Joffrin veut qu’on réécrive l’Histoire de France à sa sauce multiculturelle Par Gérard Brazon

Publié le 14 Janvier 2017

Il n’y a rien de pire que d’avaler un article de Laurent Mouchard, dit Joffrin qui tente de nous expliquer que le nationalisme est à vomir et que le roman national doit être abandonné voire détruit en petits morceaux et reconstruit sous la forme du multiculturalisme et d’un roman relativiste. « La France n’a pas d’ethnie fixe, ni de frontières naturelles ». 

Il commence sa déjection par rappeler que Clovis n’était pas Français puisque né en Belgique. La belle affaire puisque la France n’était pas non plus la France à cette époque. Qu’il était allemand, alors même que l’Allemagne n’existait pas non plus et qu’il était né sous le prénom de Chlodowig. Dans un moment de lucidité, il prend la précaution de dire bien après son délire, que tout cela n’a pas vraiment de sens puisque cette période est bien antérieure à la situation politique actuelle. Le bon sens n’étant pas sa tasse de thé, il a donc commencé à l’envers.(Libé 11/01/ P3)

Nous avons ensuite une critique acerbe de François Fillon qui regrette l’abandon du récit national. Une critique de la droite identitaire, comme si Fillon était un identitaire ! Il affirme que notre récit est « mythologique et trompeur » et qu’il conduit tout droit au nationalisme. Le nationalisme étant l’ennemi comme le disait le collabo et fabulateur Mitterrand avant lui. Il est vrai que de la part d’un fils de millionnaire, fils à papa, ancien militant trotskiste, il n’y a rien d’étonnant. Il y a des personnes comme ça qui sont en capacité d’évoluer, d’autres non.  Même en vivant très bien dans une société capitaliste, Laurent Joffrin né Mouchard, n’a pas changé. Il est toujours cette petite lumière ridicule qui vacille derrière la fenêtre d’une prison mentale.

Qu’a t-il encore commis ? Il fait l’éloge d’un bouquin d’Histoire de France réécrite. Une nouvelle interprétation. L’ Histoire mondiale de la France qui « décentre l’ancien récit national« ,  de l’anti-Michelet. Il offre une relecture de ce récit national par une histoire bien lue, qui  démontre la nocivité de notre récit actuel.

Le reste est à l’avenant, de type citoyen du monde :  la France est un pays de mélange, d’ouverture, (…) qu’il n’y a pas d’ethnie fixe, ni de frontières naturelles ! Le bougre en profite pour nous rappeler l’agression coloniale. Notre récit actuel sert à préparer une France intolérante. Il conclut par un hymne en vantant cet autre récit national qui refuse de laisser le monopole du passé français à une escouade d’idéologues réactionnaires. Laurent Mouchard, dit Joffrin juge à l’aune de cette même idéologie qui aura pourri la France pendant des années.

Alors, c’est quoi cette « histoire de France alternative » comme l’annonce ce titre de Libération. Ce journal gauchiste de destruction des fondations culturelles nationales et des patriotes. Quelques exemples :

Cela commence par la négation de Vercingétorix et d’Alésia qui ne serait qu’une construction pour valider l’idée qu’après la défaite, il y a la victoire. Bien entendu Vichy s’y trouve en bonne place,

Les conséquences de l’explosion du volcan Tambora en 1816, pour le reste de la planète entraînant des difficultés sociales en France. C’est là que l’on constate que l’Histoire de France n’a pas de frontières et tant pis si c’est aussi l’acharnement de la restauration contre une France Bonapartiste.

La loi du 10 août 1927 sur la volonté du pouvoir en place, de promouvoir une immigration pour compenser le manque d’enfants des Français. Mais rien sur les conséquences du désastre de 14/18 où les femmes n’avaient plus trop d’hommes à mettre dans leur lit.

Petit couplet sur les vertus de l’immigration bien sûr. Un rappel intéressant et a contrario sur la difficulté d’être naturalisé avant 1927.

On y apprend que grâce à cette loi, il ne faudra plus que trois années pour demander la nationalité française, que les  femmes françaises ne perdraient plus leur nationalité du fait d’avoir épousé un étranger, que les tests sans faute, et les contrats d’intégration ne seront plus une cause de refus, etc.

Cette demande d’immigration pour avoir plus de Français, est surtout une demande du patronat et des associations populationnistes, équivalentes à notre droite actuelle dit-il. La vraie raison on s’en doute est, qu’il n’y avait plus d’hommes dans les usines et les champs. Comme quoi, la gauche était aussi immigrationniste à cette époque. Il est vrai qu’au même moment elle était aussi plus raciste que la droite et surtout colonialiste.

Une petite note pour ceux qui pensent qu’il n’y a rien à faire avec l’insécurité, la loi du 10 août 1927 a ouvert la déchéance de la nationalité aux auteurs d’actes incompatibles avec la qualité de citoyens français et peut s’étendre à l’épouse et aux enfants du banni.

Il y a donc de quoi se référer à l’histoire et reprendre cette loi du 10 août 1927 pour en tirer les conséquences.

Je vous avoue que cette lecture de Libération me fut vraiment pénible. Ce journal transpire la haine de la France patriote. Il est boursouflé de certitudes humanistes et empli d’hypocrisie. C’est un amas d’infos bien-pensantes et internationalistes. Bref, on en sort comme on sort du fond d’une piscine, avec l’envie de respirer et la rage au ventre. L’avantage est qu’on peut le mettre dans la cheminée, là où il émet quelques flammes et donc de la lumière.

Pour le plaisir, voici une vidéo ou Nicolas Sarkozy torche le nez de Laurent Mouchard né Joffrin. Nous sommes en 2008, c’est l’époque maudite s’il en est, de l’ouverture à la gauche et à des ministres  socialistes qui ont bien lessivé la planche du Président en place.

Gérard Brazon

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Repost 0
Commenter cet article