Michael Jackson, les moines de Tibéhirine, le Xinjiang, le Tibet, etc

Publié le 8 Juillet 2009

Une juste information dans un monde ou la folie règne ! Particulièrement dans celui des médias pleureurs.

Avec tous les événements dramatiques ayant lieu dans ce pauvre Monde que ce soit, les révélations sur la mort des moines de Tibéhirine assassinés par l’armée algérienne avec le silence complice du gouvernement français de l'époque, la répression en Iran des opposants suite au présidentielles falsifiées, la répression des communistes chinois contre les Ouighours au Xinjiang  et contre les Tibétains au Tibet, sans compter les milliers de morts au Darfour et au Sri Lanka, ont failli nous faire louper la nouvelle de la mort d’un géant de la pop music : Michael Jackson !

Il marqua le monde de la musique et sa mort, dans ce monde tourmenté, failli passer inaperçue.
C’est du moins ce qui aurait dû se produire dans un monde ou la valeur des choses, l’émotion équilibrée, la compassion avaient encore un sens dans les médias.
J’aimais bien l’artiste Michael Jackson, je ne connaissais pas l’homme ! On le dit (désormais) comme ayant été un homme généreux. Il n’est sûrement pas le seul et je pense aussi à tous ceux, femmes et hommes, qui donnent leur vie sur le terrain de la misère parce qu’ils n’ont pas les moyens de faire un chèque. Cela, ils peuvent mourir ! Les médias s’en fiche !

Hier, le Mardi 07 Juillet 2009, les victimes de l’arbitraire, de la nature, du profit, de la misère peuvent s’empiler ! Hier ce Mardi, le monde n’a connu qu’un seul Mort. Et il fût enseveli dans un cercueil doré à l’or fin de 24 carats. Toutes les chaînes de France et de Navarre lui ont consacrées des heures d’antennes. Jusqu'à la nausée.

Gérard Brazon

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Coups de gueule

Commenter cet article

Tietie007 09/07/2009 07:14

Vaut mieux rendre hommage à MJ, durant 2 heures sur France 2, qu'aborder les émeutes en Chine et risquer de fâcher les mandarins de l'Empire du Milieu ! Et puis les chinois, un peu plus, un peu moins, je crois que tout le monde s'en fout !