Rubrique poésie: La femme chose, la femme objet...

Publié le 29 Juin 2008

Une pensée triste pour toutes ces femmes qui n'ont pas choisis.
Un poème pour ces femmes considéraient comme un bien, une marchandise, une chose, un objet, un ventre, une garantie.
Pour ces gamines innocentes sortis de force de l'enfance pour se retrouver dans le lit d'un presque vieillard où d'un inconnu. Ici ou ailleurs.
Pour ces femmes qui n'ont pas le choix, qui ne l'ont jamais eu et qui ignorent ce que veut dire "justice et égalité". Ces ombres parmi les ombres toutes de noires vêtues.
Une pensée aussi pour ces femmes qui meurent sans avoir compris pourquoi. Pour l'honneur disent-ils!
La folie des hommes, leur ignorance, leur bêtise, leur égoïsme au nom de Dieu. Comme si un Dieu pouvait-être aussi cruel envers une de ses créatures !

Son regard, peu à peu, se voilait.

On aurait dit qu’il s’éloignait.

Son mari lui avait pourtant promis !

L’avait prévenu, l’avait maudit !

« Ta place et avec moi, là ou ici !»

« Auprès de ton mari, Dieu l’a dit !»

 

Par hasard, au détour d’un escalier,

Un garçon presque aussi jeune qu’elle,

Lui avait dit qu’elle était si belle.

Malgré son doux visage voilé !

 

Qu’il était beau ce jeune étranger !

Depuis lors, il occupait ses pensées.

Alors, elle voulait seulement chanter.

Voulait simplement rire et lui parler.

Et être libre pour le rencontrer!

 

Elle n’avait rien appris, ni rien connu.

Elle était si jeune et n’avait rien vu.

Enfermée vivante avec cet inconnu,

Que l’on avait choisi pour elle.

Famille, tradition, ainsi soit-elle !

Que l’on avait choisi pour son bien.

Quittée des chaînes pour d’autres liens.

 

Elle voulait chanter l’étranger.

Etre belle, rire et lui parler.

La famille n’a pas voulu. L’honneur !
Et la famille n’a pas su. L’horreur !

 

Son regard, peu à peu, s’en allait ,

De sa gorge, la vie s’écoulait !

Elle allait s’évader de sa vie.

Revenir à sa terre, son pays.

Et son âme est libre désormais !

 

 

 

 Gérard Brazon

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

Gérard Brazon 18/08/2008 21:07

Merci Sarang
Pour moi il ne peut y avoir de différence entre la femme et l'homme sur le plan ds lois et de la place dans la socièté. Donc il ne peut y avoir de femme enfermées comme de femmes "trop" libre! Ou alors devrait se poser la question de la place de l'homme!
Votre sensibilité ne peut vous dire que votre place de femme doit être un niveau en dessous de celle de votre mari. Même si vous l'aimez.
Certes cela mériterait une discussion plus approfondie. Vous avez mon é-mail et vous pouvez me contacter.
Encore merci de votre interrogation et surtout de commentaire.
Gérard

sarang 18/08/2008 20:13

Me voici à nouveau Gérard Brazon,
-Je suis entièrement d'accord, pour ce qui est de la femme Afghanne, Africaine...
-Etre l'égal de l'homme? Réflexion s'impose.
C'est vrai également que les livres ( même une autobiographie) ne vaut pas le voyage sur place.
Je comprends très bien, l'attitude dans cette poésie.
Seulement voilà!
La femme orientale est séquestrée, la femme occidentale trop libre.
Oui trop libre! Enfin je me comprends.
Mais il est difficile de débattre ainsi par un simple message.
Pour clôturer, je pense qu'il faut du temps, mais surtout du respect.
C'est bien dommage de ne pas avoir la possibilité de parler et de défendre à vive voix.
Voilà, tout simplement moi. Une mère au foyer.

sarang 18/08/2008 10:15

J'ai lu pas mal de livres sur la femme en orient.
J'avais mes idées...je suis ressortie avec d'autres.
Et puis, en occident,...c'est guère mieux.
Enfin...je pense qu'on pourrait épiloguer des heures ;)
Bonne journée

Gérard Brazon 18/08/2008 15:19


Chére Sarang.
Entre la lecture et la réalité il y a un pas gigantesque.
Je ne suis pas sur que la femme Afghanne, Pakistanaise et du Bangladesh pour l'Asie Oriental d'une part et la femme Somalienne, Soudanaise, Iranienne, Arabe ou globalement Africaine vivent
comme les femmes de l'Occident. J'en doute...
Alors certes il y a bien des hypocrisies dans la relation hommes-femmes dans nos pays.
sQue bien des hommes ont des maîtresses et bien souvent avec des femmes elles-mêmes mariées pour autant, elle ne risquent pas la peine de mort, le bâton ou le fouet. La femme même si il y a encore
des progrès à faire en matière de parité est "a peu prés" l'égale de l'homme. Du moins elles peuvent l'exiger de par la loi. C'est loin d'être le cas en Orient ou les femmes sont mineures à vie y
compris grand-mère.
Les livres ne valent pas un ou deux voyages sur place...
Gérard


Gérard Brazon 02/07/2008 16:32

Merci Michèle!

Michèle CAILLET 02/07/2008 14:45

COUCOU Gérard,

Encore un magnifique poème que je vais m'empresser de faire paraître sur mon blog.

Je t'embrasse.
Amicalement,
Michèle

Gérard Brazon 30/06/2008 10:26

Merci Stellamaris.
J'ignorais qu'il y a vait des impératifs. Des obligations à "appartenir" à ta communauté des poètes. Sous peines de sanction d'exclusion! C'est plutôt étonnant cette démarche vis à vis de la poèsie! Exclure comme une secte, un parti politique! Pourquoi pas maudire aussi!
(sourire)! La poésie c'est la liberté de dire ce que l'on ressent avec des mots qui s'envolent en toute liberté. Certes, les mots peuvent être mis en bon ordre, mis en rime, en vers. Mais couper les ailes des mots parce qu'ils n'obéissent pas... (sourire)
Bien à toi Stellamaris.
Cela ne m'empêchera pas d'aller visiter ta poésie en toute liberté!

Gérard Brazon 30/06/2008 10:19

Cette colère est en moi en permanence. J'habites à la Défense et je vois chaque jour de plus en plus de femmes voilées et si jeunes désormais!
Bien sûr, il y a une part de provocation d'une jeunesse féminine qui revendique! Qui "s'amuse". Une provocation un rien masochiste puisque c'est à elles-mêmes qu'elles s'affligent des restrictions vestimentaires et des privations de liberté de se mouvoir ou de s'habiller de belles couleurs et de formes metant en valeur leur beauté! Mais je pense aussi qu'il y a une volonté souterraine d'appliquer aux femmes des préceptes religieux! Je pense à toutes ces femmes qui vivent chez nous qui subissent une pression religieuse que des femmes Marocaines et Tunisiennes ne subissent pas! Je pense à amis Tunisiens et Marocains qui ne comprennent pas notre laxisme vis à vis des "barbus"! Et tant pis si je choque certains!

Gérard Brazon 30/06/2008 10:10

Chère Scooby
Je crains hélas que les choses ne s'améliorent pas! Je pense même que le retour du religieux quel qu'il soit et un danger pour la femme! L'histoire des religions nous démentre que les femmes ont toujours éaient les perdantes voires victimes des religieux!
Quand des hommes politiques donnent des gages à des religieux (ouvertures de piscine réservées aux femmes, etc.) c'est qu'ils sont prêts à donner encore pour préserver leur place. Par définition, un religieux tous les religieux n'ont comme limites que les préceptes de leur religion! Ils prendront le temps nécessaire pour pouvoir les appliquer complètement et totalement et très rapidement si il n' y a plus aucune volonté préserver la liberté de penser et l'égalité des sexes!
Platon en son temps disait:
Par appétit de pouvoir, de gloire ou de gains, ces gens voient plus d’avantages à sacrifier leur Liberté qu’à la défendre. Une fois l’habitude établie, l’état de servitude ne se perçoit même plus.
Alors tu vois, je suis un peu désespéré pour vos libertés de femmes!

stellamaris 30/06/2008 06:39

Très beau poème

Comme tu n'as pas répondu après que je t'ai expliqué le fonctionnement de "Sonnets et beaux vers", je suppose que tu n'es pas intéressé et je supprime ton blog de la liste des blogs en attente, mais tu peux toujours re-poser ta candidature si je me suis trompé, et j'accueillerai ton blog avec plaisir


Toute mon amitié.

monique 29/06/2008 21:28

Beaucoup d'émotions en te lisant, et colère envers ceux qui ne respectent pas le droit des femmes

scoobydu41 29/06/2008 18:34

les choses évoluent heureusement