Coups de gueule: Les Sénateurs se moquent du peuple!

Publié le 30 Juin 2008

Le gouvernement s'inquiète, paraît-il, de l'avenir de sa réforme constitutionnelle. La Turquie fait trembler l'UMP titre le journal Libération.
Il est vrai que dans le festival de l'hypocrisie l'UMP n'est pas loin de remporter la palme.
Jean Pierre Raffarin ancien premier ministre dit que les Sénateurs ont voulu avoir une éthique de conviction en supprimant le verrou référendaire.
En deuxième lecture ils auront une éthique de responsabilité. Car bien entendu, ils sont responsables mais qu'en deuxième lecture et non aucune conviction.
C'est amusant si ce n'était à pleurer.
Cela dit, la Turquie n'est toujours pas Européenne nous a dit Nicolas Sarkozy. Information reprise par François Fillon qui est lui aussi un farouche adversaire de l'entrée de la Turquie dans l'U.E.
Mais alors, il est incroyable que dans ce pays où la majorité des Français est contre l'entrée de la Turquie ainsi que les deux têtes dirigeantes de la France (Sarkozy et Fillon) nous nous retrouvons à deux doigts d'une révision de la constitution qui supprime le verrou référendaire. Et à cela, personne n'a d'explications claires à donner aux français!
Car les Sénateurs jugent que ce verrou est stigmatisant et diplomatiquement calamiteuse envers la Turquie. On croit rêver... c'est un cauchemar.
Si les Français avaient pu se prononcer par référendum sur le traité ils auraient dit NON comme les Irlandais! Certainement la Hollande, la Pologne, la Tchéquie et probablement l'Allemagne qui n'a pas de référendum dans sa constitution en souvenir du passé Hitlérien. D'ailleurs cela arrange bien les Europhiles!
Les peuples ne sont pas Europhobes! Les Français non plus mais ils veulent plus de transparence. Plus de débats. Des pouvoirs européens plus proches et aussi une responsabilités de ceux-ci devant les peuples. Ces dirigeants ne peuvent pas être acteurs de changements radicaux pour les peuples à travers les directives et ne pas être responsables. Vous me direz sans doute qu'ils sont l'émanation des gouvernements élus! Certes, mais désormais ils sont trop loin ! Leur prise de positions est bien trop déconnectée des réalités des peuples. Que ce soit sur la Turquie, le Kosovo, la Serbie, la monnaie unique, les échanges commerciaux, etc.
La France est représenté en permanence par un R.P (Représentant Permanent) qui est la cheville ouvrière des intérêts français!
Tous les Samedis ce "représentant" rencontre les collaborateurs du Président de la République à l'Elysée pour informer, prendre les consignes et fixer ses actions.
En principe, c'est le conseil des ministres de chaque état qui décide. En réalité, 80% des décisions sont prisent par le RP car les éminences de la République ont autres choses à faire sans doute! (dixit Libé qui, contrairement au Figaro ou au journal Tribune, fait un travail remarquable d'explication de texte)!
Le R.P n'est pas un élu, le ministre et  les collaborateurs de l'Elysée non plus.
En fait dans cette mécanique bien huilée de prises de décisions qui impliquent les européens, il n' y a aucun élu du peuple. Et l'on s'étonne que les peuples se sentent frustrés et ont le sentiment que l'Europe se fait sans eux voire contre eux!
Les "élites" considèrent sans doute que les européens sont des ânes bâtés puisqu'ils refusent de donner la parole aux Peuples. Pourtant, je suis et reste persuadé que si un travail d'explications se faisait, des avis demandés, des propositions soumises à ces peuples nous serions étonnés de leur maturité.
Encore une fois, l'on ne fera pas l'Europe sans les citoyens européens!  Sans risquer l'implosion!
Mais revenons à notre mouton.
Monsieur Fillon nous dit, malgré sa conviction, "qu'il est inutile d'inscrire dans la constitution pour des décennies et des décennies une disposition qui ne vise qu'un seul pays". En voila au moins un qui ne fait pas grand cas de ses convictions. Si tout le reste est à l'avenant il y a tout lieu de s'inquiéter!
A la question de ceux qui se demandent pour le cas où nous aurions un Président pro-turc dans l'avenir, François Fillon dans un summum d'hypocrisie rétorque "qu'il y aura le référendum d'initiative populaire"!
Quid du référendum d'initiative populaire que chaque français connaît bien sûr dans le détail ?
"Une consultation peut-être organisée à l'initiative d'un cinquième des membres du parlement (577 députés /5= 115) soutenue par un dixième des électeurs inscrits sur les listes électorales (soit 4,5 millions d'électeurs). La question sera présentée sous forme d'une proposition de loi soumise à un contrôle de constitutionnalité.
Bref, c'est un pétard mouillé, une usine à gaz qui n'a aucune chance d'aboutir!
Car enfin, il faudra qu'un parti politique ou une association d'électeurs par exemple réunisse une pétition recueillant 4,5 millions d'électeurs. Puis obtienne l'aval de 115 Députés pour enfin aboutir à une proposition de loi qui devra être examiné et par définition pourra être refusée également, par les 9 sages du Conseil constitutionnel. Les travaux d'Hercule étaient bien plus simple.
Alors j'espère vivement que les Députés reviendront au verrou référendaire qui instituait un référendum obligatoire pour l'entrée de tous pays ayant une population représentant plus de 5% des peuples européens déjà dans l'Union. Nicolas Sarkozy avait donné son accord.
Et si cela ne plaît pas à la Turquie et bien tant pis!
Il y a bien des choses qui nous plaisent pas chez eux à commencer par l'occupation de l'île de Chypre (La commission est bien silencieuse la dessus) et la non reconnaissance du génocide des Arméniens en 1915 (Également)!
Et cela n'a pas l'air de gêner beaucoup la Turquie!
Il y a un moment ou le commerce et la finance doivent comprendre que l'on peut faire du commerce et de la finance sans pour autant se moquer des peuples. Mais il est vrai que le commerce et la finance n'en ont rien à faire des peuples et de leur volonté!
Gérard Brazon


Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article