Rubrique Poésie: Les amants...

Publié le 21 Mai 2008

Lorsque l'on prend souvent les transport en commun, Métro, RER, Bus, comme le font les habitants de nos banlieues et de Paris, et quand "les autres" vous intéressent vous ne tardez pas à remarquer l'étrange attitude de certains couples.
Ils ont jeunes, ou beaucoup moins. Ils partagent tous une même passion. La personne qui voyage avec eux. Tant d'attentions, de regards émouvants. De la joie et du bonheur quasi palpable. Alors qui sont-ils ces gens heureux. 
Des amoureux légitimes? Qu'importe!
L'imagination galope.

Un petit poème pour eux.

Elle,
Un vendredi en ville, un dernier regard puis,
Il disparaît au coin d'une rue. Envolé.
Un dernier regard et puis, attendre lundi.
Deux longues journées sans lui. Deux jours de pensées.
Elle l’imagine vaquant à ses occupations !
L’école, chercher les enfants et la maison !
Sans même imaginer cette sourde attention
Qui étreint son âme et devient une obsession.
Lui ! L’impossible, l’interdit, la face caché.
Elle devine ses gestes ! Il lui en a tant parlé.
Le matin, dans le Métro. Entre deux baisers.
Un monde où elle n’aura pas sa place. Jamais.
Elle l’imagine assise sur son canapé
En partageant en secret, les mêmes pensées.
Attendre deux jours et puis le retrouver
Son doux solitaire en attente. Qu’il veuille donner,
Son trop plein d’amour qu’il ne peut épuiser.

Lui !
Deux jours interdits de nouvelles. Sans la voir
La regarder, l'embrasser, la sentir blottie.
Dans un doux plaisir clandestin au fond d’un lit.
Un lit de passage, mais un nuage de lit !
Et lui pardonner cette impatiente folie.
Lui pardonner sa vie d’ailleurs. Son autre vie !
Celle des enfants et de son légitime mari !
Se dépêcher, se préparer pour le dîner,
La famille, les rires ou les cris d’une soirée.

Elle!
Qui avait peu, se trouve comblée aujourd’hui !
Les coeurs ne choisissent pas. Ils n’ont pas choisi.
Il est venu. Sa présence l’a ébloui !
Le matin, dans le Métro. Entre deux baisers.
En partageant l'amour et les mêmes pensées.
Depuis, elle vivait comme une ombre. Dans sa nuit.
Attendre son soleil ! Un matin près de lui.
Dans le métro, au bureau,  un nuage de lit!
Se pardonner une vie d'ailleurs. Leur autre vie!

 

Gérard Brazon

 


 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

monique 30/05/2008 20:53

J'aime regarder les gens autour de moi dans le métro ou bus ou rer....
certains me font sourire, d'autres m'intriguent, certains me font pitié, d'autres m'émeuvent!!

Il est très beau ton poeme!

Gérard Brazon 26/05/2008 09:37

Merci Anne de ton retour. Je n'avais plus de tes nouvelles que par blog interposés. J'avais cru comprendre que tu avais eu quelques soucis. C'est en insistant une dernière fois que j'ai pu constater que tu étais encore dans la blogosphère! Tu as certainement raison. S'inventer des vie différentes. Imaginer ce que l'on aurait pu être si... dans une autre vie! Qui sait?
A bientôt

Gérard Brazon 26/05/2008 09:31

Chère Elisabeth
C'est un plaisir de les voir. J'aime voir un bonheur qui rayonne. Je ne juge pas et n'encourage pas! Je constate que cela existe tout simplement. Je pense que chaque moment de bonheur est à prendre. Cela vaut bien quelques complications. L'essentiel étant le respect de tous et de chacun. Bien entendu, l'idéal serait de vivre ce bonheur en permanence avec son mari ou sa femme légitime.
Tu sais, la vie est cruelle parfois. Mais elle souvent trop courte. Alors l'usure...
Je viens de perdre un ami de 59 ans.

anne 25/05/2008 23:07

Bonsoir Geb!!!je suis désolée pour l'ouverture de mon site et ravie que ce ne soit que temporaire!!
j'aime beaucoup observer les gens aussi dans les trnasports en commune ou dans les halles de gare!!!
et j'aime aussi faire vagabonder mon imagination!!!sans doute une façon de s'inventer une vie plus trépidante alors on aimerait aussi être ces amants légitimes ou pas mais si ça se trouve , on a déjà été observés et les autres ont peut-être imaginé des choses qui n'étaient pas en réalité.... qui sait?

elisabeth 25/05/2008 22:33

Une situation que je n'aimerais pas connaître, ce doit être usant à la fin... Mais tu en parles bien. Bonne soirée Gérard.

Martine 23/05/2008 08:34

Coucou, c tjrs un bonheur de te lire et de lire tes vers, tu es un etre très sensible et c 'est touchant......!! je te fais de gros bisous
Martine

Annie 23/05/2008 07:15

Nostalgie ??? (sourire)

Bisous
A

Gérard Brazon 23/05/2008 08:26


Non Annie! C'est simplement l'observation des couples dans les transports. J'ai toujours été sensible aux regards complices, aux sourires cachés. Et puis les hommes et les femmes sont tellements
plus beaux lorsqu'ils sont heureux! Et le plus souvent ils le sont quand ils sont amoureux! Bisous Annie. Je recommande ton site qui est d'une grande beauté et d'une grande sensibilité. Un merci
publique pour ton livre...
Gérard


Michèle CAILLET 21/05/2008 23:16

Gérard,

Et re-voici un magnifique poème que j'apprécie encore.

Donc ... HOP ... publication sur mon blog.

Je t'embrasse.

Amicalement,
Michèle

Gérard Brazon 23/05/2008 08:31


Merci Michèle. Tu es un amour. J'espère que comme beaucoup tu regardera ces couples magnifiques.
Certains me disent que le pendant de ces amours c'est le (la) légitime. C'est vrai... Mais qu'y puis-je? Je ne fais que relater, sous forme de poèsie, une situation. Une réalité des transports en
commun. Je ne juge n'y encourage personne. (sourire)