Ma ville de Puteaux: L'inénarrable opposant...

Publié le 17 Avril 2008



Je pensais naïvement
qu'après les élections perdues de Monsieur Christophe Grébert nous avions tourné une page. Mais non, cela aurait été trop "responsable" politiquement.
Monsieur Grébert à la dent dure et tenace! Il ne veut pas lâcher le "morceau". En l'occurrence, cette fois-ci,  les propos de Monsieur Charles Céccaldi-Raynaud. En effet, dès que celui-ci tousse un peu, voilà notre bon docteur Grébert qui se penche sur sa poitrine. On ne sait jamais... S'il prononce un mot contre sa fille, le voilà qu'il s'agite tout excité à l'idée de faire une mayonnaise. Si l'ancien Maire proteste, conteste ou écrit sur son site, le voila tout émoustillé à l'idée de trouver une pierre à mettre dans la chaussure de Joëlle Céccaldi-Raynaud.
Il paraît que cela s'appelle de l'opposition. Ah bon!
Exemple lue de rhétorique de cette opposition construite et intelligente. Je cite:

Même s'il ne siège plus au conseil municipal, et même si sa fille est parvenue à le déloger (Quel vilain mot) de la présidence de l'Office HLM, Charles Ceccaldi, qui reste conseiller général de Puteaux, n'entend pas, semble-t-il, rester silencieux sur les agissements de sa fille (Le bonheur pour notre opposant). "La
Guerre des Ceccaldi" (Et c'est reparti. Quel pitoyable argument politique) n'est donc pas terminée. La réalisation d'un audit (Faut-il lui rappeler que les finances de la communes ont été auscultées par la cour des comptes il y a moins d'un an. Un rapport a été rendu et publié) des finances de la commune était l'une des propositions de l'équipe "Puteaux Ensemble
".(Classique figure politique: Souligner l'un pour mieux argumenter l'autre.) Je ne peux que me féliciter que l'ancien maire nous rejoigne sur cette idée ! (Le clou: Voila notre opposant qui trouve que c'est une bonne idée que l'homme qui l'a "poursuivi" et "persécuter" judiciairement, nous disait-il il y a peu, le rejoigne. Vous allez voir qu'il va bientôt lui proposer une alliance)! 

Non décidément, je ne me lasse pas de lire le blog de Monsieur Grébert. Il est plein de sens cachés et de révélations lorsque l'on se prend la peine de lire entre les lignes.
Mais que pensent les 4300 électeurs environ de ces propos?
En attendant, j'attends toujours des nouvelles de son "élection" à vie pour dans 6 ans... au poste de Président de l'association.
Et là, que pensent ses colistiers. C'est le grand silence!
Gérard Brazon

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

Gérard Brazon 19/04/2008 11:33

dans tous les engagement sincère il y a toujours un d'exagération(sourire).
Je ne parlais pas du niveau de l'information que donne Monsieur Grébert sur son site mais de l'éclairage qu'il donne de cette information. Nuance. Mais de taille. Prenons un exemple:
Si je relate les éclairages de Noël dans la ville et me confonds d'admiration sur des fontaines, les décorations ou des floraisons c'est de l'information. Mais si j'omets d'en signaler les décideurs et les auteurs de ces merveilles cela devient un choix politique volontaire de ne pas les féliciter. CQFD (sourire). C'est là la différence entre un site orienté ou non. Non pas qu'il n'ai pas le droit d'être orienté mais simplement parce qu'il faut faire l'effort d'aller au delà de la simple information donnée.
Le site de Monsieur Grébert souligne sans cesse et nomme les défauts mais ne mets jamais en valeur les qualités. Encore une fois pomenez-vous dans Puteaux et regardez autour de vous. Cette ville avance. Trop lentement certes, comme cette trouée verte qui n'en finit pas d'être trouée sans être verte mais elle avance. L'administration est lente car prudente. Une ville n'est pas comme le jardin d'un particulier. Il y a des règles administratives lourdes et pesantes. Mais cette ville, sous la direction de notre Maire, bouge.
Bien sûr, elle aurait pu sans doute avancer comme Levallois à coups de bétonneuses et d'expulsions. ce ne fût pas le choix de Joëlle ni même de son père.
Pour autant, peut-on faire des photos de la ville, dire sa beauté et ne rien dire sur celle qui la mets en valeur?
Liberté d'expression certes et je n'ai pas d'ennemis. En tous cas je considère personne comme mon ennemi. des adversaires politiques tout au plus.
Sur l'amour? Nous ne sommes jamais lucide sinon l'on fuirait l'amour. Trop douloureux, trop engageant, trop... décevant parfois.
L'Amour, l'Amitié!
C'est presque le même sentiment, la même tendresse, la même confiance un peu naïve et bête et souvent hélas, la même déception, la même infidélité, la même trahison, la même douleur.
L'amitié c'est de l'amour sans le sexe. D'ailleurs je me demande s'il ne faudrait pas mieux faire l'amour à l'amitié qu'à l'amour. Par sécurité, pour la distance... par amitié.(sourire) mais je m'égare.
Quant à l'ancien maire, j'ai dit déjà toute l'admiration que j'avais pour lui. Je n'ai jamais parlé d'amour ni d'amitié. Il ne m'a jamais fait part de son amitié pour moi. Il a toujours été relativement distant avec moi. J'étais un conseiller parmi d'autres. Mais je l'admieais pour son intelligence fulgurante, sa rapidité de décision et son immense culture.
Ce que je n'avais pas imaginé un seul instant c'est ce combat, ce drame entre ces deux personnes qui semblaient s'aimer si fort. Ce combat entre le père et sa fille qui l'aimait tellement.
J'admirais l'une et pour Joëlle j'avais et j'ai encore et toujours une grande amitiè, de la confiance, en qui je crois et à qui j'ai décidé d'être fidèle jusqu'au bout. Fidélité à l'amitié de Joëlle mais aussi au Maire qu'elle est et que j'avais élu comme tel sur demande de son père en 2004! (compliqué à comprendre pour un nouveau venu dans la ville?). J'ai fait le choix de Joëlle contre son père et croyez le bien, je l'ai payé au prix fort.
Tout cela pour dire que "l'affaire des Ceccaldi" est devenue et restera un argument totalement dépassé hormis pour des nostalgique d'un combat politique datant d'un peu plus d'un mois.
Je vous remerci Antoine de ces échanges. C'est toujours avec plaisir que je mets sur mon clavier pour vous répondre. Bien à vous.
Gérard

Antoine 18/04/2008 22:54

Bonsoir,

En effet, présenté de cette manière, ce n'est pas de l'opposition, c'est de la bêtise. Le tout est de savoir si par votre engagement, vous n'exagérez pas un petit peu, voire plus.

Il me semble que Mr. Grébert donne un maximum d’infos sur son site. Il essaye de s’intéresser à tout ce qui touche de près ou de loin notre commune, et c’est tout à son honneur. Ce jour là, le mercredi 16 avril, il a publié 4 billets dont celui qui rapporte les propos de notre ancien maire. Vous connaissez son point de vue sur la manière dont notre maire gère la ville, évidemment qu’il fait passer ses idées. Faut-il, parce que les élections sont terminées, ne pas relever les propos de Mr. Charles Ceccaldi Raynaud ? Devrait-il abandonner le combat ? Dans votre site, vous combattez et abordez des idées et plein de sujets intéressants. Pourquoi Mr. Grébert n’aurait pas de crédibilité à vos yeux s’il en faisait de même ? Pour ma part, j’espère bien que Mr Grébert ne va pas abandonner le combat car si c’était le cas tout le monde y perdrait beaucoup. J’avoue que grâce à l’info qu’il a publiée ce jour-là, j’ai pu trouver le site web de notre ancien maire et grâce à Mr. Grébert, j’ai pu prendre connaissance des articles qui y sont publiés et notamment celui qui parle de la Miilos.

Vous êtes le premier à défendre le fait que tout le monde a le droit de s’exprimer et encore une fois, c’est tout à votre honneur. Je pense qu’il faut le mettre en pratique autant avec ses « ennemis » qu’avec ses amis. Je vous dis cela car à vous lire, on pourrait croire que Mr. Grébert aurait mieux fait de se taire.

[Je rêve qu’un jour on puisse dépasser le clivage des « j’aime, j’aime pas ». Sommes-nous lucides quand on aime quelqu’un et quand on en n'aime pas un autre ? Pourquoi dit-on que l’amour rend aveugle ? Il y a plusieurs degrés dans l’amour. Aimer quelqu’un, un ami, une amie ou un personnage public peut aussi nous rendre aveugle par rapport à ses actes. De ce point de vue, ce n’est pas forcément un avantage de connaître la personne pour laquelle on vote. Et c’est sûrement pour cela que les hommes politiques font tout pour rencontrer les électeurs, leur serrer la main, leur montrer qu’ils pensent à eux, les appeler par leur prénom et j’en passe. On pardonne aux gens que l’on aime et moins à ceux que l’on n’aime pas ou que l’on ne connaît pas.]

Ce n’est pas parce que notre ancien maire a fait campagne contre sa fille ou que sa fille s’est présentée contre son père, que cet homme ne dit pas des choses intéressantes, ou que sa fille n’a aucune qualité. Je crois que vous avez reconnu les qualités de notre ancien maire pendant de nombreuses années. Aujourd’hui, aurait-il perdu toutes ses qualités parce que vous ne l’aimez plus ? Je pense que ne pas reconnaître les qualités de nos ennemis (si tant est que nous en ayons) est une véritable infirmité.

[Tout ça entre deux commentaires des sourates du Coran…suis-je bien sérieux ? Si ça continue vous allez faire de moi un musulman !]

Pour en revenir à « cette histoire de famille » je ne pense pas comme vous que c’est un piètre argument politique. Je me rangerai plutôt derrière la définition de J.J. Rousseau : « La famille est le premier modèle des sociétés politiques ».

Bien à vous