Des nouvelles de Puteaux depuis les élections?

Publié le 10 Avril 2008

Passant, de temps en temps, sur le site de l'ex candidat indépendant à la magistrature municipal, Monsieur Grébert Christophe, je relève comme d'habitude, des perles savoureuses. 
Prenons le MODEM dont ont connaît particulièrement l'engagement franc, sincère et massif lors des dernières élections Municipales et surtout Présidentielles.
Notre bon Samaritain nous déclare sa foi. Monsieur Bayrou devient donc un homme d'une grande fiabilité politique. Le problème c'est que tout le monde ignore à quelle politique il est fidèle! Même chez lui à Pau.
Donc, la "tendance" MODEM  de  Sylvie Cancelloni se tiendra nous dit-il aux côté du bon Samaritain tandis que l'autre "tendance" restera, en principe, proche de Joëlle Ceccaldi-Raynaud.
Qui détient donc la vérité? Quelle est la "tendance" vrai ? Le fromage Appellation d'Origine Contrôlés Bayrouiste!  
Comme d'habitude, sûrement au milieu. Au plus offrant étant donné les marchandages dans les différentes villes. Je ne suis même pas sûr que les bayrouistes de Puteaux le savent vraiment tant l'ami Bayrou est mouvant, glissant, insaisissable. "Il est passé par ici, il reviendra par là" ! Au centre gauche en clignant des yeux au centre droit! J'avoue que je m'y retrouve pas dans cette bataille politicienne!

Bref, on verra à l'usure les fidélités de chacun. En politique, c'est la denrée la plus rare la fidélité! Souvent, c'est la main sur le coeur, le sourire aux lèvres que l'on assassine les amis fidèles! Parfois c'est dans le dos en s'excusant à peine. Joëlle Ceccaldi-Raynaud fait partie de ces politiques qui respecte la fidèlité. Tant mieux.

Donc, notre bon Samaritain
sait quel est le bon centre Bayrouiste. Le sien!  Celui qui l'arrange pardi. Souvenez-vous, au début, il était pour l'ami Dominique Strauss-Khan. Mais celui-ci attiré par le bon air de l'Amérique et les indemnités du FMI nous tire sa révérence et s'envole de France en grand seigneur pour la France bien sûr.
Du coup, changement de monture pour notre impétrant! Il enfourche la Ségolène Royal et mène sur Puteaux une campagne socialiste aux galops et hop... il se ramasse.
De ce fait, il commence à se poser des questions.
Surtout quand le PS découvrant les canines acérées du bon Samaritain lui demande gentiment de sortir sans claquer la porte.
Donc pas le choix! Le MODEM et quelques personnes de bonnes qualités et de bons niveaux lui servent de support et lui font la courte échelle pour monter sa liste perso!
La sienne! Rien qu'à lui tout seul! Son bijoux, joujoux. Non mais...
Il est donc urgent de continuer à faire vivre ce croupion politique.
Le MODEM n'est ni de droite, ni de gauche mais derrière, bien au centre!
C'est son refuge désormais. Sinon, le bon Samaritain ne tiendra pas 6 ans pour les élections municipales ni 5 ans pour les législatives ni même 2 ans pour les cantonales. Pour les européennes il faut un vrai parti politique. Bosser chez les grands!
Bref, tout un profil de carrière. Car, cela ce gère une carrière! Regardez Fromantin... Personne n'est à l'abri d'une connerie du Président de la République! Il est redoutable le bougre. Il tire un coup au fusil et il flingue son voisin de droite!
Mais où en étais-je?
Ah oui à notre bon samaritain s'inquiète de la cagnotte municipale. Il a mis son nez délicat dans les comptes et à découvert que la ville n'était pas si riche que çà. Quelle surprise! Alors que notre bon seigneur avait assis toute sa campagne sur l'immense fortune amassée dans les coffres de la ville et débordant jusque sur les trottoirs! Si si...
Bon allez un peu de tolérance, il débute sa carrière de conseiller!
Gérard Brazon

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

Frédéric Chevalier 15/04/2008 12:09

Gérard,
Vu comme cela, je partage votre vision du rôle de l'opposition. Effectivement, je ne me laisserai pas entraîner dans une opposition systématique, épuisante et stérile. 6 ans, c'est long ! Il est important que chacun s'en rende compte.
Bien évidemment, Joëlle Ceccaldi, à la tête de l'exécutif de notre ville, a la maîtrise de son calendrier. C'est à elle qu'il incombe de donner le rythme. C'est cela, le jeu de la démocratie.
Rassurez-vous, vous ne m'avez pas vexé... ce n'était pas de la colère, mais un clin d'oeil (avec un sourire)...

Gérard Brazon 15/04/2008 11:01

Cher Frédéric
Finalement nous disons à peu près la même chose. A quelques possible malentendus près.
Il est vrai que le "couplet" socialiste ne vous concerne pas!
J'ai dit à Antoine que je n'avais pas suffisament pris en compte l'effet de l'interaction. Mais je reste convaincu que Joëlle est et restera maîtresse de son calendrier.
Votre opposition SE doit d'être constructive car elle serait morte avant un an dans le cas contraire! Vous le savez car vous avez une bonne connaissance politique.
Le parti socialiste de Puteaux l'a payé par sa défaite. Il ne s'agit pas de dénoncer en permanence ce serait une folie.
Votre désir est le bien être des Putéoliens? Tant mieux et dans ce cas précis prenez vos marques si je puis me permettre. Mais je sais que vous ne vous laisserez pas déborder par des ambitions venant d'un de vos colistiers. Vous êtes un homme de qualité et d'honneur. Je le sais! Et c'est le plus important par rapport à ce qui "pourrait" nous opposer politiquement.
Désolé de vous avoir éventuellement véxé à moins que ce ne soit qu'un effet de mauvaise humeur calculée. (sourire)
Gérard

Frédéric Chevalier 15/04/2008 00:38

Cher Gérard,
Vous me prêtez de si mauvaises intentions que vous me vexeriez presque !
Vous me connaissez assez maintenant pour ne pas douter de mon sens de la démocratie. Joëlle Ceccaldi a gané les élections. Une victoire qui tranche avec les scores précédents de son camp, mais une victoire suffisamment nette pour qu'elle fasse envie à de nombreux autres élus qui, ailleurs l'ont emporté sur des scores plus serrés.
De ce fait, Joëlle Ceccaldi appliquera le programme de la liste Union Pour Puteaux, sur lequel elle a été élue, puisque mandat lui en a été donné par les Putéoliens.
Est-ce à dire que l'opposition n'a aucun rôle à jouer sur la scène politique putéolienne ? Certainement pas ! Ou alors, cela reviendrait à dire que la démocratie municipale n'est qu'une vaste farce. Et comme je vous sais républicain, je ne doute pas qu'il n'y ait dans vos propos qu'un simple effet de manche propre aux joutes politiques.
Plus sérieusement, l'arrivée d'une opposition nombreuse (9 élus) qui siège et qui travaille, va tout de même changer beaucoup de choses à Puteaux. D'abord parce qu'elle dispose, par la loi, d'un droit de regard. Si Madame le maire a envie de vendre les bijoux de famille et de dépenser les réserves amassées par son père, c'est son droit. C'est aussi le droit des Putéoliens que de le savoir. Et là, vous me direz que la mémoire politique des électeurs est éphémère... Je vous répondrai que vous avez raison. Mais ce n'est de toutes façons pas l'élection de 2014 qui se joue aujourd'hui et ceux qui manœuvrent déjà en vue de cette échéance s'exposent à bien des déconvenues.
Vous connaissez ma vision de l'opposition. Elle n'a de sens que si elle est vigilante et constructive. Je n'entends pas passer six ans à tout critiquer par principe et à être contre tout ce qui est présenté, au simple motif qu'il faut être contre. Je n'hésiterai pas à dire ce qui va dans le bon sens. Lors du dernier conseil municipal, je n'ai pas hésité à voter avec la majorité en faveur de l'ouverture de l'espace Alexandre le dimanche. Je n'ai pas hésité non plus à infléchir le vote du groupe Puteaux Ensemble en faveur de la modification du projet de ZAC Théâtre et sur la question de la Tour de la Défense, estimant que Madame le Maire avait répondu à nos préoccupations. Sur ces points Christophe Grébert, dont vous critiquez si souvent l'attitude, n'a pourtant pas hésité à suivre ce point de vue.
C'est parce-qu'elle sait être constructive que l'opposition peut être crédible lorsqu'elle dénonce tel ou tel choix. Elle n'a pas vocation à empêcher la majorité d'appliquer son programme, mais elle a le devoir de provoquer le débat et de le rendre public.
Je conviens que cela est bien mince et que j'aurais préféré être maire adjoint en charge du développement économique. Mais rassurez vous, il ne m'a pas échappé que je ne le suis pas et 2014 est trop loin pour me monter à la tête. Par conséquent, il ne me reste qu'une chose à faire : travailler au service des Putéoliens en assumant pleinement la responsabilité de mon mandat. Je ne vois pas d'autre rôle à jouer. Sachez cependant que je considère comme un honneur de représenter les Putéoliens, même si vous pensez que je n'en représente que 4523.
Je partage aussi l'avis d'Antoine. L'opposition peut avoir aussi une influence sur la vie politique par le principe action-réaction. L'opposition constructive suppose aussi de proposer et pas seulement de critiquer. Sur cette base, rien n'interdit à la majorité de reprendre à son compte les éléments qui lui paraissent pertinents et qui lui permette d'améliorer son action. Il ne s'agit bien sûr pas d'appliquer un autre programme que le sien. Joëlle Ceccaldi semble disposée à le faire...l'avenir le confirmera ou l'infirmera.
Enfin, je vous passe votre couplet sur les gouvernements socialistes, puisque vous savez que je ne le suis pas et que je me situe clairement et résolument dans la majorité présidentielle (je ne peux hélas dire UMP, puisque mon poste de Conseiller municipal Puteaux Ensemble, me vaudrait une exclusion immédiate de la section de Puteaux et qu'adhérer à Paris ou au national relèverait d'une hypochrisie ou d'un manque de transparence). En outre, les travers que vous dénoncez, sont aussi bien l'apanage des gouvernements de gauche que de droite. La faillite dans laquelle la France se trouve est co-signée par la gauche et la droite qui ont gouverné à peu près à parts égales depuis 1981. C'est la raison pour laquelle je ne crois plus au clivage gauche-droite et que je suis convaincu qu'il faut faire bouger les lignes en France, comme à Puteaux !

Gérard Brazon 14/04/2008 10:35

Oui vous avez raison Antoine! Je n'ai pas pris garde à l'interréction des uns et des autres. Il y aura forcément de l'influence des uns par rapport aux autres. Un paramètre important.
Toutefois, connaissant bien les mécanismes, je sais que cette influence restera à la marge de l'action municipale. Et c'est normal. La majorité doit gérer et appliquer le programme qu'elle a proposé.
Je voulais vous remercier pour votre commentaire.
Ce site est ouvert à tous.
Liberté d'expression et de pensées.
Encore merci
Gérard

Antoine 14/04/2008 01:01

Bonsoir,

Tout d’abord, j’aimerai vous féliciter pour ce site. Je ne le connaissais pas et je le trouve très bien. Il est vrai que je serai incapable d’en faire autant. Bravo !
Maintenant par rapport à votre article et par rapport à vos commentaires, j’aurai quelques petites remarques.
Tout d’abord, je ne crois pas que le pouvoir de notre maire enlève toute responsabilité d’action à l’opposition. C’est une vision un peu partisane, réductrice et aussi quelque peu méprisante pour rappeler à l’équipe de Puteaux Ensemble qu’ils n’ont pas gagner les élections. Même si je peu comprendre votre joie ça ne doit pas me semble-t-il atténuer votre lucidité. Les actions de la majorité sont et seront forcément influencées par les idées et la présence à ce conseil municipal des membres de l’opposition. La loi de l’action et des réactions concordantes résume assez bien ce que je veux dire. Dans quelle mesure y aura-t-il des réactions des uns par rapport aux autres ? Ca je n’en sais rien mais dire le contraire c’est comme dire qu’on a une libre pensée ! Mais vous êtes libre de le penser, enfin presque…dire que l’opposition n’est pas majoritaire c’est une chose et dire qu’elle n’a aucune influence ou responsabilité sur les choix que feront les membres de ce conseil en est une autre.

Ensuite vous ventez la fidélité de JCR. C’est peut-être vrai, mais ça ne l’est pas pour tout le monde, si vous voyez ce que je veux dire. C’est donc, me semble-t-il, une fidélité bien relative.

J’ai beau me passer le déroulement du Conseil Municipal dans tous les sens, je ne trouve pas que des qualités à notre maire…mais je vous assure que je lui en trouve.

En tout cas c’est courageux de diffuser ce conseil municipal qui est au combien enrichissant. Quel honneur d’entendre notre maire chez soi dans son salon entre Aïda et la Flûte Enchantée !

Cordialement

Gérard Brazon 12/04/2008 16:15

Cher Frédéric
C'est tout de même réducteur et ma foi habituelle de la part d'une opposition. Mais tout de même. On ne peut avoir fait une campagne sur la "fortune" de Puteaux, les trésors cachés, la ville riche, ville qui ne fait rien pour... pas assez... trop mais...
Puis, par la suite, faire comme si de rien comme s'absoudre de son ignorance passé sur l'état des finances et attaquer sur un autre angle. C'est cavalier et pour tout dire politicien. Joëlle, autant que je sache, ne s'est jamais cachée que la ville avait dépassée l'époque dorée ou la Défense procurait des moyens importants. Mais Christophe Grébert n'a pas écouté.
Le CES que Joëlle doit créer devra être une réponse.
Votre réaction me fait penser à ces socialites qui ont gouvernés la France pendant prés de 20 ans et qui ne sont responsable de rien. Ni aux erreurs des 35 heures, ni à la dilapidation des finances publics à la moindre manifestation, ni de l'ouverture à une immigration non contrôlée, ni au laxisme judiciaire, etc.
Pour le moment, à Puteaux, vous n'êtes responsables de rien et, il vous faudra l'admettre, vous ne serez en rien responsble de quoi que ce soit pendant les 6 prochaines années. C'est ainsi.
Vous pouvez dire, écrire, faire savoir mais, le pouvoir est à Joëlle avec son conseil municipal.
Pire, j'ai appris durant ma vie professionnelle, politique et surtout syndicale que la mémoire de nos interlocuteurs et des électeurs est extrèmement réduite. Les Français sont individualistes et ils ont la mémoire courte. J'en veux pour preuve la mémoire de l'un de vos colistiers qui a oublier ce que la Municipalité a apportée à sa résidence(sourire).
Vous voulez un rôle dans la ville? Ce n'est sûrement pas en s'opossant sur les moindres détails.
Bien à vous Frédéric

Frédéric Chevalier 12/04/2008 13:48

Gérard,
Sur la "cagnotte", le problème n'est pas de prendre Christophe Grébert en défaut par rapport à ses propos de campagne.

Une seule question se pose : en 2004, au départ de Charles Ceccaldi, il y avait 228 millions d'euros de réserves placés. A combien s'élève ce capital en 2008 ? La seule chose que nous sachions, c'est qu'il a rapporté 9 millions d'euros en 2007.

Joëlle Ceccaldi n'a pas su - ou n'a pas voulu- nous répondre clairement sur ce point. Ses services non plus. Nous allons donc poser la question au trésorier municipal.

Si le montant de ces réserves est proche des 228 millions d'euros de 2004, nous le dirons, mais si nous découvrons, comme nous le craignons, que cette somme a été fortement entamée, cela voudra dire que la majorité municipale vend les bijoux de famille pour financer une politique au dessus de nos moyens. Ce serait particulièrement grave et les Putéoliens doivent le savoir.
A suivre...

almaterra 12/04/2008 07:20

Bienvenue dans la communauté "Les mots dans tous leurs états" !

laurent Meliz 11/04/2008 00:33

A mon tour de me sentir indirectement épinglé.Chacun sa façon... Mais, nous avons un point commun..... si, si, je vous assure... Nous avons épinglé le MoDem tous les deux..

La preuve ?

http://www.meliz.org/article-17005999.html

Cordialement