Politique: Provocations racistes en France.

Publié le 11 Janvier 2009

Marée Humaine (sic) selon le Figaro !

Entre 30.000 selon la police et 100.000 personnes selon les organisateurs ont défilé samedi à Paris pour soutenir les Palestiniens à Gaza.
De grands draps aux couleurs palestiniennes cachent les quelques drapeaux tricolores qui fleurissent au sein du cortège, au milieu des pancartes des associations, syndicats et partis politiques de gauche (LCR, PCF, Sud, Solidaires, le Mrap…) bien disséminées dans la foule. Les pancartes annoncent elles-aussi la couleur :

«Israël, t'es foutu, les Musulmans sont dans la rue !»,

«stop aux massacres à Gaza !»,

«ONU, Sarkozy, Obama, complices d'Israël».

«Génocide à Gaza, arrêtez la boucherie !» s'affiche en lettres capitales bleues sur fond d'images d'enfants en détresse.
(...) Deux jeunes, bonnets noirs sur le crâne, ouvrent les hostilités : «Israël, assassins, meurtriers, terroristes !», hurlent-ils.
D'autres jeunes regroupés en bandes croisent des grands-mères tenant par la main des enfants en bas-âge. Deux types de manifestants qui vont égayer l'après-midi.
(...) Insultes, menaces et intimidations contre les journalistes, torrent de haine contre l'Etat hébreu.
Debout à l'arrière d'une camionnette, un homme d'une quarantaine d'années attrape son mégaphone. Il hurle : «sionistes, fascistes, c'est vous les terroristes !».

(...) deux manifestants, pas plus de 20 ans, brandissent un drapeau israélien où l'étoile bleue de David a été détournée en une croix gammée.
 (...)
Cafés et restaurants restent portes closes, de peur de subir à leur tour les actes de vandalismes des casseurs au moment de la dispersion des manifestants, comme la semaine dernière avec des pillages de boutiques et des voitures brûlées en plein cœur de Paris.
(...)  Un drapeau palestinien est déployé sur la colonne de la Bastille, pendant que son homologue israélien brûle sous les applaudissements nourris du public.

Au pied de l'édifice, des dizaines de jeunes laissent éclater leur colère. Leur haine.
Ali, 18 ans : «Le Hamas, ce sont des résistants, exactement comme Jean Moulin défendant la France contre les Nazis».
Pour Rachid, 22 ans, arrivé tout droit de Melun en RER, «les Israéliens agissent comme Hitler

A l'arrivée du cortège place de la Nation, des vitrines de cabines téléphoniques et d'abribus volent en éclats. Scooters et vélos sont incendiés par de petits groupes dispersés à coup de gaz lacrymogènes par les CRS, eux-mêmes la cible de projectiles divers (barres métalliques de protection des arbres, bouteilles de verre, sacs poubelles en feu…). Bilan : 180 interpellations et douze policiers blessés.


Marie-Georges Buffet
, la secrétaire générale du Parti communiste, « espère, à ce moment de l'après-midi, que la manifestation parisienne, qu'elle juge «familiale, cordiale, digne» ne soit «pas effacée» par d'éventuels incidents violents.

Lire l'ensemble de l'article en cliquant sur ce lien.

Ce qui m'étonne c'est la complaisance des organisations syndicales, politiques  et associatives qui luttent contre le racisme. Elles n'ont fait aucun commentaire ni n'émis aucune protestation sur les propos racistes qui ont été tenus lors de cette manifestation.
Comme par exemple les comparaisons entre l'état Hebreu et l'état nazi !

Lorsque l'on écoute ses "jeunes" l'on remarque tout de suite l'état de leur culture historique. Le relativisme historique enseignait par des professeurs d'histoire démontre, s'il le fallait, le niveau d'acculturation des jeunes français!
Cela fait peur... car, c'est sur le terreau de l'ignorance que les extrêmes savent le mieux bâtir leurs idéologies meurtrières et dictatoriales.
Je me demande ce que ces Associations, Syndicat et autres Partis Politiques auraient dit si un autre parti politique ou une autre organisation quelconque avaient proféré des insultes racistes et brûlés des drapeaux de pays étrangers.
Mais cela ne doit pas être pareil !
Car en fait pour eux, il y a des insultes racistes condamnables et puis... il y a les autres.

Quant aux commerçants et aux propriétaires de scooters et de voitures, tant pis pour eux! C'était juste une colère de "jeunes issus des banlieues difficiles" et de "milieux défavorisés!" Rien de plus, mais chut... Faut pas le dire.
Gérard Brazon

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

moderateur 18/01/2009 20:48

Quand on fait sa campagne présidentielle sur le pouvoir d'achat, on ne s'augmente pas son salaire, pour ensuite dire : je ne peux rien faire (surtout qu'il était ministre des fiannces en 2004 et de l'interieur en 2005, il connaissait donc tres bien l'état des finances de la France. On impose une loi sur l'audio visuelle en by passant le sénat ! on veut nommer le président de france télévision et le révoquer ! quelle belle monarchie ! quand on entend qu'il n'est pas favorable à la grâce présidentielle on ne fait pas de favoritisme pour ses amis ! Quand on parle de travailler plus longtemps pour augmenter son pouvoir d'achat, on oublie de dire que le cout de la vie augmente partout sauf les salaires, ce ne sera donc pas du volontariat mais de l'obligation de travailler ! quand on fait croire que les minimas vieillesses seront augmentés de 25% sur 5 ans on apprend avec sourire qu'il a été augmenté de 0.8% en septembre... quand on demande d'etre respectueux des francais on ne les insultes pas !

Florent 13/01/2009 20:44

Et bien, c'est vrai, pas toujours. Et pas avec tous.

Mais ça doit pourtant être un objectif. Il ne faut pas se résigner. Il faut continuer les efforts. Il faut continuer à expliquer que le respect est important, essayer de favoriser les échanges inter-religions et redire l'importance de nos valeurs, l'intérêt d'une bonne intégration. Des choses qui paraissent évidentes et ne sont toujours pas comprises par tous.

Mais se résigner n'arrangerait pas les choses. Trop de politiques, de journalistes se sont découragés. Vous voyez bien, on en est à critiquer le résultat.

Florent 12/01/2009 17:08

Le développement de l'Islam n'est pas forcément dérangeant : lorsque je vois, quand j'ai l'occasion de me ballader dans les rues de Puteaux le vendredi midi, nos amis musulmans forcés de prier dans la rue, je ne me dis pas qu'ils sont trop nombreux. Non, je me dis surtout qu'on doit continuer à étudier avec eux les possibilités d'aggrandir leur mosquée, non pas en périphérie, mais là même où elle est, c'est-à-dire au coeur même de notre ville, au plus proche des insitutions de la République, pour qu'ils se sentent intégrés et se sentent partager la même vie que tous les autres Français. Il ne serait pas bon de vouloir cacher la mosquée, de vouloir cacher les Musulmans. Il ne faut pas fermer les yeux.

Mais de la même manière que l'on peut dire à nos amis musulmans que l'on a envie que notre vie en commun se passe bien, il faut aussi savoir leur expliquer ce qui peut nous gêner, nous, lorsque leur pratique de la religion devient trop prosélyte. Ca peut-être le voile, ça peut être leur vision de la relation homme-femme, ça peut être le trop peu de respect pour les autres religions. Car de la même manière qu'on n'a pas envie de voir se développer le catholicisme ou le judaïsme exrtremisme, on n'a pas tellement envie de voir l'islamisme se développer en France.

Je pense que chacun d'entre nous doit montrer plus de respect, plus de tolérance, plus d'ouverture, plus de discussion. Chacun doit coprendre que les efforts doivent être des deux côtés. Or nos relations sont trop souvent conflictuelles. C'est pourtant en faisant des efforts envers l'autre qu'on peut gagner quelque chose, pas en se laissant aller à l'affrontement.

Je pensais que tout ce que Nicolas Sarkozy avait fait pour que l'Islam de France s'organise porterait rapidement ses fruits. Je continue à penser que c'était positif, mais qu'il reste du chemin à parcourir.

Gérard Brazon 13/01/2009 18:07


Je partages assez bien vos vues Florent! Encore faut-il que cette volonté de tolérance existe des deux côtés! Ce dont je ne suis pas certain.


bruno sacco 12/01/2009 11:59

Cher Gérard, je ne sais pas si vous avez remarqué que dans la "novlangue" du politiquement correct on a vite fait de qualifier tout discours critique sur les musulmans d'islamophobie.


Sur un plan strictement religieux, on ne peut que respecter l'Islam comme toute religion historique. Malheureusement, l'Islam n'est pas qu'une foi. C'est aussi une loi civile prosélyte. Tel qu'il est prêché et pratiqué, l'Islam comporte de nombreux éléments en contradiction profonde avec notre culture et notre tradition. A partir de là tous ceux qui s'opposent fermement aux exigences de plus en plus pressantes de l'Islam sur les terres européennes -suppression du porc dans les menus scolaires, multiplication des mosquées-cathédrales, traitement spécifique réservé aux femmes dans les services publics (hôpitaux, piscines...), contestation des programmes d'enseignement, etc.) sont qualifiés d'islamophobes, pfuu ridicule !:

Ce n'est donc évidemment pas l'Islam « en tant que tel » que nous critiquons – il n'est pas question pour nous de déclarer une guerre au monde musulman – mais bien son développement exponentiel sur notre sol.
Dans cette optique il me semble que votre Blog est un véritable lieu d'expression on tous les braves français peuvent parler librement sans avoir peur du politiquement correct et de sa Fatwa....

Gérard Brazon 12/01/2009 10:20

Le manque de courage de nos politique est consternant! En son temps Nicolas Sarkozy avait libéré la parole sur les cités, sur l'immigration, etc. Des journalistes et d'autres auraient pu élargier la brèche et faire voler en éclat ce carcan du politiquement correct! Ils n'ont pas eu le courage de le faire! Nous abordons les rivages d'une nouvelle dictature! Aussi puissante que celle du communisme et du nazisme! Plus efficace dans la formation de la pensée puisqu'elle vous interdira LA pensée libre et indépendante pour une "soupe conviviale" et "faux-cul"qui, forcèment, provoquera un jour une contre réaction violente!
Nous avons échoué et nos enfants ne connaîtront pas la liberté que nous avons connu! En plus des dettes de l'état!
Qu'ils nous pardonnent.
Gérard Brazon

Florent 11/01/2009 23:27

Et voilà, vous avez bien compris Gérard. Quand les intellectuels français, les associations, les politiques... refusent de se mêler de ce sujet difficile, le terrain est occupé par ceux qui créent la haine, qui poussent à la destruction, à l'affrontement.
Mais qu'est-ce qu'il en ressort de positif ? Et bien voilà : RIEN.