Poésie réaliste: Nos clochards.(2)

Publié le 29 Janvier 2009

Lorsque je croise des hommes et des femmes dans la rue ou assis sur un banc comme à la Roseraie de Puteaux, il me vient souvent des images ou des situations à l'esprit. Pourquoi cette tristesse, pourquoi cette joie et cette attitude. Mon penchant naturel va plutôt vers des personnes qui présentent des aspects de souffrance. Alors mon imagination vagabonde et le soir venant j'écris. C'est ce poème que je vous livre.


Assis sur un banc


Sans être important, J’aurais voulu exister.

Sans être l’époux aimant pouvoir te garder.

Sans être ton amant, j’aurais voulu t’aimer.

Sans être une  maman pour te câliner.

Sans être dans le rang, j’aurai voulu t’aider.

Sans être un Dieu puissant, pouvoir t’adorer.

 

Qui suis-je à présent pour toi qui m’as oublié ?

Le souvenir d’un temps, un outil vite usé ?

Un ultime tourment ? Pour toi qui  m’as laissé.

 

Qui suis-je à présent sans être l’époux aimant

Sans être ton amant, sans être Dieu puissant

Et sans être dans le rang ! Plus rien maintenant

 

Je suis assis sur un banc, j’attends qu’un passant,

M’accorde du temps. Pour oublier le présent.


Ce soir, j’irai boire un verre. Chez l’ami Fernand

On parlera encore de toi et du bon temps.

Du temps où j’étais avec toi. Du temps d’avant!

Et enfin saoul, je m’endormirai sur le champ !


Gérard Brazon

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

Gérard Brazon 30/01/2009 12:40

Merci de vos commentaires!
Quand je me trouve confronté à ces personnes je ne sais jamais l'action à mener! Que faire dans la misère? Que faire devant la souffrance? Alors comme une bougie j'essaie d'alerter, de dire avec des mots simples un sentiment!
La fin de l'hiver se fera et la misère sera moins visible au soleil.
Sans compter tous ceux qui vivent si mal leur solitude alors qu'il y a foule autour d'eux! Une foule sans sentiment, ignorante et seulement préoccupée par les flashs des annonces aussi vite oubliées qu'elles sont entendues. Ainsi va le monde.

scoobydu41 30/01/2009 08:35

rassure-toi tu n'es pas oublié

E.L. 30/01/2009 01:25

Bonjour Gérard, je voulais te dire bravo pour ce poème très touchant , car c'est comme si tu parlais de nous.De notre détresse , de la solitude que l'on vie . Encore merci.
E.L.

Michèle CAILLET 29/01/2009 15:46

Bonjour Gérad,

Magnifique encore ce poème et surtout émouvant.

J'en profite pour t'informer que j'ai créé, sur Overblog, une Communauté, principalement réservée aux problèmes de santé& publique. Elle se nomme "Votre Santé".

Bises et à très bientôt,
Michèle