Poésie: Le scandale du p'tit juge de l'affaire d'Outreau...

Publié le 10 Février 2009

Il existe un petit juge qui demande à retrouver son honneur!
Mais de quoi parle-t-il ? Peux t'on redonner un honneur perdu ? Pense-t-il vraiment qu'un honneur peut-être rendu par ses pairs qui le jugent ? Qu'est-ce que l'honneur sinon l'idée et la dignité que l'on a de soi par rapport aux autres !
Personne ne peut lui rendre son honneur à ce petit juge hormis le pardon des victimes de l'affaire d'Outreau et son propre pardon ! C'est loin d'être le cas aujourd'hui puisqu'il s'estime non coupable!
Cet homme, ce petit juge n'était pas seul dans cette affaire mais c'est lui qui a pris le plus de responsabilités dans la destruction morale et physique des accusés d'Outreau!
C'est par son intransigeance, son obsession, son manque de compassion et pour tout dire son manque d'intelligence humaine qui fit que des femmes et hommes furent placés en prison pendant plus de deux années. Leurs familles furent détruites, leurs enfants seront marqués à jamais! Leurs vies ne retrouveront jamais le calme d'avant cette affaire!
Sous un autre régime politique quel désastre aurait-il pu commettre?
Le petit juge veut retrouver son honneur? Qu'il commence par admettre les erreurs qu'il a commises, les fautes d'appréciation et surtout qu'il s'excuse pour les malheurs qu'il a apporté à ces familles!
J'ai fait un poème pour ces victimes de l'affaire d'Outreau!

Affaire d’Outreau

Un matin votre monde bascule à jamais.

Un matin et votre vie s’efface à jamais.

Et plus rien ne sera plus comme auparavant

 
Un matin de famille avec vos enfants.

Quand, derrière la porte, se place votre enfer.

"Police ! Ouvrez de suite, immédiatement" !

Je suis aux arrêts et ils me posent les fers !

 

Le juge écoute mais ne ressent pas,

Il note, assène mais ne comprends pas.

Je suis l’insecte que l’on dissèque à froid

Sans émotion, je ne suis qu’une proie.

D’une machine qui peu à peu me broie.

 

Condamné pour violence à la prison

Condamné pour violence, à la baston

Les jours s’écoulent en garde à vue

D’où viens-tu ? Qui es-tu ? Mis à nu.

 

Victime d’une impossible accusation

Il affirme, me pose les mêmes questions

Comment faire quand je suis déjà jugé

 

Condamné pour violence à la prison

Condamné pour violence, à la baston.

 

Je n’ai rien fait monsieur, je suis innocent.

 

Gérard Brazon

 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article