Rubrique poésie: Sonnet: réflexion sur l'illusion d'une amitié...

Publié le 26 Août 2008

Ne plus réfléchir, croire l’inaccessible.
Ne plus se risquer jusqu’à la déchirure.
Ne plus imaginer à vivre l’impossible.
Et grandir pour ne plus craindre la fêlure!

Vous l’affirmiez, et la mettiez en pâture.
Devenu aveugle. Béat de confiance,
De l’impossible sentiment de l’impur,
Noyé dans les longs sentiers de l’inconscience.

Et vous démontriez jusqu’à la bêtise.
Alors que tombe le rideau de comédie.
Ce rire du Dieu crétin . Vous faisant la bise.

Vous, qui avez voulu croire en cet ami !
Vous, qui espériez tant de cette sottise.
Vous laissant jouer le rôle de l’abruti.

Gérard Brazon

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

Den 26/08/2008 22:40

MAGNIFIQUE, bon sang est-ce le prix d’une désillusion ce texte ou une histoire d’amour amitié mal terminée! Bien cela ne me regarde pas. Je ressens ce texte profond et quelle sensibilité dans tes propos! Superbe émotion retranscrite par des mots pour des maux…
Bises
Den