En, souvenir de mon Grand-Père! Le 11 Nobembre 1918

Publié le 1 Novembre 2008

La Grande Guerre! La dernière disaient nos anciens! Boucherie immonde, folie des hommes! Des millions de morts, de blessés grave, d'amputés et de gueules cassées. Des empires effondrés, des pays nouveaux. Jamais auparavant une guerre n'avait cassé et détruit autant d'hommes. Jamais l'Europe n'avait connu un tel niveau de cruauté et d'acharnement. Cette guerre devait-être la dernière! Une guerre civile aurait dit Victor Hugo. Mais c'était méconnaître la rancune, la haine, la vengeance. Dans les négociations qui ont suivies, les germes d'une nouvelle folie se mettaient déjà en place. Un traité de Versailles humiliant, des vexations permanentes, des occupations militaire de la Rhur à répétition furent, en partie, la semence mise dans un terreau fragile. Elle produisit une autre monstruosité.

Mais pour le moment, des hommes entendaient...

Le clairon

 Le clairon sonne au loin, forçant  les fatigues.
Des regards morts sur des visages meurtris
Se lèvent, affirmant le doute, l’incompris.
Des larmes s’écoulent rompant l’immense digue.

-
 
C’est un soleil et non le temps d’une boucherie
Qui, ce jour, se lève. Des ombres s’avancent,
Le long des tranchées de la désespérance.
De la terre, s’ouvrent des bouches noires de carie.

 -
Le clairon balaye les frontières de mort.
Des cris et des rires venant de l’ennemi,
Se mêlent aux joies de tous nos soldats amis.
Oubliée la haine, le désespoir et les torts.

 -
Des tranchées sortent des hommes vivant sous terre,
L'uniformes invisibles, ils regarde le ciel.
Le clairon sonne la fin des combats. Si fier.
Redonnant la vie, face au monde fou et cruel !


Les hommes titubent. L’officier devient le frère.
Les larmes écoulant le trop plein de haine
Les rancunes, les frères morts laissés en terre
La guerre est finie. La paix entre en scène.

 -
Ils reviendront dans leurs foyers ces gueules cassées.
Ces soldats d’une guerre civile. La grande guerre !
Guerre ou l’Europe entière s’est suicidée.
Apportant un siècle de lutte et de misère.

 -
Le clairon sonne la fin des combats, la paix !
L'avenir porte un nom. L'espoir d'une autre vie!
Une vie qui retrouve un prix. Souvent oublié!
Ce jour à un autre goût. La guerre est finie
 
Gérard Brazon          

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

Fomahault 01/11/2008 19:35

fin d'une guerre dont les morts ont fertilisé le terreau de la suivante...
terrible histoire, terrible poème