24 août : Delanoé et ses complices trahissent à nouveau la laïcité

Publié le 17 Août 2011

par Cyrano - Riposte-Laïque

Jusqu’à quand allons-nous devoir subir le harcèlement permanent de certaines associations musulmanes, qui, au quotidien, multiplient les provocations et les agressions contre des symboles de la République, contre des maires, contre des policiers ?
A Aulnay-sous-Bois, ils s’y sont pris en deux temps. Première étape, une femme intégralement voilée, bafouant donc ouvertement nos lois, est arrêtée par les forces de l’ordre. (1) Ecoutez les hurlements de cette femme qui, pendant son arrestation, traite les policiers de « chiens ».

Deuxième étape, les fascistes de Forsane Alizza organisent une manifestation dans la ville, regroupant une centaine de personnes, sans demander l’autorisation aux autorités. Cela ne les empêche nullement de se montrer particulièrement agressifs et menaçants envers le commissaire de police, et de lui intimer l’ordre de ne plus jamais arrêter une « soeur », même habillée en Belphégor, et encore moins d’y toucher. (2) Rappelons que ce groupuscule s’est déjà distingué à Limoges, en appelant ouvertement à la guerre sainte, et au refus du code pénal français, et avait ouvertement menacé les propriétaires de l’espace Charenton de représailles s’ils acceptaient d’accueillir l’initiative du 18 décembre 2010.

Rappelons qu’en général, les policiers utilisent la manière forte quand des salariés occupent l’espace public sans autorisation.

L’impuissance de la police devant l’arrogance et la détermination de musulmans fanatisés qui se comportent déjà en territoire conquis est, dans le cas d’Aulnay-sous-Bois, pathétique. Ces derniers ont compris que le pouvoir politique ne se donne plus les moyens de faire respecter sa police, et qu’en France, on peut insulter et frapper des représentants de la force publique en toute impunité.

Islamistes et racailles ont compris depuis longtemps la règle du jeu, et n’en méprisent que davantage un pays dont les dirigeants courbent systématiquement l’échine devant eux.

Dans son livre, « Ces maires qui courtisent l’islamisme », paru aux éditions Tatamis, (3) Joachim Véliocas montrait, face à ce harcèlement quotidien, l’attitude collaborationniste de nombre d’élus de tout bord qui bradent les principes laïques pour financer des constructions de mosquées, et assurer ainsi leur réélection. Que dire du maire de Paris, qui réussit l’exploit, le 24 août prochain, d’inviter les Parisiens à venir fêter le ramadan, tradition religieuse stupide et obscurantiste s’il en est ? Que dire d’un maire qui a toléré depuis son élection des prières publiques musulmanes dans plusieurs rues de sa ville, sans jamais lever le petit doigt ? Que dire d’un élu de la République qui laisse des musulmans, en plein ramadan, à des heures avancées de la nuit, occuper des trottoirs pour imposer leurs prières à leurs voisins, comme cette vidéo tournée par un ami de Riposte Laïque, rue Vercingétorix, le prouve ? (4) Que penser enfin du fait qu’on ose proposer aux musulmans une caserne, en espérant qu’ils auront l’obligeance d’aller y prier, plutôt que de bloquer les rues tous les vendredis ? Il faut savoir qu’en plein ramadan, rue des Poissonniers et rue Polanceau, de 22 h 30 à 23 h 30, sans aucun respect pour nos lois, ni pour le voisinage, des centaines de musulmans imposent leurs prières, tous les soirs, à l’ensemble de la population. D’autre part, en admettant qu’une caserne désaffectée ne soit plus utile à la « Respublica », le bien public, n’y a-t-il pas des milliers de salariés qui, lassés de faire deux ou trois heures de transports par jour, souvent dans les pires conditions, auraient aimé bénéficier de logements abordables, en plein Paris, pour s’y installer ? Cela n’est-il pas plus prioritaire que d’essayer d’acheter la paix sociale avec des associations musulmanes qui verront toujours dans une concession la porte ouverte pour une prochaine concession, et donc exigeront toujours davantage de la part des dhimmis qui nous gouvernent ?

Dans ce contexte, comment ne pas saluer la résistance de Jacqueline Eustache-Brinio, maire UMP de Saint-Gratien.

Depuis six années, ce que reconnaît le site de l’Union des Associations Musulmanes, (5), cette femme et son équipe subissent un harcèlement permanent d’une association musulmane qui a décidé qu’une mosquée devait se construire dans cette commune. Le courage de ce maire est exemplaire. En 2006, elle a préempté un terrain qui devait servir à construire une mosquée. En 2009, elle a été agressée dans sa commune, suite à son action déterminée contre des voyous. (6) Pour l’intimider, l’an passé, une centaine de musulmans, en plein ramadan, ont envahi, le 5 septembre, le stade municipal de Saint-Gratien. Ils entendaient recommencer le 12, mais la police, suite à un arrêté municipal, les en a empêchés. Cette année, poursuivant leur offensive, les disciples locaux de la religion d’amour et de paix ont demandé à la mairie de leur concéder une salle municipale pendant le ramadan. Naturellement, respectant la constitution, et la séparation de l’Eglise et de l’Etat, Jacqueline Eustache-Brinio et son équipe ont expliqué à l’association que la municipalité ne louait pas de salles à des fins religieuses. Connaissant tous les recours des lois françaises, les religieux musulmans ont saisi le tribunal administratif. Chose scandaleuse, il s’est trouvé un juge pour pondre cet arrêté ahurissant, qui devrait valoir à cette personne une suspension immédiate : « Une commune ne peut rejeter une demande d’utilisation d’un tel local au seul motif que cette demande lui est adressée par une association dans le but d’exercer un culte », prononce-t-il dans son ordonnance. Le juge considère au contraire que le refus ainsi avancé par la mairie de Saint-Gratien est « manifestement illégal et porte une atteinte grave aux libertés de réunion et de culte qui sont des libertés fondamentales ».

Faut-il rappeler à ce juge que toute location, tout bail, de la part de collectivités locales doit répondre à un impératif de service public d’intérêt général. Ce qui est vrai pour un club de pétanque ou de personnes âgées, mais pas pour un culte par nature réservé à des adeptes. Malgré cet arrêté inique, Madame le maire tient bon, et, avec humour, elle argue du fait que les locations de salles sont indisponibles en juillet et août pour cause de vacances du personnel communal. Très ironique, elle dit donc approuver la décision du Tribunal administratif : aucune salle municipale n’est louée en août et donc il serait discriminatoire de faire une exception pour une association musulmane…

Nous savons que nombre de maires subissent des menaces, des intimidations, voire parfois de mystérieux incendies de leur maison. Dans ce contexte, la résistance de la municipalité de Saint-Gratien ne rend que plus honteuse la décision d’un juge qui devrait avoir à s’expliquer sur sa trahison des principes laïques, et la dhimmitude de la municipalité parisienne qui devrait, comme bien d’autres, être suspendue pour violation de nos lois. Que dire ce ce maire adjoint du douzième arrondissement, le disciple de Mélenchon, Alexis Corbière, qui, se croyant laïque de chez laïque, s’est vanté d’empêcher la réfection du toit d’un temple protestant, qui coûtait 36.000 euros, mais qui ne dit mot devant les 28 millions d’euros que son maire va consacrer à la mosquée du 18e arrondissement, ou aux milliers d’euros qu’il va dilapider en fêtant le ramadan ? Que dire de tous ces écologistes parisiens, et des associations laïques, qui manifestaient, en 2005, dans les rues de Paris quand le même Delanoé donnait le nom de Jean-Paul II à une place publique située devant le parvis Notre-Dame, et qui seront aux côtés du dhimmi de l’Hôtel-de-Ville le 24 août prochain ? Que dire de tous ces maires, ministres ou responsables politiques qui viennent rompre le jeun du ramadan dans les mosquées ? Cela s’appelle une capitulation en rase campagne devant l’offensive musulmane, et une trahison de la France laïque et républicaine pour laquelle se sont battus nos ancêtres.

Quand nous voyons l’attitude arrogante et agressive des musulmans de Forsane Alizza, quand nous subissons ceux du 18e arrondissement qui, selon certaines informations, refuseraient la caserne qui leur est offerte, et continueront d’imposer leurs prières dans les rues de Paris, et quand nous constatons le harcèlement quotidien que subissent, à l’instar du maire de Saint-Gratien, nombre d’élus de la République, on ne peut que se poser la vraie question : jusqu’à quand ?

Le harcèlement quotidien que les représentants de l’islam mènent en France contre nos valeurs est une guerre, même si le mot dérange ou fait peur. Les premières victimes de cette guerre sont les citoyens de culture arabo-musulmane qui attendent de la République laïque qu’elle les protège contre les intégristes qui veulent les asservir, avec le soutien d’élus qui les consolident, notamment en légitimant le ramadan en France. On ne pourra pas sauvegarder nos principes laïques sans déclarer une mobilisation générale de toute la société française contre les islamistes.

Comme dans toutes les guerres, il y a des résistants de la première heure… et les autres. Il y a le maire de Saint-Gratien, et celui de Paris. Comme le disait Christine Tasin en concluant son intervention, lors des Assises du 18 décembre dernier (que Delanoé a voulu faire interdire)« Cette guerre que les extrémistes musulmans nous ont déclaré, nous devrons la gagner, car nous n’avons pas le choix ».

Le 30 octobre 2010, le britannique Paul Weston, à Amsterdam, a prononcé un discours qui a fait depuis le tour du monde. Nous invitons Delanoé et ses complices à réfléchir à ce passage : « Quand nos politiciens prétendent que l’islam est une religion de paix et laissent les musulmans imposer leurs lois chez nous, à l’Union Européenne et à l’ONU, alors nos politiciens trahissent leur pays et trahissent leur peuple. C’est un acte de haute trahison ».

(1) http://www.youtube.com/watch?v=ti18IwEOucE

(2) http://www.dailymotion.com/video/xkiles_rassemblement-forsane-alizza-a-aulnay-sous-bois-suite_news

(3) http://ripostelaique.com/ces-maires-qui-courtisent-l.html

 

(4) http://ripostelaique.com/scandale-des-musulmans-profitent-du-ramadan-pour-prier-en-public-en-plein-paris-video-exclusive.html

 

(5) http://www.uam93.com/news/saint-gratien-six-annees-de-conflits-entre-la-maire-et-ses-musulmans.html

(6) http://www.leparisien.fr/faits-divers/val-d-oise-la-maire-de-saint-gratien-agressee-28-03-2009-458317.php

(7) http://ripostelaique.com/Aux-dirigeants-qui-livrent-l.html

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Islamisation française

Commenter cet article

Marie-Claire Muller 18/08/2011 17:50



Dans le "Hudson N Y" Un article  sur l'islam en France:de Soeren kern


 l'islam dépasse le catholicisme en France
de Soeren Kern18 août 2011 à 05h00Imprimer Envoyer Commentaire RSSPartager Partager

 Les Mosquées sont construites le plus souvent en France que les églises catholiques romaines, et il ya désormais plus de musulmans pratiquants dans le pays que les
catholiques.
Près de 150 nouvelles mosquées sont actuellement en construction en France, qui abrite la plus grande communauté musulmane en Europe. Les projets de construction de
mosquées sont à divers stades d'achèvement, selon Mohammed Moussaoui, président du Conseil musulman de France (CFCM), qui a fourni les données dans un  Entretien du 2 Aout avec  RTL,
station de radio française.
Le nombre total de mosquées en France a déjà doublé à plus de 2.000 au cours ces dix dernières années, selon un rapport de recherche «Construire des mosquées:. La gouvernance de
l'islam en France et aux Pays-Bas" Leader en France les plus en vue musulman, Dalil Boubakeur, qui est recteur de la Grande Mosquée de Paris, a récemment demandé que le nombre de
mosquées dans le pays doit être de nouveau doublé - à 4000 - pour répondre à la demande croissante.
En revanche, l'Église catholique romaine en France a construit seulement 20 nouvelles églises au cours de la dernière décennie, et a officiellement fermé plus de 60 églises, dont
plusieurs sont destinés à devenir des mosquées, selon les recherches effectuées par La Croix, un quotidien catholique romain  journal baséà Paris.
Bien que 64% de la population française (ou 41,6 millions en France sur 65 millions d'habitants) s'identifient comme catholiques, seulement 4,5% (ou 1,9 millions) de ces
catholiques ne sont pas réellement pratiquants, selon l'Institut français d'opinion publique (ou l'Ifop, comme il est habituellement appelé).
A titre de comparaison, 75% (ou 4,5 millions)'estimé à 6 millions essentiellement ethniques d'Afrique du Nord et subsaharienne musulmans en France se déclarent "croyants" et 41%
(ou 2,5 millions) se disent «pratiquer» sont musulmans, selon un rapport de recherche approfondie sur l'islam en France publié par l'Ifop, le 1er août. Le rapport
indique également que plus de 70% des musulmans en France disent qu'ils observeront le mois du Ramadan en 2011.
Prises ensemble, les données de la recherche fournissent des preuves empiriques que l'islam est sur la bonne voie pour dépasser le catholicisme romain et est la religion
dominante en France.
Comme leur nombre augmente, les musulmans en France sont de plus en plus visibles  que jamais auparavant. Un exemple concret: les groupes musulmans en France
désormais demandent à l'Église catholique romaine la permission d'utiliser ses églises vides comme  moyen de résoudre les problèmes de circulation causés par des milliers de musulmans qui
prient dans les rues.
Dans un communiqué du11Mars adressé à l'Église de France, la Fédération nationale de la Grande Mosquée de Paris, le Conseil des musulmans de France démocratique et un groupe
d'activistes musulmans appelé Collectif Banlieues Respect a appelé l'Eglise catholique - dans un esprit d'inter- religieuses de solidarité, bien sûr - de faire que ses églises vides
soient accessibles aux musulmans pour les prières du vendredi, afin que les musulmans ne doivent pas  «prier dans les rues» et être «otages de la politique."
Chaque vendredi, des milliers de musulmans à Paris et dans d' autres villes françaises ferment des rues et trottoirs (et par extension,  ferment les entreprises locales
et  piègent les non-musulmans résidents dans leurs maisons et bureaux) pour accueillir les foules débordantes pour les prières de midi. Certaines mosquées ont également commencé
des sermons radiodiffusés et des chants de "Allah Akbar" via les haut-parleurs dans les rues.
Les spectacles hebdomadaires, qui ont été documentés par des dizaines de vidéos postées sur le site Youtube.com (ici, ici, ici, ici, ici, ici, ici, ici et ici), ont provoqué la
colère et l'incrédulité. Mais en dépit de nombreuses plaintes du public, les autorités locales ont refusé d'intervenir parce qu'ils ont peur de provoquer des émeutes.
La question de la prière de rue illégale a été catapulté au sommet de l'agenda politique national en France en Décembre 2010, quand Marine Le Pen, le nouveau leader charismatique
du parti d'extrême-droite du Front National, les dénoncèrent comme une occupation ", sans chars ni soldats ».
Lors d'un rassemblement dans la ville française du centre est : Lyon le 10 Décembre, Le Pen par rapport musulmans priant dans les rues à comparé à l'occupation nazie.
Elle dit: "Pour ceux qui veulent parler beaucoup sur la Seconde Guerre mondiale, si elle est sur le métier, alors nous pourrions aussi parler de l[prières musulmanes dans les rues], parce
que c'est l'occupation du territoire est une occupation des sections du territoire, des districts dans lesquels les lois religieuses s'appliquent. C'est une occupation. Il n' ya bien sûr pas de chars, il n'ya pas de soldats, mais c' est néanmoins une occupation et elle pèse lourdement sur la population
locale. "
De nombreux électeurs français sont d'accord. En fait, la question de la prière musulmane de la rue - et la question plus large du rôle de l'islam dans la société
française - est devenu un enjeu majeur en avance sur l'élection présidentielle de 2012. Selon un sondage par l'Ifop pour le journal France-Soir, près de 40% des électeurs français
sont d'accord avec les vues de Marine Le Pen que la prière musulmane dans les rues ressemble à une politique. Un autre sondage publié par Le Parisien montre que les électeurs voient
Le Pen, qui a sillonné le pays en faisant valoir que la France a été envahie par les musulmans et trahie par ses élites, comme le candidat le mieux adapté pour traiter le problème croissant de
musulmans et l'emballement de l'immigration.
Le président français Nicolas Sarkozy, dont la popularité était à 25% en Juillet - pire que tout prédécesseur moins à un an d'avance sur une offre de réélection, selon le groupe
de vote TNS-Sofres - a été effrayé par l'avance de Le Pen dans les sondages . Il semble maintenant déterminé à ne pas laisser Le Pen monopoliser la question de l'islam
en France.
Sarkozy a récemment appelé les prières musulmanes dans la rue "inacceptables" et a dit que la rue ne peuvent pas être autorisés à devenir «une extension de la mosquée."
Il a également averti que le débordement des fidèles musulmans dans les rues au moment de la prière quand les mosquées sont emballés à des risquesde capacité  pourrait
compromettre  la tradition française laïque de séparation de l'Etat et de la religion.
 Le Ministre de l'Intérieur Claude Guéant, le 8 août  a dit aux musulmans qui ont prié dans les rues de Paris qu'ils devraient utiliser un caserne désaffectée à la
place. "Prier dans la rue est quelque chose qui n'est pas acceptable", a déclaré Guéant. «Cela doit cesser."



En attendant, la France a marqué le début du Ramadan en inaugurant une nouvelle méga-mosquée pour 2.000 fidèles à Strasbourg, où la population musulmane a atteint 15%.
La construction se poursuit au même rythme aussi d'un nouveau méga-mosquée à Marseille, France, deuxième plus grande ville où la population musulmane a atteint 25% (ou 250 000).
La Grande Mosquée - qui, à plus de 8300 mètres



Marie-Claire Muller 18/08/2011 14:42



Paul Weston l'a dit:"Vous devrez nous rendre des comptes" c'est nous qui vous jugerons!!" Ils doivent sentir le vent tourner mais pas à leur avantage! Ils ont peur et s'enfoncent encore!!!! La
France est un vieux Pays qui a survécu à bien des choses.Des Charles Martel on en trouvera encore, et 2012 marquera sûrement un tournant !



riziere 18/08/2011 10:50



Il faudra donc traduire en justice Delanoé, Aubry et beaucoup d'autres ou comme au temps de la révolution couper la tête à certains. Quant aux magistrats n'en parlons pas



Claude Germain V 18/08/2011 00:55



Le plus gros problème moral qui existe dans ces rendus de justice antirépublicains est tout simple et devraient se traduire par ceci : tous jugements considérés iniques contre les principes
républicains devraient provoquer immédiatement LA DIFFUSION DU NOM OU DES NOMS DES JUGES ET AUTRES MAGISTRATS COMPLICES ( noms prénoms et qualités ) AYANT RENDU CES JUGEMENTS  PARTIAUX.


Cela freinerait surement considérablement le zèle collabos de ces tristes magistraux-bobos- gauchos que pourrait perturber une bonne publicité fortement négative  les touchant
eux et leur vie privée et cela sans faire de quartier .Le mal se guérit par le mal ( principes homéopathiques ,1ere règle )



Daniel 17/08/2011 20:54



Malheureusement tout ce que vous relatez n'est que que la vérité pure. Comme disait Boumedienne, "c'est par le ventre de nos femmes que nous allons coloniser la France (et tout l'Occident)". Il
faudra bien qu'un jour que tous ceux qui ont laissé commettre ces abus et ces débordements rendent des comptes et soient jugés puis condamnés. Mais ce sera trop tard car nous seorns minoritaires
par le nombre.