Manchester : l'Europe « choquée » encore et encore - Par Judith Bergman

Publié le 30 Mai 2017

  • Pour GatestoneInstitut

  • Dès l'annonce de l'attaque terroriste de Manchester, les dirigeants européens ont repris leur antienne sur le « choc » et le « chagrin » qu'ils ont ressenti face à ce qui est le résultat de leur politique.

  • Le plus sidérant : Angela Merkel a déclaré qu'elle suivait l'actualité de Manchester « avec chagrin et horreur » et que l'attaque lui était « incompréhensible ».

  • Après chaque attaque dévastatrice, toutes les fois qu'un dirigeant européen affirme publiquement - et contre toute évidence - que l'islam est une grande foi, une « religion de paix » et que la violence dans l'islam relève d'une « perversion de cette grande foi », il signale avec force que l'Occident est mûr pour l'assaut final.

En novembre 2015, l'Etat islamique (ISIS) a attaqué le Bataclan à Paris, parce que, selon ses propres mots, il s'agissait d'un lieu « où des centaines de païens étaient réunis pour un concert de prostitution et de vice ». Un an auparavant, l'Etat islamique a déclaré la musique haram (interdit). De nombreux docteurs de la foi islamiques soutiennent que l'islam doit se défendre contre la musique « pécheresse » de l'Occident.

Que les terroristes islamiques aient ciblé un concert de la chanteuse américaine Ariana Grande à Manchester, le 22 mai, n'aurait dû être une surprise pour personne. Le Département de la Sécurité intérieure des Etats Unis avait pourtant averti, dès septembre 2016, que les terroristes allaient concentrer leur actions sur les concerts, les évènements sportifs et les rassemblements en général parce que de telles cibles « permettent des attaques simples, facilement réalisables et dont l'impact économique et les pertes humaines sont majeures ».

L'Etat islamique a perpétré et revendiqué l'attentat-suicide de Manchester, à l'aide d'une bombe enrobée de vis et de boulons. Vingt-deux personnes, enfants et adultes, ont été assassinées, et plus de 50 autres ont été blessées. Les médias décrivent ces bombes à clous comme une tactique nouvelle et surprenante, alors qu'il s'agit d'une technique ancienne que les terroristes arabes pratiquent sur les Israéliens depuis des décennies.

 

Un policier se tient à l'entrée du Manchester Arena le 23 mai 2017, peu après qu'un kamikaze islamiste ait assassiné 22 spectateurs. (Photo de Dave Thompson / Getty Images)

 

Dès l'annonce de l'attaque terroriste de Manchester, les dirigeants politiques ont repris comme une antienne leur lamento sur le « choc » et le « chagrin » qu'ils ont ressenti face à ce qui était le résultat de leur politique. Les platitudes habituelles - « nos pensées vont » et « de tout cœur avec » - ont accompagné l'émotion dûe aux victimes de l'attaque.

Le président du Conseil européen Donald Tusk a tweeté : « Mon cœur est à Manchester ce soir. Nos pensées vont aux victimes ». Le chef des démocrates libéraux britanniques, Tim Farron, a condamné l'attaque « choquante et horrible ». Le secrétaire britannique à l'intérieur, Amber Rudd, a déclaré que c'était un « incident tragique », et le chef du Parti travailliste, Jeremy Corbyn a évoqué lui « un terrible incident ». Le Premier ministre du Canada Justin Trudeau a affirmé que ses compatriotes étaient « choqués par les nouvelles de l'horrible attaque à Manchester ce soir ». Le plus sidérant est venu de la chancelière allemande Angela Merkel qui a déclaré qu'elle suivait les évènements de Manchester « avec chagrin et horreur » et qu'elle trouvait l'attaque « incompréhensible ».

Après les attentats du 11 septembre 2001 aux États-Unis et une attaque de train à Madrid qui a tué près de 200 personnes et blessé 2000 autres en 2004, après les attaques de 2005 contre les transports en commun de Londres où 56 personnes ont trouvé la mort et 700 autres ont été blessées, après les attaques de 2015 à Paris, où L'Etat islamique a tué 130 personnes et blessé près de 400 autres, après les attaques de mars 2016 à l'aéroport et dans une station de métro de Bruxelles, où 31 personnes ont été tuées et 300 autres blessées, après l'attaque de juillet 2016 à Nice, où 86 personnes dont dix enfants ont été tuées et plus de 200 personnes blessées, après l'attentat de décembre 2016 à Berlin, où 12 personnes ont été tuées et près de 50 autres blessées, après l'attaque de mars 2017 contre Westminster qui a tué trois personnes et blessé plus de 20 autres, après l'attaque d'avril 2017 à Stockholm, où 5 personnes ont été tuées, y compris une fillette de 11 ans, sans parler des innombrables attaques en Israël, les dirigeants occidentaux ont épuisé le stock des prétextes et atermoiements choqués et émotionnels face aux attentats islamiques qui se produisent dans leurs villes à un rythme de plus en plus échevelé.

Lire la suite : https://fr.gatestoneinstitute.org/10448/manchester-attaque-choquee

Rédigé par Gérard Brazon

Repost 0
Commenter cet article

jean-luc 08/06/2017 21:22

Merci pour ces informations.

maury 08/06/2017 20:33

Avec un maire musulman, ami de terroristes ,les londoniens ne seront pas protégés!!!

Le maire musulman de Londres proche de la bande aux terroristes !
7 juin 2017 12491
Share2K
Tweet11
Share1
+13
Email
Shares 2K
Print Friendly

Sadiq Khan, maire de Londres depuis l’an passé, était le candidat des Travaillistes à cette élection locale de la ville de 12 millions d’habitants (la population de la Belgique), très « bigarrée » sur le plan ethnique et qui ne correspond pas à la moyenne de la population britannique. C’est un avocat d’origine pakistanaise, fier d’être musulman et particulièrement suffisant dans toutes ses déclarations. Ce petit bonhomme agressif s’était déjà fait remarquer comme un des critiques les plus virulents de Donald Trump, qu’il présente volontiers comme un idiot.
Sadiq Khan (à gauche) est le politicien traditionnel de gauche, prêt à dire tout et son contraire pour être élu. Le fait qu’il insiste en permanence sur le fait qu’il est musulman et ses fréquentations vont contribuer à braquer les communautés les unes contre les autres.

On apprend maintenant que Sadiq Khan, maire de Londres était un des orateurs d’une conférence « islamique » avec le musulman radical, Saieel Shahid, qui a entraîné l’un des attaquants du pont de Londres samedi dernier. Saieel Shahid est accusé de terrorisme par la police.

Saieel Shahid fréquente assidument un club de gymnastique (le club réservé aux musulmans « Ummah Fitness Gym » ) où il a comme ami, le terroriste Khuram Butt, l’homme de Barking, tué samedi par la police. Les deux compères, Saieel et Khuram donnaient ensemble des cours d’arts martiaux aux jeunes musulmans.

Ces deux personnages sont aussi les amis du prêcheur de haine Anjem Choudary, enfermé depuis. Ce Choudary a des liens avec Al Qaïda.

Bravo au maire de Londres pour ses amitiés! La morgue agressive de ce ludion de la politique anglaise promet une aggravation du fossé entre la communauté musulmane et le reste de la population britannique.
Jeremy Corbyn, leader du parti Labour: un naïf extrémiste, l’ami des islamistes sans même s’en rendre compte.

Les journaux britannique montrent aussi que le patron des Travaillistes, Jeremy Corbyn, vieux cheval de retour de l’extrême gauche la plus radicale, a des amitiés douteuses et manifestaient récemment dans le même défilé que des jihadistes liés à l’un des tueurs de London Bridge. Ces personnages scandaient des slogans dans le défilé, favorables à Osama Bin Laden.

La presse conservatrice accuse les 3 leaders travaillistes: Jeremy Corbyn, John McDonnell et Diane Abbott — la troïka qui dirige le “shadow cabinet” (le gouvernement fantôme de l’opposition) de faire l’apologie de la terreur en étant les amis des pires ennemis du Royaume-Uni.

Mc Donnell (responsable des Finances) veut officiellement SUPPRIMER le MI5 (services spéciaux) et la police armée, tout en disant que les criminels de l’IRA doivent être « honorés ». Au fou !

Diane Abbott (chargée du dossier Sécurité) a voté 30 fois contre les mesures de sécurité pour lutter contre la terreur islamiste.
Theresa May a une campagne difficile mais va probablement sortir gagnante. Elle semble avoir enfin compris qu’il faut DEPORTER les suspects.

Pendant ce temps, la Premier ministre Theresa May, tente de faire oublier qu’elle a été ministre de l’Intérieur pendant 6 ans ( ! – voir autre article) où elle a développé une politique catastrophique pour la sécurité dans le gouvernement Cameron. Elle pourrait gagner grâce à l’effondrement des voix pour le UKIP, le parti de Nigel Farage, maintenant que Theresa May assume fortement un Brexit dur : les électeurs du UKIP pourraient se tourner massivement vers les Conservateurs.

Au moins, les mesures que propose Theresa May en matière de terrorisme sont ENFIN sérieuses. Qu’on en juge : 28 jours de détention sans jugement, expulsion des SUSPECTS de militantisme islamiste (on n’attendra plus qu’ils aient tué du monde…). La Grande-Bretagne va donc EXPULSER plus facilement. Et Theresa May qui a bien compris l’enjeu, d’ajouter: « si les lois de protection des Droits de l’Homme s’opposent à ces déportations, nous changerons les lois ».

Ouf ! Enfin un leader européen qui prend le taureau par les cornes, alors que des politiciens professionnels comme Charles Michel continuent à jouer aux bizounours et à aggraver le coût de la lutte contre le terrorisme en s’interdisant d’être efficaces. Cette semaine encore en Belgique, les responsables de l’armée tirent la sonnette d’alarme : leurs hommes n’ont plus le temps de s’entraîner, tant ils doivent être déployés pour protéger les lieux publics. On a les hommes politiques qu’on mérite, mais avec les ministres MR du gouvernement de Charles Michel, la Belgique est gâtée !

C.T.

Sources :

http://www.dailymail.co.uk/news/article-4578668/Sadiq-Khan-s-conference-London-Bridge-killer-s-friend.html

http://www.dailymail.co.uk/news/article-4576146/PM-says-MI5-does-face-questions-London-

http://www.dailymail.co.uk/news/article-4578716/Apologists-terror-Corbyn-McDonnell-Abbott.html

http://www.dailymail.co.uk/news/article-4578822/Proof-Corbyn-unfit-rule.html

jean-luc 30/05/2017 14:30

Oui mais des gens votent pour ces dirigeants qui sont atterrés face à ces événements et qui ont pour seule réponse la compatissance.