Egalité des sexes: coup de chapeau à des femmes au combat.

Publié le 18 Mai 2009

Nous sommes bien au chaud dans notre pays et de nombreuses associations ont fort heureusement, toutes liberté pour défendre la « veuve et l’orphelin » ! D’autant plus qu’elles sont la plupart du temps subventionner par l’état pour qu’elles puissent mieux lui taper dessus. C’est ainsi.

Cependant, non loin de là dans un pays qui fait peu de bruit dans les médias français en tout cas moins de bruit que les pierres frappant les femmes lapidées ou les claquements du fouet sur la peau des condamnées.

Voici un extrait d'un texte de femmes sous lois musulmane: Une association de lutte pour l'égalité des sexes dans le monde.

Arabie Saoudite : Coups de fouets et prison pour une veuve de 75 ans


 
16/04/2009: Femmes sous lois musulmanes et ses alliés demandent que l’Arabie Saoudite démontre son attachement aux droits humains et libère Khamisa Sawadi, Fahd Al-Anzi et Hadiyan Bin Zein et révoque l’ordre d’expulsion.

Le 3 mars 2009, Madame Sawadi, une vieille dame de 75 ans vivant à Hail, dans le nord de l’Arabie Saoudite, et été accusée et déclarée coupable de mixité avec deux jeunes hommes avec lesquels elle n’a pas de lien de parenté directe.

En avril 2008, Madame Sawadi rencontre les deux jeunes hommes âgés de 24 ans après leur avoir demandé de lui apporter cinq pains. Les deux hommes, Al-Anzi, neveu du défunt mari de Madame Sawadi, et Bin Zein, collaborateur d’Al-Anzi, ont aussi été arrêtés par la police religieuse, déclarés coupable et condamnés à la prison et aux coups de fouets.

Le tribunal a basé sa décision sur « l’information citoyenne » et le témoignage du père d’Al-Anzi qui a accusé Madame Sawadi de corruption. De plus, le tribunal a cité le fait que Madame Sawadi ne soit pas saoudienne (même si elle était mariée avec un saoudien) et qu’elle soit sans mari comme des preuves de sa culpabilité. Suite au jugement, Madame Sawadi est menacée d’expulsion.

Tout va bien dans ce monde d’amour et de paix ! Aucune manifestation de nos amis défenseurs des droits de l’homme comme la LdH (Ligue des droits de l’Homme) dont le Président a déclaré il y a peu à propos d’une femme s’étant vu refusé la nationalité française pour cause de Burqua, que cela faisait partie de la « liberté de la femme de choisir ». Rien non plus venant du MRAP, SOS Racisme et consort... Il est vrai que ce n’est pas en France et que cela pourrait s’apparenter à de l’Islamophobie ! Affligeant.

Gérard Brazon

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article