Lettre ouverte d'Annie Kezsey (MoDem) à Nadine Jeanne (PS de Puteaux)

Publié le 6 Mai 2009

Chacun connaît mon opposition au Socialisme qui, à travers l'histoire du monde, a généré bien plus de morts et commis bien plus de cruautés que de bienveillances.
Au delà de ce qu'il prétend avoir apporté à l'humanité en faisant un tri naïf, facile et rétrospectif entre le bon qu'aurait été le "Front populaire" de 1936, les avancées sociales de 1945 et le mauvais que sont toutes les dictatures issues du socialisme. A commencer, n'en déplaise à certains, par le communisme et ses camps de déportation et de morts et le nazisme et ses camps d'extermination et de massacres. Ces deux idéologies mortifères 
ont eu la même matrice. L'idéal socialiste de gré ou de force. 
Je publie cette lettre d'Annie Kezsey car elle est de ces femmes qui ont en elle cette force de caractère et le sens de l'honneur. Elle est une des rares personnes que je connaisse qui admette que l'on puisse se tromper. Elle le dit tout simplement.
Pour moi c'est une grande dame et je ne suis pas certain de lui faire plaisir en le disant tant sa modestie est grande et sa prétention modeste. Cela change de tous les courtisans habituels qui entourent et lèchent le cul et les bottes des femmes et des hommes de pouvoir!
Gérard Brazon
 
Lettre ouverte à Nadine Jeanne.

Votre site internet : L’agrégation politique de citoyens de divers horizons serait un leurre.

 

Chère Nadine Jeanne.

Vous savez le respect que je porte à votre action politique locale, au PS.

Vous savez aussi que je ne suis pas une experte en politique puisque je me suis engagée, pour la première fois, au sein de Puteaux Ensemble, liste de Christophe Grébert, et que cela reste une erreur de ma vie que j’ai certes tenté de corriger, en évitant qu’à l’intérieur du MoDem, Christophe Grébert, ne puisse, sans opposition démocratique, y renouveler son imposture de « Puteaux Ensemble ».

 

Malgré cet échec, dû à un choix erroné de leader (de leaders d’ailleurs, avec Sylvie Cancelloni) je souhaite et pense  que l’avenir n’appartiendra plus aux partis tels qu’ils sont. Les partis, par obligation, sont en concurrence et donc en combats permanents. Chaque adhérent, de chaque parti, voit sa pensée enfermée dans un dogme collectif contraignant qui l’empêche de penser avec son libre arbitre. Les discours des partis, en dehors des extrêmes bien sûr, sont, peu critiquables, éthiques, solidaires, engagés. Leur réalité trahit ces discours quels que soient les partis. A l’intérieur de chaque parti, il y a les bons et les truands (ceux qui mentent, censurent, excluent, diffament, trichent, falsifient les procédures et les résultats électoraux, ne reconnaissent pas la démocratie et, narcissiques, cherchent à saisir le reflet de leur visage dans la mare de leurs ambitions, mare dans laquelle, comme « l’autre », ils tomberont). Lesquels ? Je les connais. Vous aussi je suppose.

Dans chaque parti, il y a des leaders talentueux et d’autres qui ne le sont pas et les bilans, rarement faits et l’on sait pourquoi, sont rarement parfaits. Avez-vous entendu Lionel Jospin, malgré ses qualités, s’opposer aux paradis fiscaux ?

A-t-il mis en place le RSA ?...Pourquoi Nicolas Sarkozy veut-il créer un juge de l’instruction ?...Abraham Lincoln et Franklin Roosevelt étaient-ils de droite ou de gauche ?

A part les dirigeants totalitaires globalement négatifs, tous les autres ont leurs forces et leurs faiblesses. Christophe Grébert a diabolisé le Maire actuel de Puteaux, pour des raisons personnelles : ce n’est pas ainsi. Il faut critiquer ce qui est critiquable et souligner ce qui est adapté : c’est respecter le seconde légitimité démocratique de Rosanvallon.

L’avenir politique attendu serait celui d’alliances entre citoyens compétents et intègres, aptes à travailler ensemble : Ils seraient pour la liberté, l’égalité et la fraternité. Ils existent déjà, en nombre suffisant, pour former un gouvernement, pour former une liste aux élections municipales futures de Puteaux, ville dont la situation politique actuelle est  rocambolesque.

Tous les adhérents « éthiques » des divers partis seraient alors libérés de leurs boulets.

L’un de vos amis du PS écrit qu’il faut rester fidèle à ses convictions. Ce point de vue est respectable, mais personnellement j’ai peu de convictions, je leur préfère les connaissances, parce qu’elles progressent.

Bon courage Nadine. Cordialement.
Annie Keszey.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

lorentz 09/05/2009 02:54

Il faut qu' Annie regarde bien la télévision ,car Nicolas Sarkozy, veut supprimer le juge d'instruction.Je pense que c'est une bonne chose de supprimé ces juges vue se qui c'est passé avec l'affaire du juge Burgaud. Elle est bien gentille de critiquée Christophe,car cela lui donne plus de poids.Donc et jele regrette mais les premiers à avoir quittés christophe avant les élections sont :Emeric et Moi , Emeric les avaient alertés sur se qui allait se passer ,mais ils ont tous méprisés Emeric , et ils ont tous voter en masse Christophe et porté haut les couleurs de Christophe durant un mois.Après une empoignade avec ceux qui ont quittés Christophe , (Annie, Fréderic Chevalier.....).Faire de la pub à Christophe c'est de lui donné d'avantage de poids puisqu'il se sert de ça. Je pense qu'il vaut mieux se pencher sur les problèmes à Puteaux plutot qu'autre chose.