10 ans après le 11 Septembre, l'Arabie saoudite continue d'enseigner la violence

Publié le 14 Septembre 2011

Comment ne pas s'inquiéter de l'immense inconscience de nos politiques qui semblent  ignorer ce qu'est l'islam. Ah oui il y a des musulmans modérés! Et même des musulmans laïcs aussi. Bref, les musulmans c'est comme les autres religieux n'est-ce pas! Sauf que... l'islam n'est pas une religion comme les autres! On peut le répéter tous les jours, l'écrire dans toutes les langues! L'islam n'est pas seulement une religion. Un musulman modéré est un musulman qui méconnait sa religion. Un musulman laïc est un musulman qui ignore tout de sa religion. L'islam intrinséquement ignore tout ce qui n'est pas l'islam. L'islam est une doctrine, un  sytème de pensée. C'est un tout qui ne se divise pas! Le Coran, c'est 14% de l'islam, la vie de Mahomet  est l'essentiel du message religieux! Un message vindicatif, haineux et sans pitié pour ceux qui ne partagent pas le message "divin"! La laïcité ne fait pas parti du message! Comme la démocratie d'ailleurs à moins qu'elle soit islamique à la manière de l'Iran. La modération n'est pas de mise dans ce message! Voici quelques sourates qui mettent en avant la "tolérance" du message!

 

2:193: " Et combattez-les jusqu'à ce qu'il n'y ait plus d'association et que la religion soit entièrement à Allah seul. S'ils cessent, donc plus d'hostilités, sauf contre les injustes. "

4:89: " Ils aimeraient vous voir mécréants, comme ils ont mécru : alors vous seriez tous égaux! Ne prenez donc pas d'alliés parmi eux, jusqu'à ce qu'ils émigrent dans le sentier d'Allah. Mais s'ils tournent le dos, saisissez-les alors, et tuez-les où que vous les trouviez; et ne prenez parmi eux ni allié ni secoureur "
Sourate 9:5 :" Les mois sacrés expirés, tuez les idolâtres partout où vous les trouverez. Capturez-les, assiégez-les et guettez-les dans toute embuscade... "

9:14 : "Combattez-les. Allah, par vos mains, les châtiera, les couvrira d'ignominie, vous donnera la victoire sur eux et guérira les poitrines d'un peuple croyant. "

9:29 : " Combattez ceux qui ne croient ni en Allah ni au Jour dernier, qui n'interdisent pas ce qu'Allah et Son messager ont interdit et qui ne professent pas la religion de la vérité, parmi ceux qui ont reçu le Livre, jusqu'à ce qu'ils versent la capitation par leurs propres mains, après s'être humiliés. (Dhimmitude)"

9:39 : Si vous ne vous lancez pas au combat, Il vous châtiera d'un châtiment douloureux et vous remplacera par un autre peuple. Vous ne Lui nuirez en rien. Et Allah est Omnipotent .

9:123: " Croyants, combattez les incroyants qui sont dans vos parages et qu'ils vous trouvent durs

 et bien d'autres du même acabit! Comment peut-on être un musulman modéré ou laïc lorsqu'un musulman se doit d'obéir au Coran et à son prophète?

Gérard Brazon

********************** 

 

Nous avons appris qu’en Arabie saoudite, les élèves subissent depuis longtemps un endoctrinement qui, selon les hauts responsables du renseignement des USA, fournit la base idéologique du terrorisme.

Source Point de veille

La plupart des médias et commentateurs passent sous silence la dimension idéologique qui anime les terroristes. Elle est pourtant connue, et elle se répand dans le monde à partir de son épicentre, l'Arabie saoudite, y compris par les manuels scolaires saoudiens.

Dans le cadre du 10e anniversaire du 11 Septembre, National Review Online a posé la question suivante à une série d'experts : qu'avons-nous appris ?

Ci-dessous, la réponse de Nina Shea, directrice du Hudson Institute’s Center for Religious Freedom à Washington. Mme Shea est également membre de la Commission sur la liberté religieuse dans le monde créée par le Congrès américain. Elle a participé aux manifestations contre l'académie islamique saoudienne de Fairfax en Virginie qui utilisait des manuels fournis par l'Arabie saoudite. 

Elle est l'auteur d'un rapport sur le dossier lamentable de l'Arabie saoudite en matière de réforme de son système éducatif : Ten Years On-Saudi Arabia’s Textbooks Still Promote Violence (après 10 ans, les manuels saoudiens continuent de promouvoir la violence)

Dix ans plus tard, les manuels scolaires saoudiens, qui sont diffusés sur Internet et traduits ici, n’ont pas encore été modifiés. Ils continuent à enseigner ce qui suit :

  • «Le djihad recouvre deux concepts ... [y compris] ce sens spécifique : consacrer des efforts dans le combat pour répandre et défendre l’islam, pour l’amour d’allah »  (12e année)
  • «Les juifs et les chrétiens sont les ennemis des croyants.» (9e année)
  • «Le choc entre cette nation [musulmane] et les juifs et les chrétiens a perduré et il se poursuivra aussi longtemps qu’allah le veut. » (9e année)
  • «Dans sa sagesse, allah a prévu que la lutte entre les musulmans et les juifs doit se poursuivre jusqu'à l'heure [du jugement]. Pour les musulmans, la bonne nouvelle est qu’allah va les aider contre les juifs à la fin des temps » (8e année)
  • Les apostats et les blasphémateurs doivent être condamnés à mort (10e année)
  • «Le polythéisme majeur est une raison de combattre ceux qui le pratiquent [y compris les chiites, les hindous, etc.]» (12e année)
  • Les magiciens et ceux qui pratiquent la sorcellerie «doivent être tués» (10e année)
  • «L’homosexualité est punissable de mort» … en étant «brûlé par le feu» , «lapidé» ou «jeté du haut d’un endroit élevé» (10eannée)
  • «Les grands singes sont les gens du sabbat, les juifs ; et les porcs sont les infidèles de la communion de Jésus, les chrétiens» (8eannée)

Nous avons aussi appris que le gouvernement américain a refusé de s'attaquer au problème idéologique que pose l’éducation parrainée par l'Arabie. Sous deux administrations, le gouvernement a félicité Riyad chaque année pour le rythme «glaciaire» (selon l’expression d'un câble Wikileaks) de ses réformes. Pendant ce temps, l'extrémisme wahhabite saoudien se répand en Somalie, en Indonésie, au Pakistan, en Inde, en Algérie, dans les Balkans, au Royaume-Uni et ailleurs.

Source : What Have We Learned?, NRO, 10 septembre 2011. Traduction par Poste de veille (via NER)

 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Le Nazislamisme

Commenter cet article

Marie-Claire Muller 14/09/2011 20:08



Eloge de la lutte antiterroriste


muscléede la ville de New York


par Daniel Pipes
National Review Online
13 septembre 2011


http://fr.danielpipes.org/10147/antiterroriste-musclee-new-york


Version originale anglaise: In Praise of NYC's Muscular Counterterrorism
Adaptation française: Anne-Marie Delcambre de Champvert


Soyez le premier de vos amis à indiquer que vous aimez ça.



Les organismes américains d'application de la loi ont généralement réagi au 11 septembre par une politique antiterroriste de faux-semblant. Ils continuent d'insister sur le fait que désigner l'islamisme comme l'ennemi crée le terrorisme, que la violence islamiste ne menace pas
plus que celle des néo-nazis, celle des suprématistes raciaux, et celle tous les autres de ce genre, et que l'antiterrorisme implique principalement de prendre des mesures de bien-être telles
que l'amélioration des droits civils, le vote de lois interdisant la discrimination, et la manifestation de bonne volonté envers les islamistes.







Remarquez la caméra de sécurité du département de la police de New York, en haut à gauche, à l'extérieur de la mosquée Masjid at-Taqwa, à Brooklyn.




Et puis il y a le Département de la police de New York, une institution particulièrement incitée par le 11 septembre à renoncer à son ancien laxisme et à devenir sérieuse. La force qui
avait mal géré les incidents terroristes antérieurs (par exemple, l'assassinat de Meir Kahane) s'est rapidement transformée en une exceptionnelle agence de lutte contre le terrorisme sous la
direction remarquable de Raymond Kelly. (Andrew McCarthy l'appelle une «aubaine»). Contrairement à d'autres
institutions d'application de la loi, le Département de la Police de New York nomme l'ennemi, reconnaît la menace prédominante de la violence islamiste, et a construit une solide
entreprise de renseignement.

Le public a vu les premiers signes de ces changements en 2006, au cours du procès de Shahawar Martin Siraj, le Shahawar Matin Siraj trial. Le gouvernement a condamné Siraj, un immigré pakistanais en
situation irrégulière ayant planifié de faire sauter une station de métro, sur la base d'informations provenant de deux espions musulmans du Département de la Police de la ville de New York :
un informateur rémunéré de la police, Oussama Eldawoody, et un policier en civil agissant sous le pseudonyme d'infiltration « Kamil Pasha », Ce dernier a témoigné au sujet de son service qui
était d'être une « caméra ambulante » parmi les musulmans vivant à Brooklyn, pour «observer, être les oreilles et les yeux» pour le Département de la Police de New York.


Christopher Dickey a fourni toutes les photos des réalisations du Département dans un livre de
2009, Sécurisation de la ville: à l'intérieur de la meilleure force d'antiterrorisme d'Amérique - Le Département de la Police de New York (NYPD). Maintenant, juste à temps pour le 10e
anniversaire du 11 septembre, l'Associated Press a publié une série d'enquêtes fébriles réalisées par Adam Goldman sur les méthodes du Département, en se concentrant sur la coopération du Département de la Police de New York avec l'Agence centrale de renseignement, mettant
ainsi le département sous une surveillance politique intense.


Goldman rapporte que le département a dépêché des agents dans les quartiers pakistanais et « leur a ordonné de chercher des raisons pour arrêter les voitures: excès de vitesse, feux arrière
cassés, des stops brûlés, peu importe la raison. L'arrêt de la circulation a donné à la police l'occasion de fouiller pour trouver des mandats d'arrêt non exécutés, ou rechercher des suspects.
Une arrestation pouvait être l'effet de levier nécessaire dont avait besoin la police pour persuader quelqu'un de devenir un informateur. » Le Département de la Police de New York a créé
une Unité « The Terrorist Interdiction Unit » pour gérer ces informateurs, y compris les « crawlers », [ceux qui passent tout leur temps à la mosquée ou au café] « les piliers de mosquées », «
les piliers de bistrot », les commerçants et les voisins curieux.







John O. Brennan, à gauche, assistant du président pour la sécurité intérieure et la lutte contre le terrorisme, a rencontré le commissaire de police du Département de la Police de New
York, Raymond Kelly, au centre, et le commissaire adjoint du renseignement David Cohen au quartier général de police en septembre 2009.






Il a créé l'Unité des services spéciaux pour gérer les opérations en dehors de la ville de New York, là où le Département de la ville de New York n'a pas compétence, et cela inclut plusieurs
états américains et onze pays étrangers. L'effort a payé ; par exemple, un officier musulman du Département de la Police de New York infiltré dans le New Jersey a eu un rôle majeur dans
l'Operation Arabian Knight, l'arrestation
de juin 2010 de deux musulmans du New Jersey qui ont plaidé coupable pour avoir projeté de rejoindre le groupe terroriste somalien al-Shabab et ensuite de tuer des soldats américains.


Il a également créé L'Unité de données démographiques pour «dresser la carte ethnique là où habitent les communautés dans
une aire qui couvre les trois États [du New Jersey, du Connecticut et de New York]» et envoyer des policiers en civil pour collecter les informations, les rakers, [les « ratisseurs »
d'informations] pour tenir à l'œil les musulmans. Composée de 16 officiers [aux compétences linguistiques multiples; parmi eux il en est ]qui parlent l'arabe, le bengali, l'hindi, le punjabi et
l'ourdou, l'unité dresse la liste de 29 « ascendances présentant un intérêt », toutes essentiellement musulmanes, y compris l'une qui est décrite comme ascendance «musulman noir américain." En
tout, le Département de la Police de New York a identifié 263 de ce qu'il appelle «les points chauds [dûs à l'appartenance] ethnique(s)» de la ville, ainsi que 53 « mosquées qui posent problème
»