Quand Sting chantait pour un dictateur esclavagiste pour 2 millions de dollars. Par Caroline Alamachère

Publié le 15 Novembre 2016

sting-bataclan

En février 2010, l’Express faisait paraître un article titré « Sting, la fille du dictateur Ouzbek et un paquet de dollars ».

Pour Riposte-Laïque

Alléchée par cet article qui me passait sous le nez, au lendemain de l’odieuse gifle donnée à nos victimes du 13 novembre 2015 par ce même Sting chantant sans vergogne « inch’allah » alors que 130 personnes ont trouvé la mort sous les balles de terroristes musulmans aux cris de « Allah akhbar ! », je ne pouvais qu’aller voir de quoi il retournait.

Sting c’est les années 80, les fameuses années de la naissance de la main jaune, des concerts pour l’Ethiopie, tout ça. Autant dire que le type est intouchable en tant qu’incarnation de l’humanisme, de l’écologie, de la fraternité.

Mais tout cela n’est que business et apparences trompeuses. Les pires individus peuvent se cacher sous des costumes de gentilshommes.

J’ai appris que le vieux rocker avait à l’époque touché un cachet de près de deux millions de dollars pour chanter en Ouzbekistan, à la demande de la fille du dictateur Islam Karimov, décédé il y a quelques mois, maître ès tortures et autres assassinats, lequel était, selon l’Express, « condamné unanimement par les organisations humanitaires comme l’ONU ou Amnesty International pour ses répressions brutales, sa pratique de la torture et serait responsable de la catastrophe écologique qui frappe la mer d’Aral, la réduisant à une simple flaque ». Rien que ça !

D’après l’Environmental Justice Foundation, les enfants ouzbeks sont réduits en esclavage et triment toute la journée dans des champs de coton.

Le billet d’entrée avait coûté 45 fois le salaire moyen d’un Ouzbek, et c’est le dictateur en personne qui a payé le chanteur pour distraire sa fifille qui s’ennuyait. Elle-même est d’ailleurs poursuivie par la justice de plusieurs pays européens pour le détournement de 300 millions de dollars au détriment d’une compagnie de télécoms suédoise.

Pris la main dans le pot de confiture, l’hypocrite Sting s’était maladroitement défendu en arguant que le concert était sponsorisé par l’Unicef, ce que ladite organisation a aussitôt démenti. Il a alors tenté une autre stratégie consistant à dire que le boycott avait pour conséquence néfaste d’enliser un pays dans son isolement avec à la clé un risque de durcissement de sa politique, exactement comme lorsqu’on tente de nous faire croire que les poseurs de bombes se radicaliseraient en prison et qu’il vaudrait mieux qu’ils en soient libérés. Il a ajouté qu’annuler le concert aurait été priver les Ouzbeks « du libre commerce des idées et de l’art ». Cela aurait surtout privé son propre portefeuille.

Sting est donc un humaniste de pacotille, un trompe-l’œil, un opportuniste surfant sur les cerveaux dûment formatés pour se faire de l’argent dessus, n’hésitant pas à brader ses beaux discours bidons pour les beaux yeux d’un dictateur qui a fait sa fortune sur le dos d’enfants esclaves.

Vu son absence de scrupules, on peut donc penser que pour sa prestation au Bataclan où il a insulté les disparus, Sting a dû toucher un gros cacheton. Payé par qui ?

Au-delà de la bassesse morale du chanteur, on peut aussi s’interroger sur l’effarante indulgence du public venu applaudir un « inch’allah » particulièrement inapproprié, un public sans doute plus avide de croiser une star que de songer à ceux qui sont tombés sous ses pieds.

Mais fort heureusement, tout ce petit monde vote bien comme il faut, convaincus qu’ils sont d’être le camp du Bien. Puisqu’ils le disent…

Caroline Alamachère

http://www.lexpress.fr/culture/musique/sting-la-fille-du-dictateur-ouzbek-et-un-paquet-de-dollars_850653.html

http://www.gala.fr/l_actu/news_de_stars/sting_chante_pour_une_dictature_198087

http://www.parismatch.com/Actu/International/Islam-Karimov-president-de-l-Ouzbekistan-est-mort-1050853

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Jonas 19/11/2016 17:45

Je ne suis nullement surpris.
Je constate que tous ces artistes se sont mobilisés pour plusieurs causes , mais pas un seul pour les chrétiens d'Orient,

jean-luc 17/11/2016 22:24

Ce n'est pas le seul qui devrait avoir mauvaise conscience. En ce moment, à longueur de journée, en vue des élections prochaines, ils sont des dizaines d'hypocrites à balancer leurs mensonges sur les plateaux télé ou aux infos. Alors soyons un peu indulgents avec les artistes ou ceux qui se prennent pour des artistes, ils ne font qu'imiter toute cette pourriture.