Nos dirigeants devront être jugés pour haute trahison ! Par Gérard Brazon

Publié le 22 Décembre 2016

Comme je l’écris souvent, trop souvent, nous vivons une drôle d’époque. Passionné par l’Histoire, par la géopolitique, j’ai souvent le regard dans le rétroviseur et cherche à comprendre ce qui a fait l’Histoire de mon pays, les compromis, les victoires, les défaites, les lâchetés  diverses, les courages exceptionnels. J’ai remarqué qu’en France, il y a toujours des êtres fantastiques qui surgissent, agissent, souvent meurent et parfois sont totalement oubliés.

Combien de manants, de journaliers, de garçons de ferme, de paysans, d’ouvriers, de bourgeois et de nobles courageux sont morts dans l’oubli, pour une Geneviève défendant Paris des envahisseurs Vikings, pour une Jeanne boutant l’Anglais, en souvenir d’une Charlotte plantant son couteau, ou d’une Madame Roland montant avec courage à l’échafaud, etc. Et bien d’autres au masculin bien sûr. Tous ces modestes Français d’en bas, ces sans-dents morts sur les barricades, envahissant par la faim ou la soif de liberté, les châteaux des Seigneurs locaux, et tous ceux morts sur les champs de batailles, et dans les foules anonymes et nombreuses, et tous sortis de l’Histoire par la petite porte…

Nous avons encore des Français qui descendent dans la rue pour défendre leurs acquis sociaux, leurs boulots, leurs droits et même des gentils qui défendent la veuve et l’orphelin pour peu qu’ils soient clandestins, des « Je  suis Charlie » manipulés qui ne bougent plus pour soutenir un dessin de Riposte Laïque. D’autres plus rares hélas, qui manifestent pour faire entendre leur protestation, leur honte contre les dirigeants de notre nation, ceux qui dirigent les médias, ceux qui gouvernent les âmes et les esprits ; du politicien au curé, en passant par le journaliste, détruisant à leurs niveaux, les certitudes des citoyens attachés à leur culture, à leur histoire, à leurs familles, à leur société et refusant l’éclatement de la famille, de la filiation, socle fondateur de notre société.

Combien de Français ressentent-ils inconsciemment ce malaise profond que diffuse notre époque trahie par ces « édiles » polico-médiatiques qui, comme des parents aimants, ouvrent leurs bras aux Français pour mieux  les asphyxier.

Chaque jour qui passe nous démontre que la haine des Français n’est pas tournée vers l’étranger. Elle est de manière subtile tournée vers lui-même. Par un étrange jeu de miroir, mis en place par vingt ans de destruction de soi par les élites, le Français se déteste et devient acteur de son suicide.

Chaque jour, par l’intermédiaire de discours politiques, et des médias, le Français est amené, voire guidé par ces élites à se suicider sans qu’ils comprennent pourquoi. Certes, ce n’est pas un suicide qui se termine par un grand massacre de type sectaire dans une grange ! Ce n’est pas les massacres des Vendéens à la Trudeau sur ordre de Robespierre. C’est un meurtre lent, un étouffement silencieux.

Chaque jour, les citoyens de France ont été amenés à se déconsidérer, à se critiquer, à se détester parce que blanc, judéo-chrétien, croyant ou non. À se vomir pour ce qu’ils auraient commis il y a 1000 ans, 400 ans, 200 ans.

Chaque jour, nos élites témoignent sur toutes les radios et télévisions, cette honte disent-ils des croisades, de l’esclavage, de la colonisation, et j’en passe de toutes ces guerres d’occupation du premier Louis aux derniers Napoléon en passant par Clovis et Charles Martel. Car c’est bien de ça qu’il s’agit. Nos élites souhaitent nous détruire tout simplement, en nous demandant de payer pour des actes que nos ancêtres, vos ancêtres, mes ancêtres paysans de la Sarthe, de la Beauce, du Perche n’ont jamais commis, eux qui n’ont sûrement jamais vu un noir de près lorsqu’ils labouraient leurs lopins de terre, et bien souvent, un lopin qui n’était même pas à eux. Champs de misère, de maladies et des morts de fatigue.

Notre époque est suicidaire. Ceux qui ont décidé de ce suicide sont à l’abri. Ils ne porteront pas pensent-ils, de responsabilités de crimes contre l’humanité, pas même de guerre puisque les attentats sont commis par d’autres. Personne ne voudra éclairer les citoyens de France qu’en fait, non seulement ils ont désarmé les Français, mais qu’ils ont armé les terroristes d’une manière ou d’une autre, si ce n’est en les encourageant par leur discours compassionnels, leur litanie anti France mortifère et culpabilisante.

Ces élites ont désarmé ce peuple de France en lui faisant embrasser la main d’un musulman Place de la République, en forme de pardon, parce que ce peuple aurait pu hurler sa douleur des morts  du Bataclan, ceux du Palais des Sports, ceux de Nice, celui du chef d’entreprise décapité, comme le prêtre, et tout cela au nom de l’islam. Ainsi, et de cette manière, le peuple de France est invité par ces dirigeants à tendre sa gorge en signe de rédemption pour des crimes qu’il croit devoir assumer. C’est ce message qui est diffusé par les politiciens au pouvoir depuis plus de vingt ans, de droite comme de gauche, et par les journalistes en globalité, et même étrangement, par l’Église de France, ces prélats dhimmisés et le Pape de Rome.

Ce suicide est désiré par toutes ces élites qui pensent que le blanc chrétien est coupable !  Au fond et de fait.  Elles pensent que le blanc n’a plus le droit de dire joyeux Noël, de fêter le Noël chrétien hormis pour sa valeur commerciale, d’ériger des sapins sur les places publiques, de mettre des crèches dans les Mairies et autres, etc.  Il est donc interdit de dire vacances de Noël, mais d’Hiver, de dire vacances de Pâques, mais de Printemps. Et tout est à l’avenant… Nos calendriers perdront leurs Saints, et gagneront en Mohamed. Grand remplacement oblige.

Ces différents attentats contre notre Histoire de France, notre culture millénaire, nos luttes pour les libertés, celle des femmes à être les égales en droit et dès la naissance, ne date pas d’hier. Ces attentats s’accélèrent par les succès que rencontrent les partis patriotes dans les différentes nations de cette vieille Europe. Le pire étant que même les musulmans n’en demandaient pas tant finalement. Nous leur offrons le couteau que nous avons nous-mêmes aiguisé.

Par un étrange phénomène politico-sociétal, les dirigeants de cette belle Nation, Église comprise, ont décidé d’émasculer tout ce qui pourrait être un relief, une volonté, une agressivité, une résistance à leur but final. Donner la France à la mixité, au métissage obligatoire, à l’islamisation et à la mondialisation. La rendre cuisses ouvertes à tous les envahisseurs et cela suppose que les Français n’aient pas le désir de la France, n’aient pas l’envie de se battre pour elle, de défendre leurs ancêtres injustement accusés, de soutenir leurs Rois, leurs Empereurs et leurs grands Républicains d’hier. Une France féminisée, accueillante et  offerte !

Écoutez-les sur vos radios, vos télévisions ces journalistes qui suent la haine de cette belle nation qui a été hier, la nation la plus puissante d’Europe si ce n’est du Monde avec l’Empire Britannique.

Écoutez ces politiciens qui ne voient la France que comme un petit pays, une moyenne puissance. Tous cherchent à la réduire à quasiment rien au regard de l’économie alors même qu’elle est en capacité de redevenir un grand pays sur tous les plans. C’est d’ailleurs pourquoi ils haïssent Vladimir Poutine qui ne cède pas un pouce dans son pays à cette volonté de détruire les nations de l’intérieur et se bat pour conforter celles qui souhaitent rester souveraines.

Leurs héros ne sont pas franchouillards à ces « élites ». Les nouvelles gloires médiatiques mises en valeur sont rarement hexagonales, pas même d’Outre-mer, mais venues d’Afrique, du Moyen-Orient, afin de vous confirmer que la civilisation française d’autrefois n’a plus rien à apporter, hormis ses crimes et sa culpabilité qu’ils étalent avec volupté dans des tonnes d’émissions et de téléfilms hebdomadaires, validés culturels, parce que politiquement corrects, et tournent autour de véritables obsessions gauchistes anti françaises, comme sur les négriers, la colonisation, l’occupation, les nazis, etc. Et tout cela, au nom de la mémoire, véritable machine politique dévastatrice de par son orientation négative des Français de France dans l’histoire.

L’immigration de masse, l’entrée scandaleuse de déserteurs et autres clandestins apporte la touche finale à cette mort lente par asphyxie.

Il faudra bien que du plus profond du peuple de France, des âmes, des esprits, des cœurs se soulèvent. Il faudra bien que d’autres Geneviève, d’autres Jeanne, et des Charlotte viennent, et soient nos nouvelles héroïnes révoltées, celle de la résistance.

Il faudra bien que demain, ce peuple de France se soulève et fasse savoir à ces élites de la trahison, et de la honte, qu’ils devront être jugés d’une manière ou d’une autre.

Ami, entends-tu les cris sourds du pays qu’on enchaîne?  Ohé citoyens de France, ingénieurs, techniciens, ouvriers, chômeurs et paysans, c’est l’alarme. Soyons partisans !

Nous connaissons les ennemis de la France, ils portent tous de beaux habits à la télévision, et ils nous bercent aux 20h, continuent à nous endormir le matin par leurs beaux discours à contretemps. Ils pérorent le plus souvent, nous trompent et se déguisent en bergers. Mais sous les beaux habits, c’est l’odeur nauséabonde de la trahison.

« Une porte a livré passage à tous les malheurs qui frappèrent la France à travers son histoire ; C’est la porte où avaient fui les enseignements du passé ! La fin de l’espoir est le commencement de la mort. » disait De Gaulle.

Gérard Brazon

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française, #Islamisation française

Repost 0
Commenter cet article

Versaline 23/12/2016 06:34

Que nous sommes malheureux, nous les patriotes de voir ce qu'ont fait les traîtres à la Nation de ce si beau pays ! et surtout de voir les nouvelles générations ne point ressentir pour leur beau pays cet élan que nos aînés ont entretenu et insufflé pendant des siècles : l'amour de leur pays... C'est évident que la fin de l'espoir est le commencement de la mort...

jean-luc 22/12/2016 21:39

Merci pour cet éloquent discours.