Socièté: 1984 d'Orwell. Le vocabulaire est la clef de la pensée.

Publié le 10 Janvier 2009

Il y a peu j’avais édité la vidéo de Didier Bourdon « On ne peut plus rien dire » ! Vous avez été nombreux à la trouver si pleine de vérités ! Elle était de 2005 ! Pourtant, à l’aube de 2009, cela a empiré !

Cette semaine, « Valeurs Actuelles » en fait son gros titre et parle des nouvelles censures!
Insidieuses car non écrites !
Il explique comment l’on vous fait taire en vous culpabilisant, en vous indexant, en vous montrant du doigt.

On ne peut plus rien dire !  Le politiquement correct aplatit tout sur son passage !

Formaté le droit à la différence ? Non, pour peu que ce soit celui de l’autre !

Aseptisé la liberté d’expression ? Non, pour peu que vous ne débordiez pas des chemins balisés par la bien pensance ! « La libre parole devient scandaleuse car plus personne n’a plus l’habitude de l’entendre ! » nous dit Jean François Kahn !
Et je suis bien placé pour le comprendre.

En 1982 Coluche pouvait être provocateur ! Aujourd’hui il serait exclu des télévisions !

Qui pourrait faire un sketche sur un arabe demandant sa rue à un policier (Peut-on  dire Arabe ? Comme si Arabe était une insulte!)

Qui pourrait s’envoyer le personnel politique de droite comme de gauche à la manière de le Luron ou de Coluche !

Qui pourrait aborder  l’homosexualité sans marcher sur des œufs?

Aborder le thème du racisme sur le mode de l’humour? Sauf si c'est pour se foutre de la gueule d'un blanc! C'est moins risqué!

« On ne peut plus rien dire »  car tout aussitôt les associations tout azimut vous tombent dessus !

Didier Bourdon l’admet en disant que certains sketches des Inconnus ne seraient pas interdits mais simplement, dans un discours alambiqué, on nous ferait comprendre que ce n’est pas le moment vu la situation de heurter tel ou tel sensibilité, etc.
Car sous le couvert de l’humanisme et du respect de la tolérance, c’est une véritable dictature de la pensée qui se met en place ! J’en veux pour preuve les réactions d’hostilités et les procès d’intentions que j’ai dû subir de la part de pseudos libres penseurs-blogueurs Putéoliens. Tous débordant d’humanisme et de tolérance active ! Les crocs en avant.
On ne peut plus rien dire. Même à Puteaux !


Souvenez-vous de l’affaire d’Olivier Pétré-Grenouilleau ! Voilà un écrivain qui a osé dire que l’esclavage fût aussi pratiqué par les africains en terre d’islam ! Quelle folie!
Le voici tout aussitôt traité de complice des négriers !
La loi Taubira affirme que l'esclavage est un crime contre l'humanité à partir du XVéme siècle (dans le temps) et sur l'Atlantique et l'Océan Indien (dans l'espace). En dehors, ce n'est pas un crime contre l'humanité! Circulez, il n' y a rien à voir, aurait dit Coluche qui nous manque tant!
Décidèment, il aurait mieux fait de parler de l’esclavage du temps des Grecs et des Romains !

Un professeur Robert Redeker vit dans la clandestinité depuis qu’il a eu le malheur de s’en prendre à Mahomet dans le Figaro sans que cela n’émeuve plus que ça notre intelligentsia humaniste sur la liberté de pensée et la laïcité!

Un autre, Sylvain Gouguenheim, professeur d’histoire médiévale publie un livre sur les racines grecques de l’Europe chrétienne ! Il prend à rebours comme le dit Valeurs Actuelles « la thèse habituellement rabâchée selon laquelle l’Occident n’aurait sauvé son héritage antique que grâce aux arabes et revalorise le rôle de Byzance et des moines occidentaux ! Valeurs Actuelles poursuit en disant « la thèse aurait dût susciter le débat. C’est l’invective qui en tint lieu » Même le Monde qui trouvait le livre précis et argumenté revient en arrière en le trouvant maintenant « dicté par la peur et l’esprit de repli » fermer le ban !
Sylvain Gouguenheim, suite à des pétitions, devient un « raciste culturel » (sic) ! Télérama (à gauche) dénonce « ses thèses islamophobes ». 
On ne peut plus rien dire. Sauf si vous voulez critiquer le Pape !

Comme le dit Max Gallo, il devient dangereux de faire de l’Histoire si vous n’êtes pas d’accord avec les thèses officielles. Thierry Bizot confiait dans un livre « Catholique Anonyme » qu’ un catholique dans le milieu de la communication et de la télévision est ridicule, grotesque, risible, naïf, coincé, il a les idées courtes... A contrario, si vous êtes communiste, libre penseur, anticlérical, partisan du relativisme moral, il est parfaitement légitime d’exprimer votre opinion  confirme le journaliste Laurent Dandrieu !


Même Kad Merad acteur des Ch’tis a eu le malheur de dire qu’il aimait fumer un cigare à l’apéro ! Pan sur le bec ! 5000€ de dommages et intérêts pour l’association droits des non fumeurs. La cause : « Donner une image positive, celle d’un acteur connu de cinéma » !

On ne peut plus rien dire !

Eric Zemmour
se fait accrocher par les « minorités visibles » !
Avant on disait noir ! Puis de couleurs (comme les crayons) puis black, maintenant, c’est minorité visible ! J’ai des potes noirs qui apprécient très modérément d’être traités de minorité visible et je les comprends ! Mais c’est la tolérance et l’humanisme de nos dictateurs de la pensée unique qui font les lois !

Valeurs Actuelles poursuit : Finis les balayeurs, les mendiants, les voyous, les handicapés! Bienvenue aux techniciens de surface, aux SDF, aux jeunes, aux personnes à mobilités réduites ! Finis les noirs, les jaunes, les arabes, tous fondus dans l’expression "personnes issues de la diversité" !

En France, on ne peut plus rien dire !
Même le syndicat des bouchers s’est plaint de l’expression boucherie lorsque l’on parle de massacre ! C’est tout dire !


Plus grave, le vocabulaire est dans le collimateur !
La censure du vocabulaire appelle à court terme la censure de la pensée !
La perversion de la cité commence par la fraude des mots est ma citation préférée ! Je la ressort souvent mais il y a aussi celle d’Orwell : La pensée guide les mots car le vocabulaire est la clef de la victoire. C’est bien pourquoi, il leur faut à ces censeurs contrôler le vocabulaire !
A force de ne pas donner leur vrai nom aux choses, on finit par ne plus les voir !
Même la mort devient « pronostic vital engagé »


La guerre des mots fait rage
y compris lorsqu’il s’agit de donner un nom à un collège ! A Colombes Philippe Juvin Maire UMP voulait donner le nom de Kleber Haedens. Un écrivain qui reçut le prix interallié en 1966, le grand prix du roman de l’Académie française en 1974, mais... il fût le secrétaire de Charles Maurras pendant la guerre. Horreur, malheur !
Car si l’on peut donner des noms de boulevards à des criminels de guerre et contre l’humanité comme Lénine, il n’est pas question de donner un nom de collège à cet écrivain, de facto, maudit !  Les représentants du MoDem (qui l’eut cru !) hurlent au scandale arguant du fait qu’un écrivain doit-être irréprochable du point de vue républicain pour donner son nom à un collège ! Quid des Lycées Montaigne, Racine voire Henri IV qui ont tous été de fervents républicains comme chacun le sait ! Plus cons tu meurs...
Jean d’Ormesson répond à ces débiles « La littérature se moque bien de la politique » !


La HALDE s’en prend également au vocabulaire ! Il y aurait de la discrimination dans les manuels scolaires ! Oui madame...
Le simple fait qu’un jeune homme aspire au mariage avec une femme et a une famille hétéroparentale dixit son  rapport, constitue un stéréotype hétérosexiste ! Oui monsieur...
La HALDE dans son rapport déplore "que l’on n’évoque pas les comportements homosexuels du rat" ! J’ai des copains homos qui vont appréciés également ce délire.

Même Ronsard est dans le collimateur ! Car son poème,  Allons voir mignonne si la rose est éclose véhiculerait une image négative des séniors (les vieux) !
En conclusion la HALDE souhaiterait vérifier tous les textes afin de détecter les influences des discriminations possibles et proposer d’autres textes pour contrebalancer ces discriminations ! Effarant. (En attendant de les édulcorer plus tard ou de les interdire comme les trois petits cochons en angleterre dans certaines écoles?)

Jusqu’ou iront ces défenseurs de la bien pensance et du politiquement correct ?

Après on s’étonne que nos jeunes n’ont plus aucune culture ni aucun sens critique ! Qu’ils prennent tout au premier degré comme une Nintendo.
Nous leur donnons que de l’aseptisé. Principe de précaution sûrement ! A mourir de rire.

 

Souvent l’on me dit, « ferme ta gueule Gérard, arrête de parler de tel ou tel autre sujet politiquement incorrect » Je réponds invariablement : Mais pourquoi se dire libre penseur et défenseur de la libre expression alors !
La liberté ne s’use que si l’on ne s’en sert pas !  

Une petite dernière pour la route avant que l’on me ferme le blog !

Les peuples les plus civilisés sont aussi voisins de la barbarie que le fer le plus poli l’est de la rouille disait  Antoine Rivarol qui n’était pas un fasciste du 20ème siècle mais un philosophe du 18ème siècle (1753-1801).
Je le dis pour ceux qui n’ont plus de repères !

Gérard Brazon

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

elisabeth 11/01/2009 19:08

Je te souhaite une TRES BONNE ANNEE 2009 !
J'espère que ton blog ne fermera ? Bonne soirée.

Gérard Brazon 13/01/2009 17:58


Moi aussi Elisabeth! Grosses bises et j'espère à bientôt


Bruno sacco 10/01/2009 15:36

Vous avez tellement raison...
On ne peut vraiment plus dire ce que l'on veut et maintenant c'est vraiment le crime de la pensée. On ne peut plus être critique, ni impertinent. Je pense que Eric Zemmour a aussi raison quand il dit qu'il y a bien des races à Rokhaya Diallo, présidente de l’association « Les indivisibles », à Vincent Cespedes, philosophe et à Renan Demirkan, comédienne et écrivaine allemande d’origine turque.
Pour ceux qui n'auraient pas lu ce passage plein de vérité, le voici retrouvé dans son intégralité ( et aussi en vidéo ici : http://www.youtube.com/watch?v=yRR-KWSqhEg&eurl=http://www.rollins.fr/zemmour-race-blanche-race-noire/305/ )

- Éric Zemmour : - « Il y a le métissage racial, c’est-à-dire le mélange des races, physiquement. »
- Rokhaya Diallo : - « C’est, quoi, qu’est-ce que c’est les races ? Qu’est-ce que vous entendez par « races » ? »
- Éric Zemmour : - « Si y a pas de races, y a pas de métissage ! »
- Rokhaya Diallo : - « Ben non, parce que peut-être que le deuxième dont vous avez parlé... » [Allusion au métissage des cultures]
- Éric Zemmour : - « ...donc y a pas de question dans ce cas là ! »
- Rokhaya Diallo : - « Non, parce que vous parlez de deux métissages, donc peut-être que le deuxième existe. »
- Éric Zemmour : - « Oui, le deux... »
- Isabelle Giordano et Éric Zemmour, de concert : - « Parce que pour vous Rokhaya, les races n’existent pas ? »
- Rokhaya Diallo : - « Ben non. Enfin je... »
- Vincent Cespedes : - « Pas pour les scientifiques non plus... »
- Isabelle Giordano : - « On écoute la deuxième... la deuxième... »
- Éric Zemmour : - « Non, mais moi ce qui m’intéresse dans cette histoire - je vais très vite - j’ai le sentiment qu’à la sacralisation des races de la période nazie et précédente a succédé la négation des races. Et c’est d’après moi aussi ridicule l’une que l’autre. Qu’est-ce que ça veut dire que ça n’existe pas ? On voit bien que ça existe ! »
- Rokhaya Diallo : - « Mais comment on le voit ? Je ne comprends pas ce que vous voyez... »
- Éric Zemmour : - « Ben à la couleur de peau tout bêtement. »
- Rokhaya Diallo : « Et donc la couleur de peau selon vous fait que moi j’appartiens à une race différente de la vôtre. »
- Éric Zemmour : - « Mais évidemment ! Non mais... que vous redécouvriez... »
- Rokhaya Diallo : - « Bon ben alors... C’est intéressant... »
- Éric Zemmour : - « Ben évidemment, j’appartiens à la race blanche, vous appartenez à la race noire ! »
- Rokhaya Diallo : - « Non, j’appartiens à la communauté française et... »
- Vincent Cespedes : - « Peut-être que ça vous rassure, Éric : ça vous rassure d’appartenir à la race blanche ! »

Remarquez aussi là manière dont cette dame veut censurer Monsieur Zemour et imposer son point de vue, c'est tout simplement inacceptable.
ce sont eux les vrais racistes...c'est tout simplement du racisme anti-blanc.

Philippe 10/01/2009 13:29

Article consternant de vérité et le pire c'est que nos hommes politiques, lorsqu'on les évoque le sujet avec eux dans un cadre amical et hors contexte boulot boulot, s'en plaignent mais avouent que les pressions sont telles qu'ils sont impuissants à faire changer ces dérives !!

Mensonges électoralistes grossiers !
Je les hais.

Jacques 10/01/2009 13:05

Ouf! C'est dit et bien dit!