En guerre contre Marine, Radio Paris ment, Radio Paris est musulman - Par Gérard Brazon

Publié le 14 Mars 2017

France-Télévision est de gauche. Ses rédactions, son personnel se réclament de cette gauche socialiste et ceux qui ne le sont pas se taisent par peur d’être stigmatisés. Les plus de 40 ans n’ont pas oublié l’ORTF qui était sous le contrôle d’un ministre de l’information. Aujourd’hui, c’est pire.

Nous avons aujourd’hui, une Radio-Télévision-Française quasiment aux mains du parti socialiste. Pour s’en convaincre, il suffit de regarder les infos sur France2, France3, France5, et autres. D’écouter les discours et commentaires sur France-Inter, France-Info, RFI, et autres multitudes d’antennes, tous au service d’une propagande gauchiste.  

Nous avons pu constater que France-Info est dans la propagande la plus lourde. Les nazis et les soviétiques, avec les moyens de l’époque, avaient eux, un minimum de finesse.  France-Info fait dans le lourd, dans le pesant, dans la grosse ficelle. Alors dire que France-Pravda-Télévision n’a peur de rien, c’est une réalité, c’est d’ailleurs à cause de ça qu’on reconnaît les animateurs de ces émissions et autres clips. Dans cette vidéo, vous y verrez et entendrez le beau discours des immigrés, richesse de la France. Pour mémoire, 3,5 millions de chômeurs, près de 8 millions de pauvres ! Surement des faux chiffres issus de l’extrême droite.

Nous pouvons faire cette remarque également aux producteurs de téléfilms qui incluent systématiquement des faits de société dans leurs scénarios. Des pauvres migrants aux pauvres jeunes stigmatisés par la police. D’ailleurs, dans tous les téléfilms, les jeunes qui sont coupables de viols, de meurtres, de violence, y compris dans les cités, sont des Dupont ou des Durand ! Des Babtous, des Franchouillards bien clair de peau.

Allez savoir pourquoi, ils s’acharnent à nier une vérité devenue banale pour tous les Français ! Ils peuvent la constater chaque jour. Qui dégrade, qui agresse les pompiers, la police, les médecins ? Qui viole, tue aux couteaux, à la hache ou pille les magasins à la moindre occasion ?  Silence sur les prénoms, ce sont des jeunes Français. Circulez, il n’y a rien à voir bande de racistes !

L’insécurité, le radicalisme islamique, la violence sont évacués au profit d’une violence à sens unique. Celle des Français de souche envers l’immigré, le clandestin, le travailleur immigré. Même si celle-ci existe, elle reste minoritaire.

Cette vérité est contraire à la doxa socialiste qui affirme que la violence est d’abord, celle issue des Franchouillards. Clairement, cette doxa socialiste est du racisme anti France au nom de l’immigration, du communautarisme, du mondialisme, parfaitement assumé par ces antennes financées par les contribuables. De plus en plus, nous entendons des discours de ce genre : Radio-Paris ment, Radio-Paris est musulman ! Rien n’est fait pour renverser cette tendance et rendre ces radios et télévisions pluralistes et équitables.

Les Français, le  Front National et sa Présidente Madame Marine Le Pen sont dans cette machine à essorer les idées. France-Pravda-Télévision avec d’autres, sont à la manœuvre et cherchent à fabriquer le citoyen de demain : inculte, sans passé, sans  histoire, sans racine, une histoire javellisée, une culture niée, une langue oubliée, remplacée par un sabir des cités, par un anglais de caniveau. Toujours cette vieille idée fasciste de l’homme nouveau en faisant table rase du passé !

Alors tout est bon, y compris les plus vieilles ficelles dignes d’un point Godwin à décerner à Alexis Corbière, le porte-parole de l’admirateur de Fidel Castro, Hugo Chavez et autres dictateurs d’Amérique du Sud, le démocrate populaire Jean Luc Mélenchon, celui qui dit qu’il détesterait vivre uniquement avec des blancs, des blonds aux yeux bleus. Donc, l’inénarrable Corbière qui sévit souvent sur RMC avec son ami Eric Brunet déclare au sujet d’une affiche Filloniste idiote, qui représentait Macron entouré de ses complices, avec un chapeau de banquier : »Cela m’a choqué dit le bougre, et cela me rappelle une affiche du parti nazi dans les années 30 (…) où l’on voit un personnage avec un haut de forme et un nez crochu ». Pitoyable remarque ! Toujours ce discours qui, 80 ans après, cherche à faire taire, à diaboliser et à nuire. En appeler 75 ans après, à Hitler, il fallait le faire ! Les socialistes collabos n’ont décidément peur de rien, et pour cause, personne à droite ne leur rappelle cette collaboration historique avec les nazis pendant l’occupation allemande.

Fillon, très courageux, comme d’habitude, a cédé à la pression des fascistes rouges. Il n’a pas rappelé les images ignobles sur Sarkozy, ni les insultes de cette gauche envers Marine Le Pen, chez Ruquier. Mais il est vrai, qu’elles étaient de gauche. Donc innocentes par définition.

Que dire des mensonges de France-Info qui accuse le Front National de détournement de fond alors même que c’est dans le cadre des fonds alloués à tous les partis politiques qui ont un groupe au parlement européen. Même si l’intervenante, un peu plus loin, avoue que:« Ils savent utiliser l’argent dont ils ont droit au Parlement Européen ». C’est un minimum ! Le « détournement » devient donc un droit attribué aux groupes ! Ambiguïté volontaire pour nuire à l’image du Front National ? C’est une évidence.

Terminons sur un reportage qui ne vient pas de France-Pravda-Télévision. Un reportage allemand sur des élus européens de chez eux. Cela nous change des éternelles accusations sur les élus du Front National au parlement. Vous y verrez même une élue des verts, de cette gauche moraliste prise la main dans le sac de bombons.

Gérard Brazon 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Islamisation française, #Point de vue

Repost 1
Commenter cet article

Marie-Claire Muller 21/03/2017 23:12

Enquête : Emmanuel Macron est bien le candidat des Etats-Unis
Partager sur Facebook Tweeter
Email, RSS Follow

Emmanuel Macron n’est pas seulement le candidat des centristes et d’une partie du Parti socialiste : pour de puissants réseaux politico-économiques, l’ancien banquier est aussi leur représentant quasi officiel à l’élection présidentielle. L’étude de la French American Foundation permet de mieux comprendre le soutien inconditionnel d’un grand nombre de médias (voir le dossier Emmanuel Macron et les médias : L’amour parfait) à sa candidature. Enquête.

Emmanuel Macron ne se doutait pas qu’en entrant à la French American Foundation en 2012, sa carrière connaîtrait un tel coup d’accélérateur en étant propulsé cinq ans plus tard comme l’héritier de François Hollande, lui-même Young Leader de la French American Foundation en 1996.

La French American Foundation : incubateur de la pensée atlantiste

French American Foundation 2La French American Foundation a été lancée en mai 1976 aux États-Unis, lors d’un dîner à l’ambassade de France à Washington auquel participaient le président de la République Valéry Giscard d’Estaing, le président américain Gérald Ford et l’ancien conseiller diplomatique Henry Kissinger. Cette fondation ayant deux sièges officiels (l’un à New York et l’autre à Paris) a pour but d’influencer les décideurs français (politiques, économiques, culturels) dans le sens voulue par la politique étasunienne.

Dès lors, selon un ancien recruteur de la French American Foundation, l’Américain Ezra Suleiman, son travail était de « trouver les personnes qui feraient l’opinion et seraient les dirigeants de leurs sociétés respectives » afin de les former et d’influer sur le gouvernement français, le monde économique et l’opinion publique. D’ailleurs, le programme emblématique visant à sélectionner et former les décideurs de demain, celui des Young Leaders, « est emblématique d’une nouvelle forme de diplomatie douce : il incarne une des facettes du soft power, sans toutefois s’y restreindre » selon Leah Pisar, ancienne directrice des programmes de la French-American Foundation à New York, ex-conseillère de Bill Clinton à la Maison-Blanche.

Et depuis 1981 et le lancement du programme des Young Leaders, la French American Foundation a recruté avec une sélection extrêmement poussée la quasi-totalité des dirigeants des grandes entreprises françaises (Henri de Castries, Anne Lauvergeon, Denis Olivennes, Hakim El Karoui, Pierre Kosciusko-Morizet, etc), un président de la République (François Hollande), des dizaines de ministres et de députés (Marisol Touraine, Aquilino Morelle, Arnaud Montebourg, Najat Vallaud-Belkacem, Pierre Moscovici, Alain Juppé, Valérie Pécresse, Jacques Toubon, Eric Raoult, Laurent Wauquiez, etc), un grand nombre de hauts fonctionnaires et de journalistes de renoms (Annick Cojean, Jean-Marie Colombani, Matthieu Croissandeau, Jean-Louis Gergorin, Bernard Guetta, Erik Izraelewicz, Laurent Jofrin, etc).

Ce sont au total, « 400 dirigeants français et américains issus de la politique, du monde des affaires, de la culture, de la recherche, et du secteur militaire » qui sont passés par cet incubateur de la pensée atlantiste et pro-américaine.

Emmanuel Macron et la French American Foundation

French American FoundationRecruté en tant que Young Leader en 2012 alors que cet organisme cherchait à attirer des membres de la finance, Emmanuel Macron « est actif au sein de la fondation et recommande des candidats comme potentiels Young Leaders ». En septembre 2016, il participait à un petit-déjeuner organisé par cet organisme et, lors de son voyage à New York en décembre 2016, le candidat d’En Marche ! a rencontré « une trentaine d’invités de la French American Foundation lors d’un petit- déjeuner au Links Club de l’Upper East Side. »

Voici donc les liens qu’a pu tisser Emmanuel Macron et les dirigeants de certains médias au sein de de club d’influence :

• Emmanuel Macron avec Michel Combes, n°1 du groupe SFR (BFM TV, RMC) :

Cette appartenance à la French American Foundation vient mettre en lumière, une nouvelle fois, les liens unissant les dirigeants du groupe Alice-SFR (présidé par le milliardaire Patrick Drahi) et Emmanuel Macron. En effet, au sein de cette organisation, on y retrouve en tant que membre du conseil d’administration, Michel Combes (Young Leader depuis 1998), le n°1 de Numericable-SFR et le n°2 d’Altice (la maison mère de l’opérateur), dont BFMTV et RMC sont les fleurons médiatiques.

• Jean-Luc Allavena, administrateur d’Altice et recruteur de Macron à la French American Foundation

Autre personnalité du groupe SFR que connaît bien Emmanuel Macron, l’ancien président de la French American Foundation (2010-2015) et actuellement le président d’honneur de cette organisation, Jean-Luc Allavena. Car ce recruteur d’Emmanuel Macron, au sein de ce groupe d’influence américain fait partie lui aussi, depuis 2014, des sept dirigeants d’Altice, en tant qu’administrateur indépendant du groupe. Pour l’anecdote, la fiche de présentation de Jean-Luc Allavena présente sur le site d’Altice est celle… de la French American Foundation.

• Yannick Bolloré, le pdg d’Havas, fan de Macron, est à la French American Foundation

Quelques médias ont évoqué la proximité de Yannick Bolloré et d’Emmanuel Macron. En effet, le fils de Vincent Bolloré (PDG du groupe Bolloré auquel le groupe Canal + appartient), était présent au premier meeting du candidat d’En marche ! en juillet 2016 à la Mutualité (Paris). « Venu par intérêt personnel » selon Mediapart, le PDG d’Havas (le premier groupe publicitaire de France, et le sixième mondialement) est lui aussi un habitué de la French American Foundation. Il était présent au diner de gala 2016 de ce puissant réseau d’influence américain.

• Arnaud de Puyfontaine, président de la French American Foundation et de Vivendi :

Autre personnalité que côtoie Emmnuel Macron au sein de ce cénacle, le président du groupe Vivendi depuis 2014, mastodonte des communications internationales, Arnaud de Puyfontainet. Ce proche de Vincent Bolloré (actionnaire majoritaire de Vivendi) est désormais le président de la French American Foundation depuis 2015.

• La banque Rothschild

En 2008, recruté par François Henrot sur recommandation de Jacques Attali et de Serge Weinberg, Emmanuel Macron devient banquier d’affaires chez Rothschild & Cie. Son recruteur, François Henrot, a la double casquette, celle de bras droit de David de Rothschild à la banque d’affaires et de membre du conseil d’administration de la French-American Foundation. Il s’occupe du poste hautement sensible, depuis plusieurs années, de président du jury sélectionnant les 13 jeunes décideurs français parmi 150 postulants. Même si les informations manquent, il est probable que François Henrot a sûrement poussé et aidé l’ambitieux Emmanuel Macron a rejoindre la French American Foundation.

En tout cas, la banque Rothschild & Cie est l’une des organisations engagées financièrement, et ce depuis plusieurs années, en tant que « membres actifs » auprès de la French American Foundation. Le patron de la banque, David de Rothschild, lauréat depuis 2008 du « Benjamin Franklin Award for Public Diplomacy » du département d’Etat américain, assiste quant à lui régulièrement aux cérémonies de la French American Foundation.

jean-luc 14/03/2017 21:42

Une honte, le parlement européen ! Images déjà vues il y a quelques années. C'est dire l'utilité d'une telle assemblée ! On se rappellera de Rachida Dati au téléphone qui disait s'emmerder lors d'une session ... on se souviendra également d'Edouard Martin, délégué CFDT à ArcelorMittal Florange, bombardé député européen (jugé sans doute gênant par nos élus exemplaires) par le "guignol" qui nous sert de président ... le pauvre gars (qui passe à la caisse quand même) n'y connaît que dalle dans le fonctionnement de l'Europe, mais il y est ! Cherchez l'erreur. Oui, il faut sortir de l'Europe, on a déjà assez d'élus mafieux, de lèche babouches, voire de criminels dans nos institutions françaises, qui s'en foutent plein les poches.