Histoire: Pétain-Rivarol- Le relativisme de l'Histoire?

Publié le 6 Mars 2009

D’Antoine Rivarol à Philippe Pétain.

 C'est un de ces nombreux amalgames qui justifient l'injustifiable.
Il s'agit de mettre en parallèle deux personnages historiques issus d'époques différentes.
Ils sont pour moi la preuve des ces fameuses "pertes de repères"

Dans ce cas, c'est encore pire puisque l'on fait parfois un parallèle entre Antoine Rivarol écrivain du 18em et antirévolutionnaire notoire et Philippe Pétain du 20em.

"De Rivarol à Pétain" avec toute la charge accusatrice sous entendu, l'un entraînant l'autre dans la réprobation. Réprobation qui ne peut être que vu sous les expressions habituelles de "fascisme" et "nazisme".
Bien entendu pas communisme qui est encore malheureusement, en France, une idéologie respectée malgré ses millions d'innocents assassinés.


Faut-il rappeler qu'Antoine Rivarol n'a pu, pour des raisons indépendants de sa volonté puisque calendaire être un  "facho" comme ils disent!
Car le relativisme historique sert a mettre tous les personnages historiques dans des cases avec des étiquettes revues façon "bien pensance" de l'après guerre. 
Dans le même genre, la bien pensance inculte mettra Napoléon 1er avec Hitler en oubliant le consistoire de 1804 en ne regardant que la Russie de 1812 et Stalingrad! Pitoyable raccourci.


Bref, Antoine Rivarol est né en 1753. Il est mort en 1801.
Il fut un ardent défenseur de la Royauté mais surtout un adversaire acharné de la révolution.
C'est lui qui écrivit "  Il faut plutôt, pour opérer une révolution, une certaine masse de bêtise d’une part qu’une certaine dose le lumière de l’autre". Évidemment, cela n'a pas plu à nos révolutionnaires de l'époque.
D'ailleurs il y avait beaucoup de choses qui ne plaisaient pas à ceux-ci. C'est pourquoi, ils instaurèrent la loi des suspects qui permit d'envoyer beaucoup d'innocents (Là aussi) à l'échafaud quand ce n'était pas, comme à Nantes, entassés par les bons soins du révolutionnaire Carrier sur des bateaux que nos révolutionnaires faisaient coulés avec des cris de joie.
Comment oublier les colonnes incendiaires du général Turreau chargé de tout détruire sur son passage en Vendée. Villages, églises, provisions, hommes, femmes, enfants et vieillards! Ce délire de destruction dura jusqu'en 1794! le sanguinaire général Custer avait eu un bel exemple avant lui.

Une autre phrase de Rivarol qui va à l'encontre de l'idée de "facho".
" Il ne faut pas s'y tromper, le patriotisme est l'hypocrisie de notre siècle: C'est l'ambition et la fureur de dominer qui se déguisent sous des noms populaires".
Probablement une pique vers Robespierre auteur de la fameuse et terrible loi du 22 prairial an II (10 Juin 1794) qui instituait un procès sans interrogatoire préalable et ou le juge n'avait le choix qu'entre la condamnation à mort ou l'acquittement.
Autant dire qu'aucun juge n'aurait commis l'erreur fatale (pour lui) de prononcer un acquittement.
C'est donc ce Robespierre que la gauche française souhaite que l'on admire. Une pique aussi pour le Consul Bonaparte dont Antoine Rivarol n'a pas vu le couronnement en 1804.

De l'autre côté, il y a Philippe Pétain celui de 1940. Pas le vainqueur de Verdun l'ami et le protecteur du Colonel de Gaulle parrain de son fils Philippe.
Pourtant c'est le même homme. Il était Ambassadeur de France en Espagne quand il fût rappelé en France pour être nommé Président du Conseil (Sorte de 1er ministre actuel avec les pouvoirs du Président). Faut-il rappeler qu'il fût investi des pleins pouvoirs par une Assemblée Nationale Socialiste à l'âge de 84 ans le 10 Juillet 1940.

Donc, j'aimerai encore savoir le rapport qu'il y a avec Antoine Rivarol. Qu'elle est le cheminement de pensée qui permet à ces "Talibans de le mémoire" d'y voir un lien entre les deux hommes alors que tout les sépare.

Philippe Pétain
s'est essayé à l'écriture mais c'est surtout Charles de Gaulle qui écrivait. Il n'a pas été un homme politique transcendant c'est le moins que l'on puisse dire mais enfin, si vous avez dans votre famille un homme de 84 ans, est-ce que vous lui confierez les rênes du Pays sans vous poser des questions?

Tout cela pour dire et répéter qu'il faut véritablement cesser d'analyser et juger les faits, les événements, les hommes et les femmes avec les lunettes du 21em siècle.
Car enfin, comment réagiriez-vous sur une place de grève à Paris, rouge de sang et sentant la mort en 1793?
Comment réagiriez-vous devant des femmes et  des hommes envoyés sans jugement (ou si peu) à la boucherie?
Des femmes avec leurs enfants également comme le prouve l'exécution sans jugement des demoiselles de la Meteyrie à Nantes. Les condamnés faisaient la queue, le bourreau n'avait même le temps d'essuyer la lame. Il se suicida deux jours après cette horreur.

Alors Antoine Rivarol, "un facho"? 
Les Français ont perdus ce qu'il y a de plus cher : Leur Histoire.
C'est 30 ans de liquidation, de culpabilisation permanente, de négation du patriotisme que l’on admire chez les autres.
C'est 30 ans de  ringardisation de l'idée même de Nation qui ont fait des Français un peuple sans mémoire. Un peuple acculturé parlant une sorte de sabir franglais et confondant les lieux, les dates et les personnages de l'histoire et qui donne Vercingétorix à Iéna, Napoléon à Alésia! Mais Lénine au paradis bien sûr.
Là on encourage la mémoire pour les uns mais on l’interdit pour le plus grand nombre! Quand on ne la falsifie pas !

Pour finir, deux dernières citations d’Antoine Rivarol,

- Quand les peuples cessent d'estimer, ils cessent d'obéir.

-  Malheur à ceux qui remuent le fond d'une Nation.
C'est tellement d'actualité de nos jours.  

 Gérard Brazon

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Histoire de France

Commenter cet article

noeil neil de Moscou 09/03/2009 02:49

Hooooooo Le vilain stratagème…. Hooo le facile « deus ex machina »…. Hoooo les grosses ficelles ! Que c’est vilain ! Première faute je cite
[…]Vous avez mille fois raisons, votre prose est digne d'un grand historien […]
Je reconnaitrais entre mille copies ta prose mon Gégé. Cette prose qui amalgame sans cesse. Donc on reconnait un grand historien à sa prose ? Non certainement pas, un écrivain peut être, un essayiste pourquoi pas, mais pas un historien. Quoi qu’un grand finalement, faut voir. La prose d’Alain Courbin, même si elle est legère et tout le tintouin, c’est surtout la dialectique que je retiens et non sa rhétorique. Ce « Paul » se laisse bien émouvoir là où il faut être précis….. Tout trop comme toi. Et je ne te reprends pas sur le traité de Versailles et son usage revu et corrigé par tes soins mon Gégé…. Désaccord évident total. Au dela de ce petit jeu épistolaire virtuel qui ensoleille nos dimanches hivernaux. j’ai encore une question à te poser …. Même si tu n’y réponds pas, pourtant mon truc sur l’histoire et l’oubli j’aurai bien pensé que ça te captiverait, enfin laissons cela.
Finalement Xavier Darcos, a-t-il corrigé les erreurs chronologiques des futurs livres d’histoire destinés aux écoles ?
Ha et puis comme tu as le tempéramment joueur, je t’invite sur mon blog à plancher sur la petite devinette historico-culturelle faite par mes soins. Un petit coup de repères, ça nous ramène en 1493 ça devrait te plaire du coup. Ça laisse rêveur T’as l’impression de voir 500 ans d’Histoire défiler d’un coup. Mais hélas on ne refera pas le match comme on dit. T’aurais pas une Dolerean par hasard.. Le continuum espace temps, tout ça…. Tiens j’vais t’appeler Emmet Brown
Sacre farceur….

Gérard Brazon 08/03/2009 16:39

Mon cher Paul
Mon analyse de la dernière guerre me porte à penser qu'elle est issue du traité de Versailles. George Clémenceau dit le Tigre fût emporté par sa haine du "boche" et il a voulu imposer des conditions qu'il était impossible, pour un peuple fier comme le peuple allemand, de supporter.
Mêmes les Prussiens n'ont pas imposé de telles conditions en 1871 malgré une défaite à plate couture par une armée française mal préparée. Napoléon III n'était pas le grand Empereur des champs de batailles!
Le nouvel Empereur allemand imposa de lourdes indemnités, les allemands prirent l'Alsace et la Lorraine mais n'imposèrent pas de conditions humiliantes pour la France comme de ne pas avoir d'armée digne de ce nom pour assurer la grandeur d'un pays à travers celle-ci! Il faut comprendre les mentalités de l'époque.
Le Nationalisme et le patriotisme allemand comme le français ou l'anglais était si puissant.
De plus, vouloir envahir la Rhénanie au moindre sursaut a été une erreur. Imaginez l'Empire Allemand envahir le reste de la Lorraine au moindre toussotement ou velléité de la troisième République. Nous n'aurions pas supporté cette invasion. Blessant l'honneur très chatouilleux des français de l'époque!
Les américains tirèrent des leçons de cet armistice et proposèrent un plan de reconstruction plutôt que de s'assurer que jamais l'Allemagne ne puisse tout à fait se relever!
Adolph Hitler est l'enfant des politiciens ayant manqués de courage tout autant que du traité de Versailles. Il l'ont laissé grandir lui qui n'était qu'un nain politique. Lui qui recula devant les troupes de Mussolini quand il a voulu envahir l'Autriche. Un Mussolini qu'on laissa aller dans les bras d'Hitler par la suite.
Nous n'avons pas vu le bluff d'Hitler trop occupé à refuser l'inévitable! La volonté de revanche des allemands aurait pu être évité. Ce goût de la revanche qui nous habitait en permanence entre 1871 et 1914 pour venger un affront qui n'était pas digéré! La ligne bleu des Vosges!
C'est en chantant "A Berlin, à Berlin" que les soldats français sont partis mourir au front!
Encore Merci Paul

Paul 08/03/2009 16:03

Bonjour Gérard.
Exceptionnel votre article sur Rivarol et sur le Maréchal Pétain.
Vous avez mille fois raisons, votre prose est digne d'un grand historien.
Comment est-ce possible que les responsables politiques Français n'ont pas eus des C... pour faire face à l'ennemie. Hitler est l'oeuvre (tristement célèbre) des politiques qui ont laissé à cet ignoble dictateur la possibilité de bafouer le traité de Versailles qui interdisait à l'Allemagne d'avoir une armée de plus de cent milles hommes.

1919 l'Allemagne était au bord du gouffre, en 1939 soit en 20 ans elle avait à sa disposition la plus puissante armée de la planète!

En juin 1940 les responsables politiques Français battaient des records de vitesse en courant plus vite que les Egyptiens faces aux armées Israéliennes

Ils ont eu la peur de leur vie; Mais ces salops avaient de la mémoire, ils se sont rappelés qu'un Maréchal de France avait été nommé Ambassadeur auprès du Généralissime Franco en Espagne.

Voilà notre homme disait-il avec soulagement; Immédiatement ils ont demandé au viaillard de 84 ans d'assumer les pleins pouvoirs.
Enfin, nos lâches avaient trouvé l'homme miracle l'homme qui comme à Verdun avait battu les ( Boches ) et qui gagnerait la bataille contre Hitler. Les traîtes.
Le Maréchal fut exilé à l'Iles Dieu et nos "courageux républicains" se vantaient d'avoir gagné la guerre.
Heureusement qu'un Général de Brigade (à titre temporaire) fut l'héro que l'on n'attendait plus.
Si les Capétiens construisirent en mille ans notre Patrie, nous pouvons affirmer que le Général de Gaulle est le digne déscendant de Louis XIV.
Cher Gérard recevez ma très sincère amitié, et encore BRAVO.
Paul

Noeil-noiel de Moscou 08/03/2009 14:19

Je te donne une piste sur cette emploi de reperes.

D'une part quelle est la meilleure façon d'apprrendre l'histoire ? tiens tu un rôle pédagogique ?

La chronologie telle qu'elle servait pour apprendre l'histoire n'était t-elle trop, comment dire, Francocentriste ? On ne sait pas faute d'enquête précise comment les maitres apprenent réellement l'histoire à leur éléves.

Ce ne serait pas tant la chronologie, les repères que l'on discute mais tout l'enseignement de l'histoire qui fait perpetuellement débat...

En "jetant" les repères, c'est aussi ce francocncentrisme que l'on jetait? Il faut aussi faire l'histoire de l'enseignement de l'histoire et ne pas la voir avec les yeux d'aujourd"hui

Repondras-tu ?

Noeil-noeil de Moscou 08/03/2009 13:32

Ha en plus de la première question, vient s'en greffer une autre.

qu'entends tu exactement et plus profondémment par cette "perte de repère" ?

Noeil noeil de Moscou 08/03/2009 00:22

Et si on mettait Paris en bouteille ?
Tu ne réponds pas à ma question, je la repose

l'histoire n'est elle pas mortifère ? En empêchant l'oubli pouvons-nous encore construire de nouveaux faits historiques justes ou en toute liberté si tu prefères ?

Il n'est pas de savoir si les cocos de base peinent ou pas à comprendre ta prose !

Ce sont des ces repères dont je parle... Car c'est bien une des tes préocupations dans cet article, je cite

[...] Ils sont pour moi la preuve des ces fameuses "pertes de repères" [...]

N'oublie pas cette fois ci de répondre à ma question

Noeil noeil de Mosocu 07/03/2009 14:23

Donc la "Bien pensance" des salons révolutionnaires dorés de la gauche bourgeoise encaviarée", Le socialisme conservateur pour le nommé encore autrement, est donc le faire valoir d'une "mal pensance" décompléxée de Droite, que l'on pourrait nommée le liberalisme réformiste en opposition.

la bien pensance est une maladie qui soigne à coup de Bon sens ou de sinérité

Mais la philosophie, n'est pas la recherche de la sincérité mais bien celle de la vérité.

Et pour les manques de repères, il faut savoir "qui en établie"la cartographie, vous ? l'histoire n'est elle pas mortifère ? En empêchant l'oubli pouvons-nous encore construire de nouveaux faits historiques justes ?

La perte de repères en admettant qu'elle existe est elle donc si toxique ?

***
Evalutaion commmuniste de votre brevet de citoyenneté

Vous avez 4 heures !

Gérard Brazon 07/03/2009 19:39


Voila bien une reflexion relativiste par exellence. Que surtout rien ne permette la possibilité à la droite d'être décomplexée! Sauf que le sujet du billet ne portait pas sur ce thème! Comme les
chiens de Pavlov, le fait d'avoir mis Lénine provoque des réactions épidermiques des cocos de base!
Donc (Mais je devine qui tu es...) relis le billet et comprends que le sujet est le jugement du passé avec les yeux et la connaissance d'aujourd'hui! Probablement que Babeuf aurait fini pendu
par Lénine en 1919/20 ou mis dans un goulag par Staline et Robespierre dans un camps de rééducation maoïste!