Cette guerre civile de 1914 - 1918 qui détruisit la primauté de l'Europe!

Publié le 13 Mars 2008

Prodigieuse leçon de courage et de modestie que celle donnée par l'humble Lazare PONTICELLI dont le destin aura fait qu'il aura été le dernier survivant des quelques 8.410.000 soldats de la France et de l'Empire français . Une guerre dont les jeunes générations semblent ignorer qu'elle aura fait, côté français, 1.357.000 victimes recensées comme "morts pour la France", sans parler des centaines de milliers de victimes civiles, ni de ce que l'on appellerait aujourd'hui les "dégâts collatéraux" représentant des dizaines de millions de franc-or dont les dettes pèsent encore, d'une certaine façon, avec celles de 39/45 sur les finances publiques... 
Lazare PONTICELLI, outre qu'il symbolise admirablement ceux que l'on a appelés les "Poilus", des poilus dont beaucoup sont revenus "amochés" pour la vie (qui se rappelle encore, pour les plus âgés d'entre nous, de ces malheureuses "Gueules cassées" ?), et ont repris leurs activités qui à l'usine, qui au bureau, qui dans les champs, sans rien demander, eux, au Pays, heureux, tout simplement, d'avoir échappé à l'enfer. Mais, parce que, Italien de naissance, il s'est engagé dans la "Légion Étrangère" . Il est aussi le représentant de ces hommes et de ces femmes qui, venus en France pour y travailler, y fonder une famille et s'assimiler n'ont pas hésité à remercier leur patrie d'accueil en versant leur sang pour elle. "Français par le sang versé", quel beau titre de gloire ! Quoiqu'il en soit, sachant comment l'Histoire de France n'est plus enseignée aujourd'hui, il est à craindre qu'avec la disparition du "dernier poilu de la Guerre 14/18" la page ne soit bientôt définitivement tournée sur une des plus grande tragédie de notre Histoire.  
Adieu, Lazare PONTICELLI, que Dieu vous accueille au Paradis des Braves et nous ne vous oublierons JAMAIS vous et vos camarades .
Jacques Brice

undefinedMerci Jacques pour cette contribution à la mémoire! Cette guerre "civile" fût une horreur. 
Mon grand père, mort en 1971, y avait participé. Il nous racontait, à nous ses petits enfants, la tranchée, les chevaux crevés dans l'eau croupie qu'il buvait, la fraternité avec les "Bavarois" au delà des tranchées "ennemies"! L'amitié qu'il avait développée lors de l'occupation allemande de la seconde guerre mondiale avec un cheminot allemand, rescapé comme lui de l'horreur, "mis en double" sur sa locomotive! L'histoire des hommes n'est pas toujours celle des Nations!
Mon grand père ne s'est jamais vraiment remis de cette guerre! 
Mais quel est l'homme qui aurait pu le faire?
Je vous salue Monsieur Lazarre Ponticelli!
Je t'embrasse grand père! Où que tu sois désormais!
Honneur aux braves, ces héros méconnus et reconnus!
Gérard Brazon
 
 
     

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Histoire de France

Commenter cet article