Joli mois de Mai: Mais lequel ? 1968 ou 1945. Qu'en pensez-vous?

Publié le 13 Mai 2008

Beaucoup étaient là


La fête battait son plein et l'insouciance régnait.
Un monde défilait. D’autres se défilaient.

Ici, les chants et la fête ! Ailleurs, les chars.

Le pacifisme en réponse aux nazis.

L’inconscience oublieuse face aux fusils

Bientôt, un monde allait s’effondrer dans le sang.

La folie des hommes. Un nouvel affrontement.

 

Sur les routes, les soldats, les civils fuyaient.

Le courage et l’audace avec le désespoir.

L’insouciance se payait par ses heures noires.

L’incompétent fuit ses responsabilités.

 

Mais des voix, des hommes s’élèvent : Résistance !

Des hommes et des femmes franchissent la mer.

Et un général proclame l’éternel France.

Unissant, regroupant les forces volontaires.

 

Ils n’étaient pas tous là. Et certains s’égaraient.

Croyant l’internationale et non la patrie !

D’autres, un autre monde. Et collaboraient.

Notre France se déchirait à l’infini.

 

Mais un général proclame l’éternel France.

Unissant, regroupant des forces volontaires.

Des Hommes, des femmes rejoignent l’Angleterre

Car la voix de la France crie. Résistance !

 

Ils n’étaient pas tous là mais ils étaient nombreux.

Combattant pour l’honneur d’une France vaincue.

Sur mer, sur terre. En résistant courageux.

Soldats de l’ombre redressant l’honneur perdu.

 

Vous vous êtes bien battus. Vous avez résisté.

La France vous doit tant Soldats. La liberté.

 

Gérard Brazon
Une pensée pour Reine Desnoulet. Elle avait une telle admiration pour le Général de Gaulle.
Il y a une photos de toi sur un char libérateur.
Tu me manques déjà Reine. Nos conversations, nos débats, nos désaccords. Mais tu n'es plus là.  Sauf dans mon coeur et dans celui de ceux qui t'ont aimé. Repose en paix Reine.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

Gérard Brazon 18/05/2008 13:30

Mais je vous aime bien comme ça Laurent. (sourire). Cela dit 1936 quand de l'autre côté de la frontière il y a vait les défilés de Nuremberg et de Berlin peut prouver une certaine inconscience de la part du Front Populaire. Mais il est vrai qu'il y avait l'infranchissable ligne Magino. Alors les avancées sociales oui bien sûr. Comme la cigale et la fourmi en fait. Fallait-il mettre le paquet sur la défense ou sur les acquis sociaux. Les deux sans doute. Mais à l'époque, le pacifisme faisait des ravages. Cette inconscience à coûtée cher en vie humaine.
1945! de Gaulle et les socialo-communistes. Des avancées sociales également... utiles et satisfaisantes. L'ennui est qu'il ne fallait sans doute pas s'acquebouter dessus à l'infini. Evoluer est le mettre mot. Pas régresser bien sûr. Quant à 1968, je me suis déjà exprimé.
Merci Laurent.
A propos le poème vous a plu j'espère. (resourire)

laurent Meliz 18/05/2008 12:42

Les deux en fait.... En 1968, on arrive à faire appliquer des acquis de 1936, et en 1945, le CNR, pose les bases de la solidarité sociale dans une europe à relever et sans le sou. Alors pour moi 1936, 1968, 1945, j'y trouve les mêmes combats, les mêmes avancées sociales. Ho et puis oui allez dehors les acquis sociaux, exit les congés payés.. Travaillons plus.. Pour un pays de le plus productif, on va faire un carton. En ésperant que tout ça se partage...

Oui je sais j'ai tendance à être de gauche. personne n'est parfait