La donneuse de leçons épinglée par sa collaboratrice. Royal !

Publié le 12 Avril 2008

«L'immense déception» d'une ancienne collaboratrice   Sophie de Ravinel
11/04/2008 | Mise à jour : 21:21 |
Commentaires 11

Dans un livre publié en février 2007, Evelyne Pathouot explique les rapports «singuliers» que Ségolène Royal entretient avec l'argent.

«Nul ne pourra dire qu'il n'a pas été prévenu.» Ancienne «ségoliste convaincue», Évelyne Pathouot a voulu qu'à la veille de la présidentielle vérité soit dite au sujet de Ségolène Royal, pour qui elle a travaillé comme attachée parlementaire entre 1995 et 1997.

En février 2007, celle qui collabore aujourd'hui avec deux députés UMP publie un livre * relatant son expérience auprès du député socialiste des Deux-Sèvres. Il ne s'agit pas d'un «pamphlet», assure-t-elle, mais bien d'un «portrait» dans lequel elle « n'avance rien qui ne soit vérifié ni vérifiable». Les lignes d'Évelyne Pathouot sont pleines de ressentiment, un ressentiment qui porte avant tout sur des questions d'argent.

C'est d'ailleurs sur un arrangement financier «un peu limite» que débute leur collaboration, à l'automne 1995. Royal lui versera un demi-salaire et propose «une solution de dépannage» pour le reste, « grâce à l'un de ses “camarades”, trésorier d'une association de type loi de 1901». Celui-ci, raconte Pathouot, «ignorait tout de mon existence » et se serait exclamé : « Elle est folle, complètement folle ! Avec ses histoires, on va tous finir en prison.»

En fin de compte, Royal propose à Pathouot de lui verser le complément de la main à la main. «À la fin de chaque mois, raconte-t-elle, je devais lui réclamer le complément de salaire (…), transformée en mendiante (…).» Royal, qui « entretient des rapports plutôt singuliers avec l'argent», semblait « presque étonnée de (la) voir exiger (son) dû » . Sa collaboratrice doit faire preuve de doigté pour «l'avertir d'une mauvaise nouvelle » : les stations d'essence «ne distribuent pas gratuitement le précieux liquide qui sort de leurs pompes, comme le font avec l'eau les fontaines Wallace de Paris».

Lire la suite sur:
http://www.lefigaro.fr/politique/2008/04/12/01002-20080412ARTFIG00185-l-immense-deception-d-une-ancienne-collaboratrice-.php

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

Philippe 13/04/2008 15:58

Il est vrai que son ex compagnon avait osé déclarer devant des millions de téléspectateurs qu'il n'aimait pas les riches.
Décidement ces "petites gens" sont méprisables et ne méritent pas que l'on s'intéresse à eux.
L'origine des maux dont souffrent notre beau pays se perd dans les nuits électorales. Les torts sont tellement partagés qu'il est impossible d'y voir clair. A vous dégouter de voter.
Je hais les gens de gauche et leur esprit sectaire qui consiste à mépriser tout ce qui ne rentre pas dans leur système de pensée.
Je hais cette engeance de menteurs professionnels pour qui le peuple n'est qu'un immense parc électoral et qui ont l'outrecuidance de déclarer que la démocratie est affaiblie en raison de leur éviction du pouvoir.
Je hais ces fossoyeurs de notre beau pays qui prônent le multiculturalisme mais qui habitent des quartiers dont le prix au m2 les assure ne ne jamais avoir de voisins "défavorisés".
A tous les pervers de la rose je rappelle que Mitterrand a été décoré de l'ordre de la Francisque par Pétain lui même...
Oui...Pétain...l'horrible monstre chef de l'Etat français qui avait osé cette maxime : "Travail Famille Patrie"
Pétain, appelé au pouvoir par une assemblée...socialiste (Vous l'avez oublié ???)
Qu'en est il d'ailleurs de cette maxime ?

Travail = Il n'y en a plus

Famille = Diluée, fragilisée à l'extrême, cassée par des thèses laxistes et permissives enseignées par les larbins surprotégés et à l'égo surdimensionnés de l'éducation nationale.

Patrie = Laquelle ? celle qui s'affiche dans les matchs de foot ? Je ne vois que des drapeaux algériens, mais...Chuuuut, il ne faut pas le dire !

Gérard Brazon 13/04/2008 16:26