Le scandale Hillary est lourd de conséquences Par Simone Wapler

Publié le 2 Novembre 2016

Pour Chronique AGORA

Ne vous y méprenez pas, cette fois-ci c'est sérieux et Hillary est dans de très sales draps. Comme vous l'explique Bill Bonner dans sa chronique du jour, vous ne pouvez plus épargner et investir sans tenir compte de la politique. Le rebondissement dans l'affaire des e-mails d'Hillary pourrait vraiment compromettre son élection et, même si elle était élue, la réduire à l'impuissance par la procédure dite d'impeachment.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les conséquences sur le dollar, la politique de la Fed et les marchés financiers seraient évidemment très importantes. La titraille très policée de L'Agefi de ce matin vous le prouve : "L'élection présidentielle américaine laisse plus de temps à la Fed. Les tensions liées aux déboires de Hillary Clinton conforte le scénario d'un statu quo aujourd'hui et d'une hausse en décembre".

Pour ceux que la campagne électorale de la parasitocrate démocrate ne passionnait pas, voici un bref résumé.

Hillary Clinton était sous le coup d'une enquête du FBI pour avoir utilisé une adresse e-mail privée et un serveur privé dans le cadre d'échanges officiels alors qu'elle était ministre des Affaires étrangères d'Obama. C'est interdit par le règlement du ministère pour des raisons de confidentialité et de sécurité. Hillary était sommée de produire ces mails litigieux. Heureusement, les messages ont été supprimés du serveur privé sur lequel ils résidaient avant que le FBI ne mette la main dessus. Le FBI se contenta d'un rappel à l'ordre et l'affaire resta sans autre conséquence judiciaire.

Patatras ! Dans le cadre d'une autre enquête pour pédophilie, le FBI remet la main sur les e-mails en question. Tout simplement parce que le suspect est le mari de la principale collaboratrice et amie intime d'Hillary. Cette personne correspondait par e-mail avec Hillary et partageait son informatique avec son présumé pédophile de mari. Décidément, la technologie...

Du coup le FBI indique vendredi 28 octobre qu'il rouvre le dossier Hillary Clinton. Apparemment, il reste quelques personnes intègres à Washington et au FBI car de plus en plus de fuites s'organisent sur Wikileaks. L'égout fuit salement et éclabousse même une candidate démocrate, la ministre de la Justice, Loretta Lynch, Obama lui-même... sur les casseroles de Hillary -- voir ici et ici.

A une semaine des élections présidentielles, voilà le FBI avec des milliers d'e-mails à éplucher, recouper... A ce niveau, même si Hillary remporte les élections, il est possible qu'elle soit sous le coup d'une procédure d'impeachment.

Trump, quant à lui, avait promis de nettoyer les écuries d'Augias en arrivant au pouvoir. Celui qui a dénoncé la Fed comme ayant gonflé la plus grosse bulle financière de tous les temps ne sera pas tendre avec Janet Yellen et son équipe.

En attendant, à la Fed, le mot d'ordre sera probablement "FREEZE", c'est-à-dire ne rien faire. Du coup, le dollar cède du terrain.

 

 

Rédigé par Gérard Brazon

Repost 0
Commenter cet article

jean-luc 02/11/2016 15:45

Ce n'est pas un scoop que tous ceux qui touchent à la politique sont pourris ! Regardez ne serait-ce que chez nous, en France ... et ça commence dans les communes !