La Burqa et le Niqab: Agression d'un Imam par des fondamentalistes religieux

Publié le 11 Juillet 2009

Il y a de l’eau dans le gaz chez les musulmans de France à propos de la Burqa et du Niqab.
De fortes tensions si l’on en juge l’agression dont a été l’objet l’Imam et enseignant Mahmoud Doua à la suite de sa participation à l’émission « Mots croisés » sur France 2.  Il a porté plainte. Pourtant ce musulman est membre de l’UOIF qui est une organisation représentative d’un courant musulman rigoriste et faisant partie de CFCM (Conseil Français du Culte Musulman). Cependant, selon Monsieur Doua, le port de la Burqa et du Niqab ne sont pas un précepte religieux. Il s’est fait agresser à la sortie d’une salle de prière Dimanche dernier à Talence par deux salafistes (courant encore plus rigoureux) pour n’avoir pas bien défendu les musulmans comme quoi, dans l’excès, on trouve toujours plus rigoureux. Pourtant, cet enseignant vacataire à la fac de Bordeaux, s’était prononcé contre une loi interdisant le port de cette « prison de tissu » qui est, à mon sens, l’insulte et la régression majeure des libertés de la femme. Qu’elle soit à la maison ou dans l’espace public.

Il justifiait son opposition par le fait qu’une telle loi ne serait pas pédagogique affirmant qu’en cas d’oppression caractérisées (sic), des services sociaux existent (On sait sur quels œufs ils marcheraient.) et bien entendu le classique il y a en outre un risque de stigmatisation de la communauté musulmane qui est censé paralyser toutes les interrogations dès lors que la loi viendrait contrarier, si ce n’est un peu, la volonté d’imposer des coutumes et des règles et la soumission des femmes. Des us et coutumes qui ne correspondent pas à notre Constitution Française et à nos lois.

Non seulement les deux salafistes l’agressèrent mais ils lui dirent pourquoi : Vous avez un discours trop intégré et trop républicain. (Sans commentaire)

Bien entendu, d’après les dires de monsieur Doua, ces deux jeunes habitent le même quartier que moi.

Une enquête est diligentée afin d’identifier ces deux jeunes gens ! Monsieur Tarek Oubrou imam à Bordeaux redoute d’autres incidents (sic) car ces salafistes sont des jeunes destructurés.

Je trouve curieux qu’habitant dans le même quartier, monsieur Mahmoud Doua ne les reconnaisse pas.

Curieux aussi cette mansuétude de l’imam de Bordeaux envers des agresseurs d’imams. Que n’aurait-il pas dit si cela avait été des jeunes chrétiens ou des jeunes juifs. Voire des adeptes de l’extrême droite !

 

Sur la Burqa et le Niqab, le CFCM préconise la pédagogie, ce n’est pas un précepte coranique. De même, le RMF (Rassemblement des Musulmans de France) émanation de l’islam consulaire marocain. Par contre l’UOIF (Mouvement des frères musulmans dont fait partie monsieur Doua) rappelle que certains savants prônent la Burqa. Bien entendu tout ce petit monde refuse que l’état s’en mêle.

Pour autant, le problème serait réglé si tous ces mouvements avaient le courage d’émettre un avis religieux  (Fatwa) qui prohiberait cette prison de tissu afin de se mettre en conformité avec nos lois.

Certaines féministes alertent en disant, en autres : A parler de la Burqa et du Niqab, vous finirez par préférer et accepter le voile islamique et là aussi ce sera une atteinte aux libertés » Ce n’est pas faux.

La question demeure : L’islam reconnait-il la loi républicaine et la laïcité comme étant supérieur dans la société civile?

Est-il soluble en France pour s’intégrer à nos lois qui prône la liberté, l’égalité en droits des femmes et des hommes et la fraternité ?

C’est à ce défi que cette nouvelle religion, installée en masse récemment, est confrontée sur la terre de France et d’Europe ! Une révolution des esprits certes mais surtout de l’esprit des textes religieux.
Gérard Brazon

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

Gérard Brazon 23/07/2009 17:00

Doser par nécessité. Doser pour mieux réaliser. A l'heure actuelle, la majorité des français pense qu'il n' y a pas de danger. Les trompes médiatiques diffusent des sornettes rassurantes. Ne pas affoler alors que les politiques savent désormais et connaissent le danger immédiat. Les risques mortels pour la laïcité. Mais que pèsera la future minorité fasse à l'intransigeance de la future majorité? Rien. A Roubaix un Imam se vante déjà de vouloir appliquer la Charia dans une ville de 60% de musulmans. Un parti exclusivement musulman y a vu le jour aux dernières élections.
Les politiques seront-ils enfin assumer et s'assurer que jamais il ne donnerons leur main à couper sur l'hôtel du communautarisme. Ce qui serait la mort de la France. Notre France de Clovis à de Gaulle.

Paul Laurendeau 23/07/2009 16:45

Il faut doser. Qu’est-ce qu’il faut doser…

http://ysengrimus.wordpress.com/2008/06/16/le-chene-et-le-roseau-pourquoi-l%E2%80%99epanouissement-identitaire-serait-il-un-communautariste-pourquoi-le-repli-identitaire-serait-il-un-multiculturalisme/

Prudence et patience…

Bruno Sacco 12/07/2009 19:01

Encore bravo pour votre site qui RESISTE envers et contre tous les Ayattolahs de la pensée unique. Je me permets de vous glisser un lien vers un dessin de KONK (il s'agit bien de KONK et non de KONG mon cher Brazon)
http://dessins.de.konk.free.fr/trop_tard/cauchemard.jpg
J'aime beaucoup ce dessinateur.
Velui là est très bon aussi http://dessins.de.konk.free.fr/que_faire_contre/etudecomparative.jpg
Vous avez raison l'humour simplifie beaucoup de chose (mais je crois que nous avons souvent affaire a des pisses vinaigres)...
allez un petit dernier pour la route
http://dessins.de.konk.free.fr/mouvement_citoyen/social_citoyen.jpg

sacco 12/07/2009 16:31

ah si j'avais vingt ans et que j'étais valide...Je les rejoindrais bien

http://www.blog-identitaire.com/

« Quand le dernier arbre aura été abattu – Quand la dernière rivière aura été empoisonnée – Quand le dernier poisson aura été péché – Alors on saura que l’argent ne se mange pas. »

Geronimo

« Nous avons l’avantage de posséder, à Paris, une tribu d’Apaches dont les hauteurs de Ménilmontant sont les montagnes rocheuses. »

Journal « Le Matin »

C’est sous le double patronage du dernier grand chef d’un peuple d’hommes libres et de la figure du mauvais garçon en lutte contre la société bourgeoise nourrie de misère et d’injustice que nous plaçons notre action qui est avant tout un cri de révolte.

Révolte contre la grisaille de l’avenir que l’on nous construit, révolte contre l’uniformisation et l’indifférenciation d’un cosmopolitisme sans âme, révolte contre une société matérialiste pour qui la nature n’est synonyme que de terrain d’exploitation, projet immobilier ou espace de loisirs, n’offrant aux familles parisiennes que l’intoxication alimentaire et environnementale et les mirages consuméristes, révolte contre la violence qui menace nos frères et nos sœurs au coin des rues et au bas des immeubles, révolte contre l’Etat complice des barbares qui sont la fausse justification de son omniprésence flicarde dans nos vies, révolte contre la tyrannie financière qui nous voudrait moutons acculturés, asexués et dénervés.

Nous, enfants de Paris et d’Ile de France, fiers de notre histoire, de notre identité et de nos racines, refusons d’être les derniers mohicans d’une réserve assiégée de toutes parts, soumise au joug de la grande surface, de la perversité, du croissant et de la bannière étoilée.

Parce que nous agissons par amour (des nôtres, de nos aïeux, de la création, de la polyphonie du monde…), nous combattons avec force et détermination tout ce et tous ceux qui portent atteinte à notre droit imprescriptible de vivre sur notre sol, selon nos valeurs et nos lois.

Tu refuses toi aussi d’être un pion à jamais coincé entre esclavage salarié, abrutissement télévisuel et échappatoire virtuel : rejoins le Projet Apache !