Politique et Histoire: Les amendements utiles ou non...

Publié le 24 Décembre 2008

Laurent Joffrin dans Libération du Mardi 23 décembre s’alarme ! Il crie à « l’atteinte aux droits de l’opposition ».  

Qu’en est-il au fond ?

De l’obstruction systématique d’une opposition de Droite comme de Gauche au parlement ! Une minorité utilisant des moyens légaux pour retarder le plus possible un projet de loi !

La technique ?

Déposer des milliers d’amendements y compris les plus loufoques ! Si certains se demandaient pour quel travail était payé nos parlementaires ils ont désormais un début de réponse ! Je ne suis pas sûr d’ailleurs que cela aille dans le bon sens ! Car l’image d’une assemblée élue par le peuple ne peut que pâtir de ces comportements frisant la gaminerie !

Un exemple ?

En 2006, c’est 137 665 amendements qui furent déposés pour la fusion d’EDF et Suez ! sans commentaire !

Le chroniqueur Alain Duhamel proche de François Bayrou considère que le « Sarkozysme » est une forme de Bonapartisme ! Pour le condamner bien sûr ! Les Bonaparte ont réduit les pouvoirs des assemblées !

C’est être un peu oublieux de l’histoire. Car la Première République qui s’était installée à partir du sang des échafauds et des noyades de Bordeaux était aux mains d’un Directoire totalement corrompu alors que le peuple crevait.

Le général Bonaparte mis un peu d’ordre dans cette chienlit et installa un pouvoir fort à travers le Consulat ! Je vous épargnerai le couplet sur la réconciliation nationale et les différentes lois et décrets qui permirent à la France de devenir un état moderne et qui ont encore des effets de nos jours ! La France avait besoin de stabilité mais pas forcément d’un Empereur conquérant je l’admets. Mais la France d’aujourd’hui sans l’Empereur Napoléon 1er est difficile à imaginer !

Sans doute aurions-nous une Royauté constitutionnelle tant les français sont attachés aux Princes et autres Princesses!

Sans compter que la troisième République s’est installée en 1875 par défaut puisque après la désastreuse défaite de Sedan, la mort de l’Empereur Napoléon III en 1873 et la mort de l’héritier Impérial tué par les Zoulous il ne restait que l’héritier Royal Henri V qui a refusé la couronne parce qu’il voulait le retour de l’impossible drapeau blanc.

 

Donc Laurent Joffrin suivant le diagnostic de Duhamel nous dit que les deux Bonaparte ont toujours cherché à réduire les pouvoirs de la république. Là, c’est de l’ignorance ou de la mauvaise foi !

C’est la deuxième république qui après l'avoir instauré en 1848 mit fin au suffrage universel en 1850. C’est le Prince Président Louis Napoléon qui l’a rétabli !
Certes, il fit un coup d’état le 02 décembre 1851 parce que les républicains refusaient de modifier la constitution et permettre ainsi le renouvellement d'un mandat présidentiel. Il devint Napoléon III en 1852 !
C’est sous son règne que la révolution industrielle se fit ! Les premières lignes de chemin de fer, le Paris moderne d’Haussmann, les embryons de mutuelles et de syndicats, les débuts de l’école gratuite pour tous avec Victor Duruy son ministre de l’éducation, etc.
Le règne de notre dernier souverain a permis, là aussi à la France, de devenir une Nation moderne ! Il fût à la tête du pays pendant 22ans et les républicains prirent soin d'effacer les avancées de son régime qui fût autoritaire certes, mais aussi très libéral vers la fin de son règne à tel point que c'est un républicain Emile Olivier qui fût son dernier  "1er ministre"!
Effacé à tel point que beaucoup ignorent qui est véritablement Napoléon III !

S’il y avait un cadeau de Noël à faire à tous ces gens qui ne connaissent plus rien de leur histoire sauf à travers les yeux de Lénine, ce serait de leur offrir l’Histoire du second Empire d'André Barret ou celui de Catherine Salles de Larousse voire le  Napoléon le Grand de Philippe Seguin!

 

La troisième République était loin d’être légitime à la chute du second Empire. Les républicains étaient ultra minoritaires dans l'Assemblée nationale élue suivante! 
Elle s’installa en 1875 par la petite porte, en douce, discrètement par l’intermédiaire de l’amendement Wallon ! (Tiens, un amendement !) Sans l’avis du peuple (Plébiscite ou référendum) car le peuple, à cette époque, était essentiellement monarchiste !

C’est l’origine de cette méfiance (ou crainte ?) des républicains de gauche et de droite envers le référendum.
Ne pas donner directement la parole au peuple. Le peuple est un grand enfant ! Il n’est pas mûr pour se gouverner et comprendre!

 

Je vous épargne la quatrième république après la seconde guerre mondiale incapable de gouverner et de gérer la guerre d’Algérie et les soubresauts de la décolonisation.

 

C’est en tenant compte de toutes ces réalités sociales et racines profondes que le Général Charles de Gaulle créa la cinquième république plus proche des sentiments profonds des français et fit sans crainte des référendums y compris celui qui décida de son départ du pouvoir ! Il n’avait pas oublié que le pouvoir appartenait au peuple souverain !

 

Que les républicains aient considérés les deux Bonaparte comme des adversaires ne fait pas le moindre doute et pour cause ! De dire que Nicolas Sarkozy et un nouveau Bonaparte, j’ai de sérieux doute au vu de son attitude face aux référendums et de son acceptation d'abandon de souveraineté à l'Europe!

Revoyez votre Histoire messieurs les socialistes et autres rouges !

Gérard Brazon

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article