"Pardon de ne pas vous dire ce que j'ai fait de mon pognon dit Emmanuel Macron !

Publié le 7 Avril 2017

C'est plus ou moins ce qu'Emmanuel Macron a répondu à David Pujadas, ce 6 avril sur France 2, qui l'interrogeait sur ses déclarations de patrimoine faites lors de son entrée au gouvernement.

Voilà un type qui gagne plus de 3 millions d'euros et qui serait incapable de mettre du fric de côté. (Ndlr Gérard Brazon)

Invité de l'Émission politique le candidat d'"En Marche" a refusé de dévoiler précisément la manière dont il a pu dépenser plus d'un million d'euros en trois ans. Une question qui se pose depuis plusieurs mois. Pour rappel, lorsqu' Emmanuel Macron est devenu ministre, il a, comme tous ses petits camarades au gouvernement depuis l'affaire Cahuzac, eu l'obligation de déclarer son patrimoine à la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HAPTV). A deux reprises, la HAPTV s'est questionnée sur la sincérité de cette attestation, pour finalement estimer que tout allait bien. 

Macron a ainsi écrit avoir gagné un peu plus de trois millions d'euros en quatre ans, d'abord en tant que banquier d'affaires, puis comme secrétaire général adjoint de l'Elysée. En déduisant les divers impôts, taxes, cotisations et remboursements, on devrait tomber sur à peu près un million d'euros restants. Sauf que le jeune Macron atteste ne pas avoir plus de 200.000 euros de patrimoine, soit "un patrimoine aussi modeste qui vous situe juste au-dessus de Nathalie Arthaud (la candidate de la Ligue Ouvrière ", explique David Pujadas. Macron aurait ainsi flambé près de 1 million d'euros en à peine quelques années.

"La transparence, ce n'est pas le voyeurisme", s'est offusqué le chantre du renouvellement de la vie politique. En préambule, Emmanuel Macron avait d'abord rendu hommage à son ancienne vie."J'ai très bien gagné ma vie quand j'ai travaillé dans le secteur privé, très bien gagné ma vie. Et d'ailleurs, c'est très bien d'avoir un métier dans le secteur privé. Se défendant ensuite de ne pas être un homme d'argent "puisque je n'aurais pas quitté le secteur privé sinon".Oubliant au passage que dans le secteur privé, il y a bien plus de smicards que de millionnaires comme lui. Passons.

« Vous ne prenez pas en compte que j'ai fait des travaux dans la maison que j'ai "
Emmanuel Macron sur le trou dans sa déclaration de patrimoine
Puis, l'homme du peuple avance une explication en deux temps : "Vous ne prenez pas en compte que j'ai fait des travaux dans la maison que j'ai (...). J'avais beaucoup d'endettements quand j'ai quitté la fonction publique parce que je n'avais pas de mise de départ. Mes parents ne m'ont pas financé, je ne suis pas quelqu'un qui a été aidé et donc j'ai tout emprunté lorsque j'ai acheté un appartement à Paris. Ben voilà."

Pas très convaincu, David Pujadas demande alors au candidat s'il ne veut"pas rendre publics ces comptes pour éteindre le doute ?" "Mais non, vous rigolez ou quoi !", s'offusque Macron, la voie tendant vers les aiguës. Et de s'avancer vers le journaliste trop curieux, les coudes sur la table, le doigt levé :"La transparence, ce n'est pas le voyeurisme."

Une fin de non-recevoir qu'il justifie ainsi : "Si c'était de l'argent public que j'avais gagné quand j'étais ministre ou dans le cadre de fonction publique, vous avez tout à fait raison (...) Pardon de vous le dire, j'étais à ce moment-là dans le secteur privé (...) L'administration fiscale, elle a vu ça en détail, c'est normal, ça ne me pose pas de problème. Mais le secret fiscal, l'intégralité des informations, ce n'est pas parce que vous êtes un responsable public que vous devez les divulguer."

Circulez donc, il n'y a (plus) rien à voir.

Lu sur Marianne https://www.crashdebug.fr/actualites-france/13460-l-emission-politique-macron-refuse-de-devoiler-comment-il-a-depense-sa-fortune?utm_medium=push_notification&utm_source=rss&utm_campaign=rss_pushcrew

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française, #Point de vue

Repost 0
Commenter cet article

jean-luc 07/04/2017 21:17

Combien vont se faire entuber par ce beau parleur au moment de glisser leur bulletin dans l'urne ?
Pas d'amalgame comme dirait Toto le constipé ...