Les médias USA et Français prit en flagrant délit de mensonges Par Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.Info

Publié le 23 Décembre 2016

Il y a deux mois, 8 ou 9 femmes sorties de nulle part ont accusé Donald Trump de les avoir sexuellement harcelées. Avez-vous entendu parler de ces femmes depuis la victoire de Trump ? De procès en cours ?

Sorties de nulle part, elles sont retournées d’où elles étaient sorties : tout avait été fabriqué par les médias.

  • Pour le Brexit, pour l’élection de Trump et pour la primaire française qui donnait Alain Juppé vainqueur, les instituts de sondage ont lourdement pesé dans la guerre psychologique destinée à démoraliser l’adversaire.

    Avez-vous remarqué que le point commun de ces sondages négatifs est qu’ils accablaient comme par hasard le camp opposé de la gauche ?

  • Jill Stein, la candidate Vert à la présidentielle qui obtint à peine 1 % des votes, demanda un recomptage des voix dans trois Etats. Alors que ses chances de dépasser Trump étaient inexistantes, 7 millions de dollars lui tombèrent du ciel, et les médias assurèrent une couverture grandiose de ce non-évènement : ils parlèrent 12 fois plus d’elle que durant toute sa campagne électorale !

    Le recomptage donna des voix supplémentaires à Trump, et révéla une fraude à Detroit, remporté par Clinton, où le nombre de votes dépassait le nombre total d’inscrits.

    Stein est retournée là d’où les médias l’avaient sortie : de nulle part.

  • Hillary Clinton a tenté de mettre son échec sur le compte des fausses informations. A partir de là, Facebook, Google et les journalistes sont partis en croisade contre « la fausse info ». Des gouvernements frustrés d’avoir perdu le contrôle de l’information au profit d’Internet ont même promis de faire interdire les sites qui diffusent de fausses infos.

    La réaction ne s’est pas fait attendre, et ces mêmes médias qui dénoncent la fausse info furent exposés comme les principaux pourvoyeurs de fausses infos, le New York Times et le Washington Post en tête du cortège, et chez vous en France, Le Monde, Europe 1 et l’AFP.

  • Le New York Times, dans un éditorial qui retentit comme un coup de tonnerre dans l’ensemble des médias du monde, appela les grands électeurs à « voter selon leur conscience », pour qu’ils fassent barrage à Trump.Le message fut entendu, mais pas exactement comme le NYT l’imaginait : 7 grands électeurs votèrent selon leur conscience contre Hillary Clinton, et seulement 2 contre Trump.

    Les journalistes, qui se réjouissaient de ce retournement possible, gardent depuis un silence gêné.

  • Obama est monté au créneau pour réclamer une enquête approfondie sur le possible vol de l’élection par la Russie. Les médias en liesse hurlent que l’élection a été trafiquée et que Trump n’est pas légitimement élu, et que les Russes sont intervenus pour lui donner la victoire sur un plateau.Problème : lorsque Obama a été informé que la Russie était peut-être derrière le piratage du compte email du directeur de campagne de Clinton John Podesta, Obama n’a strictement rien fait, car il pensait qu’elle gagnerait l’élection.

    Il n’avait rien fait non plus lorsqu’en août 2015, le système d’email du Pentagone a été piraté.

  • Quand Bill O’Reilly, le journaliste le plus populaire d’Amérique avec le taux d’audience le plus fort du pays et est considéré comme le plus influent commentateur américain, a demandé en octobre dernier au Président Obama de lancer une enquête des services de renseignements sur un possible hack par la Russie, aucun média – je répète vu le bruit qu’ils font aujourd’hui – aucun média n’a emboîté le pas sur sa demande. Pourquoi ? Parce que le piratage de l’élection ne les dérangeait pas : Hillary devait gagner.

    Trump a gagné, et soudain Obama et les gauchistes réclament une enquête, certains parlent d’annuler l’élection !

  • La gauche tolérante et pleine d’amour, respectueuse de la diversité et avide d’unité s’est jetée sauvagement sur Kanye West et l’a insulté pour avoir rendu visite à Donald Trump à la Trump Tower.Ces belles âmes qui accusent Trump d’être raciste et suprématiste blanc, refusent les preuves qui contredisent leur dogme établi, et ils reprochent à West d’avoir dévoilé qu’ils mentent.

  • La dernière trouvaille de la gauche consiste à exiger la réforme du système électoral, qu’elle juge obsolète. Hillary Clinton a obtenu près de 2,8 millions de votes de plus que Donald Trump, mais c’est Trump qui est élu.Cela ne les dérangeait pas lorsque JFK a été élu avec moins de votes populaires que Richard Nixon (voir l’explication de RealClearPolitics).

    Ce que la gauche ne dit pas — et ne comptez pas sur les médias pour le révéler, c’est que les 2,8 millions de votes d’avance de Clinton sont concentrés en Californie, et le changement de système électoral, pensent-ils, leur assurerait la victoire, permettrait surtout d’éliminer la majorité de l’Amérique qui dérange leur stupide programme.

  • La dernière mesquinerie : des pressions énormes ont été exercée contre Andrea Bocelli, qui devait chanter à la soirée d’inauguration du 45e Président des Etats-Unis. Le monde des arts, si pur, si bienveillant, si noble, si spirituellement élevé, a menacé Bocelli que s’il acceptait de se produire à la soirée inaugurale de Trump, sa carrière serait finie. Il ne se produirait plus nulle part, ne pourrait plus réaliser d’albums, ses chansons ne passeraient plus à la radio, et les plateaux des télévisions lui seraient interdits.

  • Bocelli a pris peur et est revenu sur sa décision.

    Le vertueux monde des arts a dit être prêt à briser la carrière artistique du grand artiste, par humanisme.

Guy Millière a raison. L’élection de Donald Trump va détruire trente ans de propagande progressiste soigneusement tissée pour détruire l’homme libre, trente ans de flicage de la pensée et de dictature du politiquement correct.

Pour moi, 2016 restera dans l’histoire comme l’année noire où les médias ont perdu pied. Entre CNN qui fit passer les questions du débat à Clinton, le New York Times qui demanda au camp Clinton de valider un article qu’il allait publier, où en France cette farce de l’information jouée en direct, la confiance du public dans les médias a atteint le fond. Jean-Jacques Bourdin de RMC - BFMTV a découvert à ses dépens que 91 % de ses auditeurs pensent que les médias mentent. 6 % des Américains ont encore confiance en eux.

Après l’avoir exposé, 2017 sera l’année où Internet déchirera en lambeau l’activisme des grands médias. Déjà, ils savent qu’ils ne pourront plus jamais rien vous cacher : au moindre soupçon, vous trouverez l’information sur Internet.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Repost 0
Commenter cet article

jean-luc 23/12/2016 22:02

"Trump a gagné, et soudain Obama et les gauchistes réclament une enquête, certains parlent d’annuler l’élection !" J'ai entendu ces mots dans la bouche du nabot espingouin si le Front National passe en 2017 ... Encore heureux que l'on peut avoir de la vraie info, de l'info objective par des sites comme "Liberté d'expression". Et j'espère qu'internet portera un coup fatal aux chaînes de télévision qui ne délivrent que de la m----.