Ville de Puteaux : Débats, opinions, populisme, vérités, démagogie

Publié le 28 Décembre 2008

J'édite un texte d'Annie Keszey dont je connais désormais la fougue, la générosité, l'allant et son profond désir d'humanisme dans ce monde économique qui en manque cruellement! Mais auparavant, j’aimerai dire mon opinion :


Aujourd'hui plus que jamais c'est l'argent qui domine! Les budgets et les ponts entre eux sont surveillés dans les administrations et il est bien difficile de retirer là ce l'on pourrait mettre éventuellement ailleurs sans passer par des avis et décisions de conseils ou des avis et décisions de cours. C'est ainsi.
L'argent des contribuables n'est pas un porte monnaie de particulier qui au lieu de s'acheter trois croissants n'en prend que deux pour donner le reliquat au pauvre bougre qui fait la manche. Quand celui-ci ne vous envoie pas paître avec vos trois six centimes tant sa misère est profonde.
D'où ma note sur les SDF le mois dernier ou, volontairement provocateur, j'émettais la possibilité de ne pas laisser le choix aux indigents entre mourir gelés sur un trottoir ou dormir dans un centre!
(Entre temps j’ai vu un Centre et je me demande s’il ne vaut pas mieux partir au soleil ou paraît-il la misère est moins pénible)

Dans cette note je disais que la problématique de cette misère ne se résoudrait pas en faisant des économies mais en prenant par les cornes les causes profondes de cette misère!
L'éducation qui ne donne plus d'outils pour s'insérer, (Outils de compréhension de ce monde, outils par l'apprentissage, outils de la culture économique, la culture d'entreprise, la culture générale. etc.)

Que penser de ce prof qui souhaite retirer la culture générale à l'école sous prétexte qu'elle serait discriminante!
Déjà que lorsque l'on constate le niveau de culture générale de nos élèves en 6em, il y a de quoi avoir peur pour leur avenir en effet! Ce n'est pas d'un BAC pour 80% de la classe d'âge qu'a besoin notre jeunesse mais de savoir et bien comprendre les clefs de leur avenir.
 Il ne suffit plus d'avoir un BAC dévalué par les Entreprises qui mène directement à l'échec lors de la première année à la faculté.  

Il faut des jeunes préparés à un avenir ou les métiers qu'ils choisiront leur permettront de vivre décemment.

Que penser du chômage qui sévit malgré plus de 500 000 offres d'emplois il y a encore peu avant la crise financière.
Que penser de ses petits poulets-élèves qui défilent (sous influence par des syndicats d'enseignant ou d'étudiants) dans nos rues au lieu d'êtres dans les classes à préparer leur avenir.

Que penser de cette opposition que ne fait que s'opposer pour continuer à exister! Seulement exister sans rien proposer d'autres que des recettes éculées dont on connaît à l'avance les effets destructeurs pour la société!

Il y a même le retour de partis d'extrême gauche qui donnent comme recette la destruction du capitalisme comme clef du bonheur universel! (Faisons du passé table rase ! Cette formule bien connue a abouti à ce que ce soit les peuples qui ont été rasés! Ce ne fût pas gratis !)

Comme au joyeux temps de l'URSS et de ses satellites.

Alors oui Madame Keszey l'on pourrait faire le tour de toutes les misères du Monde, de France et de Puteaux et demander à la municipalité de faire encore et toujours plus mais... elle n'est pas la seule actrice.  Les citoyens sont aussi les acteurs de leur vie.
Je crois profondément qu'il faut venir au secours des plus indigents!  Mais pour cela il ne faut pas tomber dans le systématisme qui aboutit à ce que ce soit LA société qui soit responsable des divorces, des licenciements, des enfants malades ou ceux non voulues, des démissions d'entreprises, des fautes professionnelles, des erreurs de budgets, des demandes inconsidérées de crédits, des achats de folies inremboursables, etc.

La municipalité doit venir en aide et elle le fait à partir du CCAS qui explose son budget. Elle le fait à travers l’office HLM malgré les bombes à retardements laissés par la gestion précédente. Elle le fait avec les règles administratives actuelles car in fine c’est de l’argent des contribuables que l’on parle !

La Municipalité n'est pas coupable ni responsable comme voudrait le faire croire une pseudo opposition qui met en avant les dépenses de Noël! C'est petit, c'est habituel mais surtout et encore une fois, il n’y a aucune proposition concrète hormis celle d'exister pour mieux polluer les débats et nuire!
Gérard Brazon

 

Je laisse la parole tout en la remerciant de la confiance qu’elle m’apporte à Madame Annick Keszey et le lecteur juge!


§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§

ILLUMINATIONS, NEIGE, MONOPOLY ET CEREMONIE DES VOEUX.

 

Ces débats vivants de fin 2008, sur le site http://www.fchevalier.fr/, en particulier, dans l’article sérieux « La démagogie et le populisme n’aideront pas à résoudre la crise » portent aussi sur ces « colifichets », illuminations , neige
- étranges bagatelles puisque coûteuses, voire dispendieuses,
-opinions instables puisque chacun de nous peut-être «  contre » et « pour », à la fois.

Contre: parce que chaque seconde, des enfants du Monde meurent de malnutrition, dans une indifférence citoyenne coupable, à partir des Politiques indigentes des Nantis,

Contre: parce qu’ici, en centre ville, des citoyens de Puteaux s’approvisionnent dans les poubelles du Monoprix,

Pour: parce que nos enfants, ravis, place de la scintillante  Mairie de Puteaux, transforment la couleur argent du « bonhomme de Noël, bon et rond  », à partir d’une paume interactive magique!

 

Nous pourrions nous déterminer avec rigueur si la Commune nous offrait, fin 2009, le puzzle construit de  1a hiérarchie de ses actes de gestion, avec l’évaluation des buts de chaque domaine. Tentons, par exemple, pour les vœux 2010, le domaine de la lutte contre la précarité :

-Tous les SDF de Puteaux ont abandonné volontairement les caves  des taudis pour rejoindre les lieux dignes, d’accueil.

-Tous les Invalides dont l’indemnité mensuelle est inférieure ou égale à 430 €/mois, reçoivent une aide communale de survie.

- Tous les élèves des cours préparatoires, en difficulté d’apprentissage de la lecture en décembre 2009, seront soutenus dès janvier, par la commune, en concertation avec l’Education Nationale qui n’y arrive pas seule, afin de préserver leur égalité des chances.

-Tous les élèves qui ont quitté la classe de seconde des lycées de Puteaux, au cours du 1er trimestre, seront reçus, en janvier, par une commission quadripartite de re-motivation : collectivités locales, Education Nationale, parents, enseignants, soutenue par la Commune, attachée à la réussite « des siens ».

-Tous les copropriétaires des « taudis de Puteaux » ont obtenu le remboursement des augmentations 2008, entre 35% et 50%, de leur taxe foncière, à partir d’une action militante de la commune auprès de l’Etat, responsable. La taxe  foncière des taudis sera figée jusqu’à leur réhabilitation.

Les HLM
existants et libérés ont été attribués, dans la transparence et selon des critères sociaux respectés : Mères de familles monoparentales, avec CDI, vivant dans moins de 7m2/ par personne, familles hébergées à 5 dans 1 pièce.
Les personnes seules ont toutes un référent, en Mairie.

Bien sûr, ce travail de hiérarchisation, évaluable, revient au Conseil Municipal, à partir d’une vue d’ensemble et non pas à partir d’une seule expérience vécue.

 

Les très belles et fines illuminations (elles le sont), au coût imaginatif de crise profonde, fin 2009, seraient alors vécues comme un lien heureux entre le Conseil Municipal et les citoyens, une reconnaissance sereine, par tous, du devoir communal accompli à partir d’un programme partagé et une récompense justement méritée..

Annie Keszey.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article