Lettre ouverte à HISTORIA magazine de recherche sur l'Histoire qui dit avec justesse: A la lumière du passé le présent s'éclaire!

Publié le 31 Janvier 2008

HISTORIA célèbre magazine d’histoire fait sa une sur Mahomet. La photo de page représente des enfants dans une Madrasa !
Le personnage historique traité est étonnant. Son parcours politique également puisqu’il a été à l’origine d’une nouvelle religion, l’Islam, pratiqué 1376 ans plus tard par plus d’un milliard de croyants.
L’Histoire des religions est passionnante car elle permet de comprendre les différents moteurs de l’humanité ! Son génie mais aussi sa folie ! Aussi loin que l’on puisse remonter, l’homme a eu besoin de spiritualité ! Besoin de croire ! Besoin de se rassurer dès lors qu’il prit conscience de la mort.
Bref, HISTORIA édite Mahomet (le louangé) avec comme sous titre « la fin des idées reçues ». Mais, est-il possible d’être impartial lorsque l’on parle de religion ?
Est-il possible pour un croyant musulman d’être équitable dans des faits historiques relatant la vie d’un homme déclaré « Prophète » et dont l’un des principaux dogme est de le considérer comme parfait ! « Allah est grand est Mahomet est son prophète ».
L’auteur, Mahmoud Hussein, docteur en philosophie politique s’y essaye avec une certaine audace. Toutefois, en lisant son article, on devine très vite son extrême prudence. Cependant, il évite le credo de la foi mais n’explique ni ne condamne certains faits historiques !
Il reste donc sur un ligne médiane évitant ainsi de se fâcher avec personne et encore moins avec ses condisciples ! Est-ce faire œuvre d’historien ?
Oui, si l’historien est un homme qui relate sans juger et sans prendre partie!
Non, si celui-ci évite ou occulte les sujets qui interrogent et peuvent faire débats !
Par exemple, la mise à mort par Mahomet de tous les hommes adultes de la tribu juive des banû Quraydha pour avoir pactisée avec l’ennemi et refusé de se convertir à l’Islam est appelé par l’auteur « un profil psychologique difficile à expliquer » de la part de Mahomet. d’autant dit-il que « deux autres tribus ont été seulement bannies » ! Pas un mot de l’auteur sur le fait que c’est tout de même 800 hommes qui furent décapités en une nuit et que toutes les femmes et enfants furent distribués en esclavage aux vainqueurs ! « Profil psychologique difficile à expliquer »  aussi, pour la mise à mort du poète juif Kà bibnal-asraf ! L’auteur conclu son article par « ces gestes cadrent si mal avec l’ensemble des comportements de Mahomet » ! C’est le moins qu’il pouvait dire…
En fait, je ne demande qu’à le croire mais… il n’en reste pas moins que l’expansion de la religion musulmane s’est faite historiquement dans la conquête de territoires par le sabre et les conversions forcées. (Le Maghreb: Repères et rappels de Marc Bonnefous éditions notes africaines) ou l'on découvre que les peuples berbères ne furent vaincus et envahis vers 652 après JC par les arabes mahométans qu'au bout de 50 ans d'une résistance acharnée.
Pour mémoire, HISTORIA ne dit pas un mot de cette chronologie historique:
- 634: invasion de la Syrie par Abu Bakr, mort de 4000 personnes défendant leurs terres entre Gaza et Césarée. Campagne de Mésopotamie: 600 monastères détruits, moines tués, arabes monophysites convertis ou tués, extermination de la population d'Elam et notables exécutés à Susa
- 634-638: invasion de Jérusalem avec destruction d'églises, pillages provoquant une famine en 639 faisant des milliers de morts
- en Arménie, massacre de la population d'Euchaita
- Assyrie dévastée, grandes destructions dans la région de Daron, au sud-ouest du lac Van (Turquie), nouvelles exactions en 642 avec massacres et esclavage
- 643: conquête de Tripoli par Amr, pillage, esclavage des femmes et des enfants au profit de l'armée arabe
- 652 à 1276: envoi annuel d'esclaves de la Nubie vers le Caire
- Carthage rasée et habitants exécutés, de même en Anatolie (Turquie), Mésopotamie, Syrie, Iran et Irak
- fin 7ème siècle: conquête de l'Egypte par Amr b. al As, massacre de tous les habitants de Behnesa près de Rayum ainsi qu'à Fayoum, Aboit, Nikin.
 
Plus loin, un autre article d’HISTORIA de Monsieur Wahib Atallah professeur d’Université à Nançy qui tente de nous démontrer, l’avancée des droits de la femme dans le monde préislamique ! Il nous décrit surtout les différentes conquêtes amoureuses et l’attention accordée par Mahomet à ses concubines dont Aïcha qu’il a épousé dès ses 9 ans.
L’auteur nous dit que le Coran proclame que les croyants et les croyantes sont égaux devant Dieu. (Sourate9 verset 71 et 72). Mais la capacité juridique de la femme à cette époque n’existait que sous la forme d’un droit coutumier ! En sacralisant par le Coran ses « droits de la femme » il sacralise, de fait, l’infériorité de la femme et sa soumission à l’homme !
Un exemple (que l’on ne trouve pas dans l’article) le Coran invite les femmes à porter le hidjab (voile islamique), demande également que la femme baisse les yeux, ne serre pas la main d'un homme car elle est impure et qu’elle soit soumise à son mari. Il faut le témoignage de deux femmes pour valoir celui d’un homme, etc.
Ce dernier peut frapper sa femme (Sourate 4 versets 38/34), la répudier, en user à sa guise:
"Vos femmes sont un champ pour vous. Allez-y comme vous l'entendez" (Sourate 2 Verset 223).
Il sera bien sûr difficile de faire avancer les droits de la femme dans ce contexte religieux sacralisé ! A décharge, le voile n’est pas une invention de l’Islam.
Saint Paul, élevé dans la foi hébraïque, rappela cette obligation aux chrétiennes de Corinthe.
La « vierge Marie » mère de Jésus est d’ailleurs voilée. C’est donc bien la condition féminine de l’époque qui a été sacralisé par les religions et par l’Islam dernière religion des trois « révélées ».
Les orthodoxes de tous poils continuent cette exigence !
 
Pour conclure, ce qui m’étonne dans la démarche d’HISTORIA c’est d’avoir voulu faire une couverture aguicheuse sur un dossier historiquement et forcément difficile. Un dossier qui laisse sur sa faim d’apprendre pour tout amateur d’HISTOIRE avec grand H !
Gérard Brazon

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Histoire de France

Commenter cet article