Rubrique histoire: 1914-1918, se souvenir bien sûr...

Publié le 9 Novembre 2008

La grande Guerre ! Celle de 1914-1918 ! Huit millions 400 000 morts en Europe ! 

Le grand massacre, la boucherie du début du 20eme siècle. Le grand broyage des corps et des esprits. « Nous autres civilisations, nous savons maintenant que nous sommes mortelles » disait Paul Valéry en 1919.

Il n’avait pas encore tout vu !

Cette grande guerre sans laquelle jamais la deuxième guerre mondiale n’aurait jamais pu voir le jour avec son cortège de millions de morts militaires et civiles. (Traité absurde et humiliant de Versailles). La grande guerre, l’horreur sans nom, comme celle du soldat inconnu. Sans laquelle la révolution d’Octobre 1917 n’aurait pu ce faire également et aurait évité, là aussi, les millions de morts idéologiques.

Comment avons-nous pu ?

« Tant d’horreurs n’auraient pas été possible sans tant de vertus disait dans le même texte Paul Valéry. Il a fallu, sans doute beaucoup de science pour tuer tant d’hommes, dissiper tant de biens, anéantir tant de villes en si peu de temps, mais il fallu non moins de qualité morales. Savoir et Devoir, vous êtes tous suspects ? »

Le chancelier Bismarck avait voulu la guerre contre la France de Napoléon III pour assoir l’Empire Allemand en partant du royaume de Prusse. Vieille revanche de Iéna! A cette époque, l’Assemblée nationale française criait dans les gradins « A Berlin, à Berlin » ! C’était la fête dans les rues de Paris. Les « va t’en guerre » n’était pas tous du côté de l’Empereur Napoléon III en 1870!

Une fois l’Alsace et la Lorraine perdue, c’est la rancune, la ligne bleue des Vosges qui obsèdent les dirigeants Français. La revanche était certaine, pire, obligatoire !

L’Allemagne voulait agrandir son Empire vers l’Afrique et au reste du monde ! Comme l’Angleterre, comme la France ! Mais ces deux empires lui refusaient cette possibilité !

« Cette grande guerre n’a pris personne au dépourvu » dit Alain Finkielkraut dans son livre L’Humanité perdue. « Car chacun fourbissait ces armes !  Nul ne songe sérieusement à arrêter le mécanisme mis en marche à Sarajevo le 28 juin 1914. C’est Raymond Aron qui a mis en exergue l’idée de la surprise technique.

Les Etats en guerre n’ont pas réussi leur guerre éclair, Ils étaient tellement armés et préparés qu’ils se sont neutralisés dans les tout premiers mois! L’accumulation des morts rendant chaque jour impossible le jeu classique de la diplomatie et du compromis chers au 19éme siècle ! Engrenage fatal…

Aujourd’hui, nous commémorons ces victimes ! Toutes ces victimes de cette folie ! De ce qui a fait que l’Europe n’a pu devenir ce que Victor Hugo souhaitait ! Les Etats Unis d’Europe ! Cette  guerre civile, fratricide, fût un désastre pour notre civilisation européenne, pour notre rang dans le monde. Elle ouvrit un boulevard à un pays immense par la surface mais encore un nain politique et économique. Les Etat Unis d’Amérique ! Notre monde actuel est ce que des hommes politiques du début du 20ème siècle nés au 19ème décidèrent dans leur aveuglement !
Souvenons-nous de cette définition du chaos : Le battement des ailes d’un papillon entraînant le chaos à l’autre bout du monde ! Les liens inconnus.

 

S’il y a bien un devoir de mémoire qui soit important, celui là en est parmi le tout premier ! Bien au delà de ces commémorations récentes issues de la repentance obligatoire. Ne nous trompons pas d'échelle!
C’est en cela que L’Histoire de l’Europe doit-être enseignée dans les écoles ! Et surtout pas comme une matière de troisième rang !

Gérard Brazon

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Histoire de France

Commenter cet article