L'Europe Fait de la Critique de l'Islam un Délit - Par Judith Bergman

Publié le 14 Décembre 2016

Le danger de l'islam n'est pas seulement dans réalité sociale, sociétale et politique. Dans sa volonté d'interférer dans la vie des personnes, jusque dans le lit. Il est surtout dans l'abandon des droits de la liberté d'expression et la complicité active des gouvernements européens qui ont décidé à Bruxelles avec l'OCI (Association des 57 pays islamiques) d'imposer l'islam à l'Europe de gré ou de force. Cette attitude est un acte de trahison pur des peuples qu'ils gouvernent. Il faudra bien un jour, que dans tous ces pays, des dirigeants répondent de leurs actes.

Le temps presse pour ces gouvernements à la solde du Qatar et de l'Arabie Saoudite face à la montée de partis opposés à l'islam et singulièrement à l'immigration d'occupation de masse par cette immigration. N'ayant pas encore réussi à totalement endormir les peuples par médias interposés, propos rassurants, mensonges évident, ils veulent imposer l'islam par la force.

Gérard Brazon

Guerre aux Chrétiens

Par Gateston Institut

  • Geert Wilders est condamné aux Pays-Bas pour avoir suggéré, lors d'une campagne électorale, qu'il fallait « moins de Marocains », mais simultanément, une association de défense des droits de l'homme subventionnée par l'Etat explique que menacer les homosexuels du bûcher, de la décapitation, ou d'une balle dans la peau ne tire pas à conséquence car ce sont des musulmans qui profèrent ces menaces et que ce comportement leur est dicté par le Coran.

  • « Je maintiens que communiquer des statistiques qui déplaisent où énoncer une opinion contraire n'est pas un crime. » — Terhi Kiemunki, élue du Parti des Finlandais, condamnée à 450 euros d'amende pour avoir écrit une « culture et un droit fondés sur une religion violente, intolérante et oppressive. »

  • Depuis ce jugement, tous les citoyens finlandais sont désormais tenus d'opérer une distinction entièrement fictive, entre « islam » et « islam radical », sous peine d'être poursuivis et condamnés à une amende pour « diffamation et insulte envers les adeptes de la foi islamique. »

  • Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a déclaré : « ces distinctions très laides et offensantes sont une insulte à notre religion. Il n'y a pas d'islam modéré ou immodéré. L'islam est l'islam, un point c'est tout. » Il y a des musulmans extrémistes et d'autres qui ne le sont pas, mais il n'y a qu'un islam.

  • Il est troublant de voir avec quelle célérité les gouvernements occidentaux se montrent prêts à sévir contre tout ce qui ressemble à de l' « islamophobie », un mot trompeur qui désigne seulement une peur irrationnelle de l'Islam.

  • Compte tenu de la violence dont nous avons été témoins, ces Occidentaux qui ont étudié l'islam et écouté le discours des savants islamiques les plus influents, savent qu'il y a pas mal de choses dans l'islam dont il est légitime de s'effrayer.

​​​​​​​

Plusieurs gouvernements européens ont clairement fait savoir à leurs populations que toute critique de la politique migratoire européenne ou des migrants eux-mêmes constituait un délit pénal susceptible de conduire à une arrestation, des poursuites et même une condamnation. Outre ces pratiques dignes d'un État policier, les gouvernements européens ne s'arrêtent pas en si bon chemin. Ils entendent préserver l'islam de toute critique.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Islamisation française, #Politique Française, #Politique étrangère

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article