Ville de Puteaux: Inconscience et stupéfaction.

Publié le 29 Mars 2009

L’inconscience ! La stupéfaction ! Voilà deux mots qui me viennent à l’esprit. Une ancienne colistière  me signale un article paru chez l’amuseur public de Puteaux. Elle me signale sur le mode humoristique l’objet du ridicule. Monsieur Christophe Grébert, toujours à la hauteur de ses capacités, prend l’exemple du général de Gaulle et se compare à lui !

 « il faut savoir mettre le holà et dire non, pour conserver sa dignité, mais aussi l’espoir et pour montrer le chemin du changement vers un système dans lequel les valeurs humaines, la justice sociale, la liberté d’expression, le respect d’autrui priment avant tout. (...) Il n’y a pas d’honneur possible dans la collaboration. La France a mis fin à l’occupation nazie et s’en est relevée grâce au Général De Gaulle, pas à Pétain. Il n’y a pas d’alternance politique possible dans la collaboration avec un système pourri ; la rupture est indispensable ».

Outre le fait qu’il ne respecte pas la Liberté d’expression en censurant tout ce qui ne lui convient pas sur son blog, il dénonce comme des attaques tous ce qui peut le contredire et le mettre en porte à faux en utilisant son arme favorite qui est sa victimisation permanente !

Mais de là à se prendre pour le général de Gaulle et considérer que la majorité est d’obédience nazie de fait est une véritable insulte à la majorité et au-delà à tous ceux qui ont voté pour cette majorité.

Ce nabot politique donne des leçons de courtoisie, de politesse et de libertés à chaque fois  qu’il se répand sur son blog. Mais là, il a dépassé une ligne rouge. Il vient de prouver son incohérence intellectuelle, son inculture historique, son relativisme politique et son inconscience des choses simples de la vie comme le respect.

Faut-il s’étendre plus avant ? Non je ne le crois pas. Il n’en vaut décidément pas la peine.

Mais comment résister à vous citer une réflexion lu il y a peu et écrite par une personne qui le connaît bien.

Une haine obsessionnelle serait-elle à l’origine de ce texte-dérive ?

Conseiller municipal, Christophe Grébert voudrait-il, seul contre tous, rendre légitime et honorable sa critique systématique, concrètement chamailleuse, banale et hétéroclite ?

Et pourquoi donc, le soir du premier tour des élections municipales de 2008, a-t-il tenté une alliance entre sa liste « Puteaux Ensemble » et la liste de Monsieur Ceccaldi- Raynaud, ancien maire de Puteaux et, selon lui, père du clan?

Christophe Grébert a oublié de lire Hannah Arendt.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

Gérard Brazon 31/03/2009 12:49

A minuit je l'aurais fait! 11h 35 aprés, c'est trop tard. Le mal est fait. Aprés un "déléte" n'aurait fait que confirmer. Et puis j'aime l'idée que cette personne se rende compte de son ignominie, de sa bassesse à déconsidérer un espace de liberté et y tenir des propos débiles voire de débiles profonds qui reflètent sa pauvreté intellectuelle et sexuelle.

Frédéric Chevalier 31/03/2009 12:33

@ Gérard,
Tu connais mon attachement à la liberté d'expression. Je le prouve chaque jour sur mon blog. Mais là, le commentaire anonyme et courageux de "proute", je ne l'aurais pas publié. C'est de la pure insulte diffamatoire. Cela ne méritait même pas une réponse. Tout juste un "Delete".

proute 31/03/2009 00:55

mais quel fieffé connard ce gérard !
Il se prend pas pour de la merde !

Alors que tout puteaux sait qu'il fuck-fiste Jacky Kennedy ... pardon, Joëlle Kennedy :)

honteux !

Gérard Brazon 31/03/2009 11:35


A minuit moins cinq un corbeau décide d'exprimer son pet sur mon blog. Quelle puanteur. Une puanteur de mal aimé, de mal désiré. C'est ce type de réflexion qui parfois me dégoûte de la gente
humaine. Tout salir, tout détruire. Inventer pour mieux amoindrir. Dénoncer pour peu que l'on y trouve le plaisir. Comme ces masochistes qui se grattent la vieille croûte d'une plaie
virulente. Pauvre malade qui, à bientôt minuit, se repaise du seul plaisir qui lui reste: Vomir sa bile. Je vous plains mon pauvre...


Frédéric Chevalier 30/03/2009 15:31

Le plus drôle, c'est que c'est la seule réponse (grotesque) qu'il a trouvé à mon billet où je dénonce le relai de propos homophobes sur le blog de sa colistière Sylvie Cancelloni, sans que celui-ci ne s'en émeuve. http://www.fchevalier.fr/2009/03/une-elue-modem-du-groupe-alternance-puteaux-relaie-des-propos-homophobes-sur-son-blog-.html Il t'a jadis fait des procès d'intention et cherché des querelles à Jean-Pierre Descroix pour moins que cela.

Le tout après mon billet, "Puteaux, un an après", c'en était trop pour l'ex socialiste, ex chef de file de Puteaux Ensemble, ex candidat à la vice présidence du MoDem départemental, ex-mentor de son directeur financier, encouragé à lui rapporter sur un plateau d'argent la section locale du MoDem, ex,ex,ex... Candidat à tout, mais élu à rien. http://www.fchevalier.fr/2009/03/municipales-puteaux-un-an-plus-tard.html

Il fallait une stature à la hauteur de son ego. Le général de Gaulle fera l'affaire à ses yeux. Et il lui fallait chercher le moyen de me rabaisser, sans engager avec moi un débat qu'il sait perdu d'avance faute d'arguments, d'idées concrêtes et de faits précis... Je suis donc le collaborateur, le vichyste, celui qui a choisi de penser à Puteaux et aux putéoliens, et pour se faire de proposer et de soutenir ce qui est bien dans l'action de Joëlle Ceccaldi et de sa majorité.

Au passage, il oublie que je descends d'une famille de grands résistants. Mon père était dans la résistance et surtout mon grand père qui était Compagnon de la Libération et dont le nom, Lucien Chevalier, est gravé sur le monument du Mont Valérien. J'ai été élevé dans un systèmes de valeurs que m'ont transmises mes parents et mes grands parents. C'est au nom de ce système de valeurs et du refus de la soumission, du renoncement, de la facilité et de l'abdication que j'ai choisi de m'élever très rapidement contre l'entreprise de manipulation politique de Christophe Grébert. C'est dans ces valeurs, que j'ai puisé de courage de dire NON et celui de révéler aux Putéoliens la tromperie dont Puteaux Ensemble s'était involontairement rendue coupable.

On est toujours le résistant aux yeux des uns et le terroriste aux yeyx des autres. Reste à savoir à quel regard on attache de l'importance.

Dernier point : ironie du sort, Grébert a oublié une ligne de conduite forte du général de Gaulle : celle de ne pas s'imposer quand il est désavoué. En 1946 de Gaulle s'était mis en réserve de la République ne cautionnant pas les bases de la IV République. En 1969, il a démissionné après le non au referendum sur la décentralisation, malgré le raz-de-marée gaulliste de l'année précédente. Il est retourné à Colombey. En outre, de Gaulle refusait le système des partis. Grébert le cautionne et en joue du PS au MoDem. Pis, il enchaine les échecs électoraux depuis un an, et non seulement ne démissionne pas, mais il croît être au centre de la politique putéolienne et prétend incarner l'avenir et la libération des Putéoliens.

Décidément, heureusement pour lui que le ridicule ne tue pas :-)

Frédéric Chevalier