Actualité: Les premiers soldats français morts en Afghanistan

Publié le 20 Août 2008

Jeudi 21 Août, le Président de la République rend hommage à nos soldats morts en Afghanistan.

 Mort pour la France ?
Bien sûr qu’ils sont morts pour la France !
Morts pour une certaine idée de la Liberté. Pour une civilisation qui, bien qu’imparfaite, est celle qui permis tous les progrès du monde moderne. Tant philosophique que technique ! Une civilisation à l’évolution lente et souvent violente qui repoussa l’obscurantisme religieux pour laisser la place à la raison.

L’autorité spirituelle s’effaça devant l’autorité publique. La femme devint l’égal de l’homme. Les libertés publiques se développèrent au détriment du dogmatisme religieux si ce n’est du fanatisme de l’inquisition.

Au-delà des mers, loin de chez nous, des forces obscures agissent et menacent nos modes de vie, nos libertés, nos droits individuels, nos droits de citoyens au profit d’un mode de vie collectif tourné vers le religieux et obéissant à des préceptes contraires aux droits de l’homme dans sa globalité.

Les nouveaux " pacifistes " pointent le bout du nez. Déjà, nous entendons ce que l’on entendait dans les années trente !
Pourquoi s’armer ?
Pourquoi faire la guerre ?
Pourquoi aller en Afghanistan ?
La réponse est la même ! Pour défendre nos libertés !

Ce qui était évident hier devant le réarmement de l’Allemagne dirigée par Adolf Hitler en 1935,  le reste devant les menées des Talibans et de Ben laden. 
Ces fous de Dieu, les " étudiants islamiques " sont le danger de demain pour toutes les démocraties de monde et les pays arabes modérés. Car le monde, pour eux, ne peut se concevoir que global. Sous la coupe des barbus ! A l'ombre des mosquées. Sous la burka ou le tchador pour les femmes.
Au nom d’un Dieu devenu sanguinaire et vengeur. Au nom du Coran qui dicterait, selon eux, la destruction des infidèles ! C’est à dire le reste du monde qui ne relève pas de l’Islam. C’est à dire nous ! L’occident d’abord puis, le reste du monde !

Ne te demande pas pour qui sonne le glas, c’est pour toi qu'il sonne mon frère " disait Hemingway !

Ces soldats sont les premiers hélas, d’une longue liste de soldats!

Bien sûr des purs esprits nous diront que nous ne devons pas mourir pour le pétrole américain, pour les pipe-lines des compagnies pétrolières, etc. Certes, des intérêts financiers sont en jeux également. Il ne faut pas le nier. Mais n’oublions jamais que la volonté de nous détruire en tant que civilisation est une réalité. Il suffit pour s’en convaincre de se souvenir de tous les attentats de ces dernières années.

Ces soldats sont morts pour la France !
Je salue respectueusement ces gosses de 21 ans et guère plus qui sont morts pour que mes filles puissent avoir un avenir et vivrent comme des femmes libres ! Honneurs aux braves et tant pis si je choque certaines bonnes âmes !

Gérard Brazon

 Je songe à cette Afghane de 17 ans environ, prise en photo par Mac Curry en 1989. Elle avait peur. Dans ses yeux se résume la condition féminine.
Mac Curry la retrouva en 1999. Cette photo avait fait sa fortune. Pas la sienne. Elle avais été mariée par sa famille, mère de plusieurs enfants, sa beauté s'était flétrie, son regard était encore plus poignant. Ou sont les Dieux de justice?
GB

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

Diogene 27/08/2008 22:06

Permettez-moi d'ajouter quelques réflexions personnelles...

En dehors de toute prétention (n'étant pas un spécialiste) je pensais que l'Islam, de tradition orale, n'était qu'un ensemble de principes émit par Mahomet et donnant un certain nombre de règles de vie "saines" pour l'époque et le lieux (le porc pas sain s'il est mal conservé dans des grosses chaleurs...).
Qu'ensuite le Coran avait été écrit à partir de ces traditions, et qu'enfin ce livre a été interprété de manières différentes créant plusieurs courants religieux (dont les principaux sont les chiites et sunites).
Ces courants (dont certains extrémistes), n'ont pas la même relation à "l'infidèle".
Mais bon on trouve ce genre de mouvances extrémistes dans toutes les religions (cf La Sainte Inquisition, ou Msgr Lefevre plus récemment)

En effet le manque d'éducation entraîne plus facilement le fanatisme, mais il me semble que les mondes occidentaux ont envoyés des militaires, pas des professeurs et educateurs...

Et j'en arrive au but de mon poste : oui nous sommes révoltés par la condition de la femme, des artistes, etc, en Afghanistan difficilement acceptable de notre point de vue culturel, mais la guerre qui a été menée là-bas n'avait qu'une cause : faire en sorte que les camps d'entraînements islamistes intégristes ferment! Les grands de ce monde ne sont pas capables d'engager un effort militaire et financier aussi important pour des raisons altruistes. Pensons géopolitiques, pour un pays qui avait intéressé la grande URSS auparavant!

Pour ce qui est du bien fondé de la présence des troupes françaises sur place, si les raisons politiques n'étaient pas obligatoirement saines, les conséquences étaient positives en partie pour la population. Mais comme les raisons politiques n'étaient pas de rêgler le problème des femmes afghanes il n'y a rien eu de fait pour combattre l'obscurantisme,donc pour faire passer les armées occidentales autrement comme armées d'occupations.
Nous sommes donc en situation de guérilla. Partir maintenant entrainerait une guerre civile ou un retour au fanatisme sanguinaire, rester (même en formant une armée "officielle") serait l'acceptation d'un engagement dans cette guérilla qu'on ne peut pas gagner.

Gérard Brazon 27/08/2008 19:33

Cher Ekmatiar.
Vous êtes le bienvenu sur ce site. J'ai lu avec attention vos explications et informations. J'en ai pris note. En effet j'ignorais l'âge de la petite afghanne par contre je n'ignore pas le niveau de culture général de la femme afghanne. Mais nous pouvons extrapoler sans trop de risques que SI elles avaient un niveau de culture égale à celui de la française moyenne elle n'accepteraient pas leurs conditions de vie. Hormis quelques musulmanes ou françaises convertis à l'islam voulant porter la Burka ou le tchador au nom de la liberté bien sûr ou par provocation.
Bien entendu, je n'ignore pas le verset du Coran qui appelle "à de pas prendre d'amis parmi les infidèles sauf s'ils s'engagent sur le chemin de Dieu". Je sais aussi le sort réservé à l'infidèle dans le monde musulman au pire la mort au mieux la dhimmitude. Bref, je sais le degré de tolérance de cette religion dès lors qu'elle a une forte minorité voire dés lors qu'elle devient majoritaire.
Ne pas le savoir relèverai de la mauvaise foi car ces principes ne sont pas des secrets et sont dans le Coran lui-même et les Haddith.
Je partages également votre opinion sur le fait que nous sommes moins libre de paroles que nous l'étions dans les années soixante. Le politiquement correct fait des ravages. On mélange tout, amalgame tout. Tout est racisme, génocide désormais. La prudence est partout. La méfiance est reine. ne plus dire aboutira à ne plus penser. Fort heureusement, depyis les dernières élections présidentielles la parole s'ouvre, les idées "maudites" peuvent trouver un peu de place. Combien de temps. Je l'ignore. ce sont des gens comme vous faisant des commentaires comme les vôtres qui permettent d'ouvrir l'espace. C'est pourquoi vous êtes le bienvenu sur ce site.

ekmatiar 27/08/2008 16:50

> Au nom du Coran qui dicterait, selon eux, la destruction des infidèles !

Le coran DICTE la destruction des infidèles. Il suffit de le lire pour le constater, ce que manifestement vous n'avez pas fait.

En 1956, le dictionnaire Quillet le disait noir sur blanc dans sa définition de l'islam :
"Principes moraux : charité sauf pour les Infidèles auxquels est déclarée une guerre d’extermination"

C'était clair et net : guerre d’extermination, très exactement le but de ceux que nous appelons "les terroristes" et que nous ne somme même plus autorisés à qualifier de "musulmans" alors que c'est très exactemet ce qu'ils sont.

Il est vrai qu'en 1956 la présence musulmane en France métropolitaine était inexistante et on ne se posait pas de questions sur les réserves de pétrole. On pouvait dès lors dire la vérité sur l'islam.
Maintenant, la vérité est interdite.

Voir le fac similé du dictionnaire en question vers le milieu de la page http://www.coranix.org/203sat/autres_definitions.htm

Concernant la belle afghane (de 12 ans et non pas 17), ce qui se résume dans ses yeux, ce n'est pas "la condition féminine" mais la réalité d'un afghanistan que les occidentaux NE VEULENT PAS prendre en compte. Elle avait peur, oui, mais pas des Talibans : elle avait peur DU PHOTOGRAPHE !
Et elle n'était pas aussi futée que sa beauté l'a laissé penser à nombre d'idéalistes.
Quand il l'a retrouvée par hasard, 17 ans plus tard, le photographe a réalisé un court interview de la demoiselle devenue mère de famille : elle pense que la burqa "est un merveilleux aspect de sa vie", que "les talibans avaient apporté une sorte de paix dans un pays sans loi" et que "les bombardements américains l'ont rendu amère".

Voir http://archquo.nouvelobs.com/cgi/articles?ad=etranger/20020313.FAP3333.html&datebase=20020314

Hé oui, on croit que la population afghane, particulièrement les femmes, déteste les talibans, souhaiterait se débarrasser de la burqua et espère que les occidentaux vont amener la démocratie mais c'est TOTALEMENT FAUX. Les talibans bénéficient du soutien de la population, ce ne sont que QUELQUES afghans et afghanes, une ultra minorité, qui souhaitent leur départ.
Les autres n'ont tout simplement même pas l'éducation de base qui leur donnerait la capacité d'imaginer ce que c'est que d'avoir un avis personnel en dehors de ce qui est autorisé ou interdit par le coran.