Ville de Puteaux: Le retour de la voix (Haineuse)

Publié le 1 Juin 2008

Monsieur l'ancien creuse toujours son terrain favori. L'amertume et la rancoeur. Le terrain est lourd et visqueux. Il s'acharne dans son erreur. 
Mais, toujours ce talent de l’écriture. Car bien sûr, il ne fait aucun doute que la Voix de l’un n'est que la voix de l’autre.
La phrase est courte, acerbe, aiguisée.
Le mot rechercher qui veut faire mal. La haine comme seule outil.

Beaucoup d’erreurs dans les propos à commencer par évoquer la Tour phare alors qu’il s’agit de la Tour signal. Affligeant tout de même pour une Voix de la science et de la connaissance suprême !
Doit-on pardonner à cette personne, qui fût illustre en son temps, ses amalgames, ses raccourcis ? Ses coqs à l’âne ?
Il fait semblant de ne pas comprendre l’image du donjon utilisée par Joëlle Ceccaldi-Raynaud.
Feint d’ignorer que pour s’exprimer clairement les images sont parfois essentielles. On appelle cela des métaphores ! Mais « la voix » le sait bien ! Elle, qui les a si souvent utilisées pour s’exprimer dans ses discours d’autrefois. D’un autre temps désormais.
Cette vilaine voix poursuit son petit travail et nous parle de baccalauréat. Affligeant.
Elle nous parle d’ignorance alors qu’il ne s’agit que d’une façon d’exprimer un sentiment.
Croit-il vraiment que les Putéoliens sont assez sot pour ne pas avoir compris que les forteresses du Moyen-Âge ne ressemblent en rien aux tours de la Défense ?
Qu’ils gobent sa logorrhée sur la méconnaissance supposée par Joëlle Ceccaldi-Raynaud du Moyen-Âge ?  
En fait, les Putéoliens s’en moquent bien ! S’en rendra t’il compte un jour ?
Ce qu’ils veulent, c’est du calme, du travail, des projets ou ils auront leur mot à dire, une présence du Maire, une responsabilité assumée par lui et l’application du programme sur lequel Joëlle Ceccaldi-Raynaud a été élu. C’est tout !
Les citoyens de Puteaux se sont exprimés il y a peu.
Le courant d’opinion de la Voix ne représente qu’une seule et malheureuse petite voix fluette. Une tristounette voix sans grande envergure. La voix de son maître.

Gérard Brazon

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

Marlène 03/06/2008 13:12

Si JCR désapprouve le projet de la tour Signal, elle a très certainement ses raisons et qu'elles sont justifiées. D'ailleurs, Jean Nouvel est prêt a apporter des modifs en ré-étudiant certains points et en les modifiants. Ce qui est rassurant, même si je n'ai jamais mis ses actions en doute car s'est une femme réfléchie, est que JCR n'est pas la seule à faire état de son point de vu et qu'un ensemble de personnes défendent ses idées.
Il ne faut faire comme moi, qui au départ, ai complimenté le projet sur simple photo virtuelle, il faut aussi tenir compte d'un ensemble de choses. L'utilisation, l'esthétique intérieure, la sécurité, l'environnement ...etc. Il est vrai que j'ai porté un jugement uniquement sur l'aspect extérieur sans tenir compte de rien d'autre, mais avec le recul, je peux aujourd'hui dire que l'aspect extérieur est importante, mais n'est pas la priorité de ce grandiose projet, il va bien au delà. Pour le coup, CCR est encore à la traine avec ses remarques sans aucun sens.

coudfil 02/06/2008 10:24

Salut Gérard, comme d’habitude, tu répliques à la (voix) de façons magistrale.
Bravo, à bientôt
coudfil

Marlène 02/06/2008 07:23

Gérard,

CCR ne poste aucun commentaires lui signalant ses erreurs et Dieu sait qu'il en fait et qu'il en dit des erreurs, plus grosses et bien plus grandes que lui. Il confond, il ment, il ignore, il invente, il bafouille, il est encore au moyen âge. La tour signal, sera une tour des temps modernes, il en ai resté à la tour phare. Il parle d'HLM alors qu'il a massacré ceux qui existaient chez nous en les offrants en pâture aux imposteurs. Il a laissé quelques miettes de logements sociaux, des logements qu'il a transformé en taudis dépensant sans compter l'argent de la subvention de la mairie à des "fins personnels", élections obliges !. Que reste t-il de lui ?, une ombre, un homme vieilli et haineux qui n'ose pas affronter le regard de sa fille par honte. La maladie reviendra au galop et prendra le dessus sur lui, elle l'emportera et il partira seul, abandonné par la racaille qui l'entoure. Pendant qu'il tentera encore de vaincre la maladie jusqu'à son dernier souffle, sa nièce et sa fille iront manger à la la pizzeria. Installer à la place qu'il occupait du temps ou il allait bien, elle paieront avec la carte bancaire du disparu.