Coups de gueule: Les chiffres de la violence!

Publié le 27 Juin 2008

Le Figaro du Mardi 24 juin publie un baromètre de la violence dans une région parisienne qui concentre les deux tiers des points noirs. C'est le département de Seine Saint Denis qui bat tous les records de violence!
Le fameux 9-3 dont tous les animateurs publics et même certains politiques désignent comme tel ! Neuf et trois plutôt que quatre vingt treize! Se mettre au même niveau pour faire "djeune"!
Mais je m'éloigne du sujet!

Saint Denis remporte la coupe de la violence (Vols avec violence et blessures volontaires)!
31,27 actes de violence pour 1000 habitants!
Marly le Roi est en queue de peloton!
1,45 acte pour 1000 habitants

Paris est touché:
10,58 actes pour 1000 habitants (Essentiellement dans le 18em, 19em, 20em, 13em et 15em arrondissement!

Neuilly sur Seine:
2,02 actes pour 1000 habitants!

La moyenne nationale est de:
5,93 actes
pour 1000 habitants.

Et apparaît le quartier de la Défense avec:
13,13 actes pour 1000 habitants

Curieusement, notre ville de Puteaux n'est pas cité par rapport à la ville de Courbevoie:
3,36 actes
pour 1000 habitants.

Alors l'artillerie des bien-pensants y voit la preuve de l'inefficacité de la politique de Nicolas Sarkozy. C'est de bonne guerre dirons-nous! Comme si la délinquance, de plus en plus juvénile, était un phénomène récent!
Malheureusement, depuis quinze nous dit le Figaro, la situation s'est encore dégradée et particulièrement dans les cités.
Alors, est-ce que le énième plan des banlieues de Fadéla Amara va "pacifier" les banlieues? J'en doutes. (Certains iront même jusqu'a me reprocher le mot "pacifier"!)

La première des difficultés est de considérer les responsabilités de chacun
.
La société n'est pas seule responsable. Nos "camarades" bien pensants et les bobos de gauche comme de droite nous répètent sans arrêt la même ritournelle à la façon de Jean Jacques Rousseau! "L'homme ne naît pas méchant mais il le devient! Sous entendu: c'est la société qui le rend méchant!

Pour autant, l'abandon de l'éducation par des parents investis de cette responsabilité, - l'interdit de la taloche parentale bien méritée, sous peine d'être traîné devant les tribunaux, 
- le laxisme de la justice débordée quand elle n'est pas politisée qui se contente de constater et de ne pas appliquer,
- l'éducation nationale qui laisse des gosses des collèges dans la rue à partir de 15 heures pour des raisons aussi diverses que variées participent à cette violence!
L'enfant qu'ils soit noir, jaune, blanc et d'abord un enfant! Ce n'est pas une question de couleur! Ce serait trop facile! L'enfant peut comprendre et peut apprendre le bon comportement et le respect en société. Pour peu qu'on lui apprenne! Tout le reste n'est qu'arguties et balivernes qui arrangent et permettent à des "sociologues" de bien en vivre!

Les enfants d'autrefois n'étaient pas plus tendre!
 Il y avait les "loubards" souvent violents dans les années 1960! Les bagarres dans les bals musette et même au 19em siècle des "Apaches" qui semaient la terreur sur les champs élysée qui était un "coupe gorges" pour le bourgeois. Mais ils ne s'en prenaient pas à la petite vieille du coin, n'attaquaient pas en horde de 100 ou 200 individus comme pour une razzia dans les rues de Paris pour casser, détruire et piller.
Qu'est-ce qui a donc changé?

Bien sûr il y a la culture! Celle qui autorise tout aux garçons et sanctionne les filles, l'alcool aussi, le chômage, (Mais pourquoi travailler quand on peut gagner sa vie sans rien faire avec  le RMI, les allocations diverses: Pour mémoire, 500 000 emplois non pourvus pour 1 millions 900 000 mille chômeurs!)
Le travail au noir, les économies souterraines (La drogue, les vols) et la volonté aussi de décrier, par des associations aux services "des droits de l'homme", tous agissements policiers qui sont forcements et par définition suspects.
Un personnel politique aussi, de droite comme de gauche, qui ne veut se fâcher avec personne car il y a toujours une élection qui pointe!
La société responsables de la violence? Peut-être, mais alors regardons de plus près l'éclairage sans avoir peur de son ombre et surtout des mots!
Gérard Brazon 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Coups de gueule

Repost 0
Commenter cet article