Ville de Puteaux: "sous Kaliméro il y avait Rastignac" (sourire)

Publié le 18 Juin 2008

Nous y voila! Ce que je vous disais il y a 2 mois se concrétise.
C'est fait! Notre Kaliméro local ne pouvait que s'inscrire dans un parti politique pour continuer à exister.
Comme je le disais, il avait le choix entre son parti d'origine le Parti Socialiste, le MODEM ou en dernier recours monter une association. "Puteaux-Ensemble"
Ce sera donc le MODEM de l'inénarrable Sylvie.
Avec le toupet qui le caractérise voici ce qu'il nous dit la fleur à la bouche:

J'ai bien entendu accepté avec enthousiasme cette invitation de Christophe Ginisty. Mon adhésion au MoDem intervient après une année d'engagement fort.
Les idées, les valeurs et les méthodes que nous avons développées durant la campagne municipale à Puteaux sont totalement en phase avec celles revendiquées par le Mouvement Démocrate de François Bayrou.

Ses anciens colistiers sont certainement ravis de lire sur son blog son tout nouvel engagement. Assez pitoyable! Comme le dit son ancienne colistière Annie Keszey, "heureusement qu'il n'a pas été élu Maire de Puteaux"!
Les Putéoliens qui n'ont pas la mémoire courte seront se souvenir de cette homme de parole!
Gérard Brazon

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

nathalie 24/06/2008 13:03

je savais bien qu'un Christophe pouvait en cacher un autre... :-(

laurent Meliz 19/06/2008 23:55

Je garde très peu de traces de mes aïeuls, s’ils avaient été nobles. Non Bourgeois, je ne pense pas. Les quelques photos de arrière grands parents espagnols, montrent qu’ils étaient maraichers dans le nord de l’Espagne, mais de là à dire que c’étaient des bourgeois. Alors voyons ma famille en 1789, pouvait faire quoi….
Aucune idée, je ne vois rien de la noblesse chez moi, mais plutôt pour moi, à croupir au fond d’un cachot à la Bastille pour un mot mal choisi, ou un pamphlet signé de mon nom. La révolution je l’aurais vu de loin. Vous me prêtez une fin bien trop spectaculaire, mon cher Gérard !

Gérard Brazon 19/06/2008 09:55

Trop drôle mon cher laurent! le "ça ira ça ira" vous l'auriez entendu au bout d'une pique! Le corps en moins! Toujours ce relativisme en histoire! Sachez mon cher que vous auriez été considéré au pire comme un aristo au mieux comme un bourgeois à l'époque!

laurent Meliz 19/06/2008 01:23

Hé, moi aussi j'étais co listier... que'st ce que j'ai comme chanson moi... Il court il court le furet... Le faussaire de Brassens.... Le deserteur... Ho non tout ça c'est trop d'honneur.. un bon ha ça ira suffira...

a bientot

Gérard Brazon 18/06/2008 13:08

Merci Philippe de votre sincérité et de votre confiance de faire part sur mon site de votre désarroi mais surtout de votre déception. Christophe Grébert a été manipulateur!
Il a su avec beaucoup de finesse utiliser le cadre victimaire que l'ancien Maire Charles Ceccaldi-Raynaud lui avait fait sans se rendre compte et ce malgré nos conseils de prudence.
Encore Merci de votre commentaire que je vais mettre en note.
Gérard Brazon

Philippe Le Bourbouach 18/06/2008 12:39

Bonjour,
En tant que colistier de Puteaux Ensemble voici le mail que j'avais fait parvenir à l'ensemble du groupe et ce en date du 23 avril 2008.
Bonjour,
J'ai laissé passer du temps afin de prendre du recul. Je ne serai pas à la réunion du 24 avril car l'esprit et le souffle qui ont animés Puteaux Ensemble, sur un socle de valeur communes ont été volontairement instrumentalisés et ce au service d'une ambition démesurée et personnelle.
Comme Régis Sada, je n'entends plus cautionner cela. Je regrette simplement de n'avoir pas pris conscience plus tôt de cet état de fait car en œuvrant pour la tête de liste de Puteaux Ensemble, j'ai trompé les 4523 putéoliens qui ont soutenu cette liste.
Dieu merci, la liste Puteaux Ensemble n'a pas été majoritaire car aujourd'hui la mairie de Puteaux serait à la dérive avec à sa tête un personnage autocrate, sans envergure, autiste.
Aujourd'hui les fortes dissensions au sein de Puteaux Ensemble, s'étalent sur la place publique http://puteaux-libre.over-blog.com . L'acte de décès de Puteaux Ensemble est ainsi signé .
Dimanche dernier, les socialistes étaient sur le marché pour informer les putéoliens de dérives budgétaires de la municipalité, récupérant ainsi l'excellent travail fait par E Hardy et F Chevalier. Pendant ce temps, Puteaux Ensemble glosait sur les futurs statuts sur un newsgroup inerte à la limite de l'atonie.
J'en appelle aujourd'hui à Evelyne Hardy, Frédéric Chevalier et Bruno Lelièvre car vous respectez et incarnez les valeurs que nous avons partagé fortement pour la plus part d'entre nous.
En choisissant de rester dans un faux semblant, ce serait dénié ce en quoi vous croyez. Vous êtes libre, libre de ne plus cautionner ce qui aujourd'hui est mort.
J'ai à la veille de votre réunion, une pensée toute particulière pour une personne formidable: Régis Sada . Je veux ici le saluer.
Philippe Le Bourbouac'h

L'itinéraire de Christophe Grebert est plus celui de Bison Futé que de Kaliméro après Le PS / Le SE/ maintenant au Modem jusqu'où ira-t-il? Je ne résiste pas au plaisir de vous rappeler cette chanson de J Dutronc

L'Opportuniste

Je suis pour le communisme
Je suis pour le socialisme
Et pour le capitalisme
Parce que je suis opportuniste

Il y en a qui contestent
Qui revendiquent et qui protestent
Moi je ne fais qu'un seul geste
Je retourne ma veste, je retourne ma veste
Toujours du bon côté

Je n'ai pas peur des profiteurs
Ni même des agitateurs
J'fais confiance aux électeurs
Et j'en profite pour faire mon beurre

Il y en a qui contestent
Qui revendiquent et qui protestent
Moi je ne fais qu'un seul geste
Je retourne ma veste, je retourne ma veste
Toujours du bon côté

Je suis de tous les partis
Je suis de toutes les partys
Je suis de toutes les cauteries
Je suis le roi des convertis

Il y en a qui contestent
Qui revendiquent et qui protestent
Moi je ne fais qu'un seul geste
Je retourne ma veste, je retourne ma veste
Toujours du bon côté

Je crie vive la révolution
Je crie vive les institutions
Je crie vive les manifestations
Je crie vive la collaboration

Non jamais je ne conteste
Ni revendique ni ne proteste
Je ne sais faire qu'un seul geste
Celui de retourner ma veste, de retourner ma veste
Toujours du bon côté

Je l'ai tellement retournée
Qu'ell' craqu' de tous côtés
A la prochain' révolution
Je retourn' mon pantalon