18 juin : Chloé Demoulin, ou le symbole de la mauvaise foi - par Christine Tasin

Publié le 22 Juin 2011

18 juin : Chloé Demoulin, ou le symbole de la mauvaise foi journalistique et de la désinformation

Décidément, l’incompétence journalistique, ça rapporte gros dans le monde des medias, en 2011 !Après l’obscure Chloe Leprince qui sévissait sur Rue 89 et a obtenu pour prix de sa dénonciation calomnieuse d’un ophtalmologiste  une promotion sur  France Info, nous découvrons que la tout aussi inexpérimentée Chloé Demoulin, qui fut elle aussi capable d’écrire un article rempli de mensonges, d’erreurs et de calomnies lors du débat interdit du 30 septembre 2010,  est passée de Bakchich (disparu corps et bien) à Marianne où elle vient de commettre, une fois de plus, un article mensonger et particulièrement malhonnête. Il n’y a pas d’autre mot. Le pire ? C’est que cela ne nous étonne même pas. Le pire, c’est que cela déconsidère un peu plus Marianne qui a pris ces derniers temps une pente bien savonneuse…  Le recrutement de l’ancienne « journaliste »(sic!)    de Bakchich est sans doute le signe de l’abandon définitif des valeurs qui avaient présidé à la fondation de Marianne, hebdomadaire favori pendant des lustres des républicains, revue qui arborait avec fierté et courage  le bleu blanc rouge au moment où toute la presse (et les partis) de gauche le vomissaient.

La donzelle, fidèle à son habitude, vient donc de commettre un article dépourvu de toute déontologie  à propos de notre rassemblement du 18 juin.  Désir avoué de nuire à nos associations ? Paresse intellectuelle poussant à négliger le travail d’investigation  que doivent faire les véritables journalistes ? Les deux, mon colonel, c’est éclatant !

Qu’est-ce que la dite Chloé Demoulin a retenu de trois heures passées devant notre rassemblement et d’une demi-heure d’interview téléphonique la veille avec moi ?

Je vous le donne en mille, la présence d’une dizaine de jeunes du Front National Jeunes, arrivés une heure et demie après le début de notre rassemblement, avec des drapeaux français et une banderole précisant qui ils étaient. Banderole brandie 5 minutes, le temps que l’on me prévienne et que je leur demande de l’enlever, pour respecter le principe du rassemblement, apolitique et sans autre bannière que le drapeau français et celle de Résistance républicaine, qui rassemble au-delà des partis et des clivages. Quant aux jeunes, dix minutes plus tard, la police leur demandait de partir, la manifestation qu’ils avaient déclarée en Préfecture ayant été interdite !

Bref, quand on s’appelle Demoulin, on fait feu de tout bois, on fait un titre bien provocateur et bien mensonger : « Le FN rejoint l’apéro saucisson pinard »… L’article défini devant FN résume à lui tout seul tout l’article… quelques jeunes du FNJ égarés deviennent, par la magie de la mauvaise foi journalistique, LE FN dans tout son ensemble, et pourquoi pas la présence de Marine le Pen pendant qu’elle y était ? Et ce FN ne se serait pas contenté d’être présent mais nous aurait « rejoints »… Les termes ne sont jamais innocents, et dans le verbe utilisé il y a, forcément,  l’idée d’un ralliement « politique », qui permettrait de nous classer définitivement, de nous diaboliser.  Quant  à notre appellation « saucisson pinard », elle se veut sans doute injurieuse dans la bouche de celle qui regardait avec mépris la  »fille d’une femme de ménage » que je suis et qui doit penser que le saucisson et le pinard « c’est bien trop peuple, ma chère ». Finalement, elle nous amuse, et avoir comme marque de fabrique le saucisson et le pinard ne nous déplaît pas, à nous qui aimons la France et toutes ses traditions.  Le seul souci c’est que samedi 18 juin, de 15 à 18 heures, il n’y avait pas d’apéro ni goutte de pinard. Nous n’avons vu que quelques tranches de saucisson dans une barquette apportée par une participante sans doute désireuse de faire un clin d’œil à notre rassemblement de l’an dernier…

Et le reste est à l’avenant… Cette année les Identitaires n’étaient pas là ? Qu’à cela ne tienne, il fallait que Chloé Demoulin rappelle nos « sulfureuses alliances » de l’an dernier, laissant supposer avec une mauvaise foi éhontée que nous aurions « troqué » délibérément une « mauvaise fréquentation » par une autre, alors que nous nous étions expliqués sur l’absence des Identitaires, qui demeurent nos alliés ponctuels(4) malgré nos divergences politiques et avec qui nous aurons sans doute encore l’occasion d’organiser des rassemblements.

Que dire du « dress code » dont parle celle qui prétend être journaliste et a été recrutée à Marianne au nom pourtant si symbolique ? Dire que c’était, aussi, la journée de la francophonie…

Que dire de la désinformation caractérisée de celle qui croit qu’être journaliste c’est écrire dans la Pravda du politiquement correct et qui ne craint pas d’écrire que Résistance républicaine et Riposte laïque se « cacheraient » derrière des  chansons alors que dès que nous avons lancé notre manifestation nous affichons ouvertement et avec fierté que nous sommes à l’initiative du rassemblement et qu’une gigantesque bannière Résistance républicaine flottait au-dessus du rassemblement ? Que sous-entend-elle, cette curieuse journaliste ? Que nous aurions  besoin d’avancer masqués pour tromper le bas-peuple qui se promenait en bleu blanc rouge sur les Champs-Elysées et aurait frappé à la porte de notre rassemblement après avoir entendu de la musique  ??? Le ridicule ne tue plus… elle a de la chance Chloé Demoulin !

On passera sous silence la rhétorique ampoulée digne d’une élève de quatrième et la désinformation (encore et toujours) consistant à nous traiter d’ »ultra-laïcs » quand l’ignorante fait semblant de ne pas savoir que si les musulmans prient rue Myrrha, ce n’est pas faute de mosquées mais pour occuper, politiquement,  l’espace, comme les videos de Maxime Lépante et nos enquêtes l’ont montré. Mais rater l’occasion de prendre la défense de ceux qui occupent l’espace public tous les vendredis aurait été au-dessus des forces de celle qui se plaît à essayer de nous rabaisser, en utilisant le mot « échouer » pour caractériser la marche déterminée qui nous a rassemblés, avec panache et bonheur,  l’an dernier devant la plaque du 11 Novembre 40  ! Petit, maladroit et dérisoire comme les allusions malveillantes aux « crânes rasés » qui auraient assuré le service d’ordre. Gageons que ce pays est tellement gangréné par  la peur du fascisme que nos jeunes aux cheveux courts se voient interdire cette coiffure, qui deviendrait suspecte ; quant aux vénérables pères et grands-pères chevelus qui portaient le brassard « Résistance républicaine » (et quelques longueurs de cheveux, voire de barbe), ils ont été biffés d’un trait de plume… Cela nous est égal, nous tous les avons vus et nous les remercions ainsi que nos soi-disant « crânes rasés » d’avoir assuré notre tranquillité d’esprit et la sécurité de tous.

Bref, tout l’article est de cet acabit, il ne méritait pas que j’y consacre tant de place, mais la tentation (et la jubilation) de l’explication d’un si mauvais texte a été la plus forte pour l’ancien professeur que je suis, je vous prie de m’en excuser.

Si Bakchisch n’avait que des journalistes comme Chloé Leprince ou Chloé Demoulin, il n’est guère étonnant que ce site ait déposé le bilan … Je serais Philippe Cohen, je me ferais des cheveux blancs, on finit toujours par payer au prix fort  le choix de la médiocrité et de la malveillance.

Christine Tasin

Résistance républicaine

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Repost 0
Commenter cet article

LA GAULOISE 22/06/2011 12:58



J'aime bien :saucisson, pinard , cela résonne à mes oreilles comme une belle  musique de l'ex et tant regrettée DOUCE FRANCE. Quant à la prétandue journaliste dont vous faite allusion, ce
n'est qu'une petite journaleuse .