démocratie est une expression vide de sens. Autrefois, on guillotinait Place de grève au nom de la Liberté. On pendait les paysans sous Lénine, on assassinait ouvertement ou discrètement sous Mussolini et Hitler. Rien de neuf finalement.

Les mêmes "démocrates" manifestent contre l'élection de Donald Trump. Ils contestent, pleurent, soupirent, montrent et démontrent et se moquent finalement de la démocratie. En quoi leur déception serait-elle plus légitime que la joie d'un électeur de Trump ?

Allons-nous voir les artistes, les chanteurs, les acteurs, les milliardaires exprimaient leur peine de ne plus être reçus à la Maison Blanche ? Un peu comme les nôtres qui veulent quitter la France et les restos du cœur si Marine Le Pen devient la future Présidente ?

Allons-nous voir revenir sur nos terres, les bobos friqués de France quittant Los Angeles pour exprimer leur déception? Les Noah, les Macias, et autres Halliday vont-ils vendre leur propriété, là où ils sont en quasi permanence,  pour investir en France ? Je n'ai aucun doute ! Ils resteront sous le soleil de la Californie. C'est si bon de cracher sur les patriotes, de donner des leçons entres deux voyages et hôtels de luxe.

Que pensez des journaux de gauche humaniste comme le "Courrier international" qui montre un Trump avec une grenade dans la tête.

grenade-trump

Que pensez des Libé, de l'Obs, du Point, de l'Express et des rédactions de TF1, France Télévision et autres I-Télé et BFM-RMC. Tous, ayant  appuyé en bon démocrates, en dénonçant Donal Trump !

Pitoyable journaux d'informations prémâchées, validées d'en haut par les actionnaires de la finance. Honte à ces journalistes qui ont depuis longtemps oubliés la déontologie de base qu'est l'enquête, l'honnêteté de l'information, l'équilibre et l'équité.

Tous ces journaux vont désormais nous expliquer pourquoi ils ont eu tort tout en ayant eu "forcément" raison quelque part, dans leurs cerveaux embrumés. Nous n'avons pas fini de voir ces invertébrés ramper dans leur mélasse. Poutine et Trump chevaucheront sans s'occuper de ces invertébrés rageurs. Que l'on cesse d'écouter ces pitoyables "experts" de l'enfer serait la meilleure réponse à leur donner.

Gérard Brazon (Liberté d'expression)

Rédigé par Gérard Brazon

Repost 0
Commenter cet article

Pivoine 12/11/2016 14:52

Parti comme c'était, il ne pouvait que gagner. Au début, tout le monde croyait à une farce, puis il s'est qualifié pour représenter les Républicains. Quand on commence à s'imposer, en dépit de tous les obstacles dressés sur son chemin, c'est que la victoire est au bout !

jean-luc 12/11/2016 14:28

Je pense que nous avons déjà fait le tour en matière de journaleux. Nous savons bien que l'information a perdu tout son sens en n'étant plus objective. Le rôle de base d'un journaleux ou d'une journaleuse a perdu toute sa substance en délivrant de l'info subjective, orientée, engagée. D'un autre côté, si l'un et l'autre veulent conserver leur emploi, il faut bien qu'ils gueulent avec les loups qui les paient. Quelle honte quand je vois une R. Elkrief traîner dans la boue le Front National ... eh oui, "encore une souchienne" me direz-vous.

Jonas 11/11/2016 09:29

Je suis ravi , de voir ces lamentables journalistes qui vivent grâce aux subventions de se planter encore une fois.