Poèsie: Une histoire de femme de notre temps.

Publié le 23 Novembre 2008

Vous les rencontrer souvent parmi vos amies. Elles sont toujours très occupées, très prises, très agitées. Elle n'ont le temps de rien.

Elles paraissent si fortes et dépensent tant d'énergie.

Mais qui sont-elles ces femmes?  Qui y a t'il derrière l'apparence de la femme affairées?

C'est pour ces femmes que j'ai écris ce poème.

Pour une amie aussi que j'ai découvert il y a peu et qui dit n'avoir jamais le temps. Elle vous place dans un créneau, un laps de temps, un moment, entre deux occupations, deux rendez-vous, deux conférences.

Pourtant un jour,  au détour d'un verre, j'ai senti une fêlure. Son masque s'est, un moment, abaissé. Il y avait dans ce regard une telle tristesse. Moi j'étais heureux de cette confiance car c'est un don si rare qu'il faut le mériter et le préserver.

Je sais que bien que d'autres femmes se retrouveront dans ce poème. Je leur dédie...

Femme pressée

 

Pas le temps de songer, de s’arrêter.

La dame pressée s’échappe, s’enfuit

D’un temps, d'un grand vide, une vie.

 

Elle s’évite et se plonge, pour oublier,

En vaines réunions et conférences.

En prétextes de bonne conscience.

 

Oublier hier, ne pas voir aujourd’hui.

Oublier le temps, les gens qui s’agitent.   

S’oublier alors que demain s’invite !

 

Pas le temps de songer, de regarder.

La dame pressée s’échappe et fuit

Son temps et le grand vide d’une vie.

 

Oublier qu’elle est seule désormais.

S’enivrant de paroles sans importance.

Pour oublier le vide de son existence.

 

Seule, au fond d’un lit froid sans envie.

Ce sont ses larmes qui prouvent sa vie. 

Elle, si avide d’une tendre présence.

Un grand silence répond à l’absence.

 

Gérard Brazon

 

 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

Gérard Brazon 24/11/2008 14:51

Je ne suis pas sûr d'avoir parlé de la ménagère.Ferais-tu un transfert? (sourire)

scoobydu41 24/11/2008 14:10

pourquoi pour oublier? Tu penses que les femmes ne peuvent pas s'intéresser à autre chose que le ménage??

Karine 24/11/2008 11:50

Très jolies paroles et c'est tellement vrai ! Reflet de notre société où on ne prend plus le temps de se poser et de réfléchir, où tout va toujours trop vite !

Gérard Brazon 24/11/2008 11:10

Merci Samia, Merci à tous qui aimaient l'écriture et qui avez été sensible à ce poème.
A Den, Evelyne, Paul, Marlen et d'autres qui m'écrivent par courriel.
Il y a des images qui frappent. des regards qui marquent. Parfois la souffrance déborde, le sourire se noie dans les larmes.
La religion du bonheur absolu est un leurre.Alors souvent, un bon banc dans un jardin public, un peu de temps et de l'observation vous reposent et vous donne de la force.

Samia 24/11/2008 11:09

jolie plume!

Paul 24/11/2008 11:08

Il est très facile de donner plusieurs visages à des personnes que l'on connaît bien, aussi bien femmes, qu'hommes...

On arrive vite à ne plus avoir le temps, et sombrer dans un vice ou un autre, surtout quand tu es généreux (se). La vie est ainsi faite, quand tu n'as plus de temps pour toi, tu en as souvent trop pour les autres, pour les diverses "fausses" activités qui te font soit disant garder une "vie publique", ou un certaine activité quand l'âge fait plus vite tourner les dizaines que les unités du compteur de la vie...

Je suis navré, et ce n'est pas égoïste de le dire, mais il faut s'occuper de soit avant des autres, c'est mathématique, tu ne donnes que ce que tu as en trop et non ce qui te sert à vivre... De ce fait, j'applique obligatoirement la logique de faire mes 100 % nécessaire dans un mois, et s'il arrive que 20 % viennent s'ajouter, alors là ils serviront pour œuvrer pour les autres... Mais dès que le 1er du mois arrive, je m'oblige de remettre le compteur du % à zéro...

Alexiane21 24/11/2008 00:33

Bonsoir,et bien je vous remercie d'un tel écrit; rare sont les hommes qui songent aux femmes et dieu sait qu'elles ont doubles vies...Moi je fais parti de celle ci,travailler c'est ma vocation, il y a que dans mon job que je suis obligée de prendre mon temps car sinon cela ne pardonnerai pas...Bises amicales.Alex et merci encore une fois Bravo

Den Marais Hayer 23/11/2008 21:17

Super Gérard, oui, merci c'est un bel hommage, encorre plein de sensibilité, comme à ton habitude! j'ai beaucou aprécié - bises Den»

Marlen Guérin 23/11/2008 21:15

Tout juste prendre le temps d apprécier le temps! Merci pour cette lecture Gérard ... j ai bien aimé
Bonne soirée à toi

Terrienne 23/11/2008 20:04

bonjour,
je déteste ce genre de femmes!
J'aime bien ton poème, sauf la faute d'orthographe (!)
Bonne continuation.

Evelyne 23/11/2008 17:42

Merci Gérard pour ce joli poème plein de vérité et de tendresse, tu es empli de compassion pour ces femmes trop pressées dont je fais partie malheureusement... j'espère un jour avoir du temps pour lire tous tes messages et les commenter, et je t'embrasse fort pour ta clairvoyance, si rare !... Evelyne»

nicole 23/11/2008 16:54

hoooooooooo hé ben voilà oui cela nous ressemble mais nous rassemble aussi pour oublier le silence de l'absence et ce vide du temps

bien dit bien écrit