Politique: Le caucase s'emflamme (brut)alement!

Publié le 9 Août 2008

A nouveau la guerre dans le Caucase

 

 

La Géorgie a répondu aux provocations de sa province sécessionniste du Sud. La Russie va enfin pouvoir régler ses comptes avec son ancienne possession du temps de l’Empire et de l’Union soviétique. La mer noire " frontière naturelle " de la sainte Russie. Que va t’il se passer désormais ?

Les Etats Unis et l’Union européenne protestent. L’ONU se réunit et prouvera au Monde son inutilité. Comme d’habitude ! Comme au Darfour, comme au Liban comme partout, comme et de tout temps. L’ONU " ce machin " disait de Gaulle ! Tous protestent mais la Grande Russie n’est pas la Serbie.
La Géorgie n’est pas le Kosovo. Poutine n’est pas Madlic. Bref, l’échelle n’est pas la même.
Il a été si facile de bombarder, " au nom des droits " ! Un Etat bien plus faible que soit comme le fût la Serbie. Bombarder pour défendre " une minorité musulmane " qui avait envahit, peu à peu, le berceau de la Serbie.
Qui osera bombarder Moscou ? Impensable. Alors la Géorgie libre et démocratique est morte.
Cette Géorgie dont le territoire devait être traversé par un pipe-line de gaz va renter dans le giron de la Russie. Le pipe-line se fera mais dans l’intérêt de la Russie cette fois. Une Russie qui nous prend tranquillement à la gorge et serre peu à peu pour nous étouffer de sa puissance pétrolifère. Quel retournement de l’histoire !
L’Europe de Bruxelles, cette inconsciente, cette impuissante, est plus préoccupée par les affaires et l’agrandissement de son espace de commerce. Elle n’a aucun pouvoir. L’Europe telle qu’elle est n’a pas d’avenir.
In fine, ce sont les Nations qui décideront ! La Nation Russe, Chinoise, Indienne, Américaine, etc. Pas une construction intellectuelle sans le désir ardent des peuples et souvent contre l’avis des peuples.
Si vis pacem parabellum ". L’Europe ne le peut car elle n’existe pas à l’échelle militaire.
L’Europe est une géante commerciale mais une naine politique et militaire. Hors, pour survivre et de tout temps, il faut des dents.
Pour manger bien sûr mais aussi pour mordre.

Ainsi soit-il puisque nous ne sommes plus gouvernés que par des pacifistes intéressés.
Charles Péguy disait à propos des pacifistes justement : " Ils ont les mains blanches ; ils n’ont pas de mains " !
Gérard Brazon

 

 

 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article