Primaires socialistes : restez chez vous Par Gérard Brazon

Publié le 22 Janvier 2017

Qui va aller voter dimanche. Qui va aller perdre son temps et se peler les doigts pour déposer un bulletin pour favoriser l’un des ministres de Hollande hier.

Les pieds nickelés socialistes

Par quel nettoyage de cerveau, lobotomisation, les Français vont-ils faire un choix entre les différentes pestes et le choléra.

Entre la graine de soviétique Hamon qui joue les distributeurs d’argents des contribuables, « on rase gratis » !

La grande gueule de Montebourg qui se découvre patriote ou algérien suivant les moments et les endroits !

L’affreux Peillon qui se prend pour Robespierre, et oublie d’aller assumer son rôle de député européen !

Que dire de Bennahmias et de son humour à deux balles, qui ne sait plus dans quel parti il peut aller, les ayant tous faits, y compris le MoDem,

L’inconnu De Rugy, sans compter la Pinel qui n’est pas, une fine lame !

C’est le bal des nuls, la gauche socialiste en décrépitude, les preuves sur pattes derrière les pupitres de cerveaux malades de la bien pensance. Nous les avons vus œuvrer, et nous avons pu  les voir se ridiculiser, mentir pendant ces dernières années.

C’est la clique à Hollande des premiers jours, et c’est la claque des fins de soirées. C’est la baffe du valeureux Breton sur Valls. Une gifle bien méritée et approuvée par le fameux Guillaume de Grenoble, qui éclaté de rire, a eu le temps de dire que c’était 66 millions de Français qui auraient aimé lui en mettre une.

Sincèrement, Français de droite et de gauche, qu’allez-vous faire ce dimanche qui vient ? Déposer vos euros, signer une charte, attraper la crève en faisant la queue ?

N’avez-vous rien d’autres à faire en cette journée du seigneur que d’aller voter pour ces saigneurs ? Ces buveurs de sang patriote, ces canards boiteux de la politique, ces menteurs, ces fabulateurs, ces tristes sires ?

N’avez-vous une couette à chouchouter, une compagne, un conjoint à qui faire des câlins, des enfants avec lesquels discuter. Allez-vous perdre votre temps, vous priver de leur tendre affection ? Et même si ce n’est pas vrai, même si vous vous emmerdez chez vous, parce que seul, ou mal accompagné, allez plutôt boire un verre, et sentez monter en vous le plaisir divin de savoir que tous ces candidats qui aspirent à être un lego dans la vie socialiste, une pièce de rechange, un personnage rue de Solferino, vont se bouffer la rate pour savoir qui sera le cinquième lors du premier tour de l’élection présidentielle.

Parce qu’en fait c’est pour ça, et uniquement pour ça, que vous allez vous peler les doigts, vous choper la grippe ou la bronchite, vous attraper une gastro, pour que le gagnant final de cette pitoyable guerre des boutons, la bataille de coqs, de celui qui pisse plus loin. C’est pour ça, et pour vous devez le savoir, le gagnant sera de toutes les façons, cinquième derrière Mélenchon, Macron, Fillon et Le Pen.

Restez chez vous et envoyez un vrai message ! Que les socialistes assument enfin leur tumeur, leur cancer, cette maladie qui vient de 1789, cette saloperie qui fait si mal aux Français et à la France. Qu’ils ne se plaignent pas, car il fut un temps, où cette affaire aurait été réglée sur la Place de la Concorde, à la hauteur de la statue de Strasbourg ! Et au loin, on entendrait la voix de Madame Roland. « Liberté, que de crimes ces socialistes ont-ils commis en ton nom« .

Gérard Brazon 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Repost 0
Commenter cet article

jean-luc 23/01/2017 14:33

On ne peut pas empêcher les couillons de s'exprimer dans les urnes. Ne nous étonnons pas que la France soit à genoux au regard de ce que l'évènement à déplacé comme attardés mentaux qui se sont sans doute sentis honorés de verser leur obole.