Pourquoi ne dit-on pas les mots sur des situations. Pourquoi cette peur de dire les chose?

Publié le 16 Juillet 2009

Nous nous posons sans arrêt la question sur le pourquoi des émeutes dans les cités, les incivilités des uns et les agressions des autres.
Pourquoi cette jeunesse qui insultent et manquent de respect quand elle n'est pas tout simplement violente.
Pourquoi ces excuses permanentes en utilisant l'idée de la misère des uns et la pauvreté des autres.
Pourquoi toujours ce discours sur les "dévaforisés", lorsque des voitures brûlent et des magasins sont pillés.
A Firminy, c'est à la suite d'une garde à vue. Le délinquant (c'est le mot) qui avait commis un délit  sur un handicapé fût arrêtè et amené au poste de police. En garde à vue, il se suicide. La famille proteste dans un premier temps puis, appelle au calme. Les médias comme d'habitude nous ont même fait voir la grand-mère expliquant combien ce petit, son garçon était un gentil avec des sanglots long dans la voix.
Les "jeunes", comme on dit dans le jargon du politiquement correct, expriment "leur colère" comme d'habitude et incendient des voitures et 23 magasins dont le restaurant du coeur! C'est sans doute normal puisqu'ils étaient en colère pendant plus de trois jours!  
Qu'avez-vous entendu de la part des associations humanitaire et même des responsables du restau du coeur ? Rien. Silence absolue.
Le sujet est tabou. Cette jeunesse est normalement et forcèment en colère contre un état policier et tant pis pour l'handicapé agressé, tant pis pour les policiers insultés, tant pis pour la justice, tant pis pour les commerçants, tant pis pour les propriétaires des voitures. 
Ces voyous comme le dit sans langue de bois le Président  Nicolas Sarkozy resteront des "jeunes en colère" et ce jusqu'à 30 ans s'il le faut.
Malaise, vous avez dit Malaise?

J'édite un billet d'humeur de mon ami Gérald Lambilliotte sur des constats qu'il a fait dans la navette de Puteaux qui ramène les Putéoliens chez eux en partant de l'Île de Puteaux en plage. Bien entendu, Sainte Sylvie ne remarque rien ni son inséparable du MoDem qui ne voit que les trous dans la chaussée et les éventuels poux qu'il trouverait sur les têtes de l'équipe municipale.
C'est un homme de droite qui, avec beaucoup de politese, exprime un malaise. Il n'est pas le seul à ne pas comprendre pourquoi les parents n'éduquent plus les enfants et pourquoi ils sont, de facto, irresponsables!
Gérard Brazon 



Puteauxhorizon2014 :  Billet d'Humeur de Gérald Lambilliotte.

J'ai le privilège d'habiter Puteaux et de bénéficier de toutes les infrastructures à caractère social et culturel qu'offre la Municipalité au travers de la volonté politique de son Maire joelle CECCALDI-RAYNAUD et son équipe Municipale.
Cet été, ne pouvant partir en vacances pour des raisons personnelles ( santé), nous avons décidé d'aller à Puteaux en plage qui est une réussite totale.

Un seul bémol, mais il est de taille, pour profiter au maximum , nous prenons la dernière navette aux environs de
20h 10 ( petit train),  celui-ci est pris d'assaut par "une certaine jeunesse " qui n'a aucun respect  pour les "anciennes générations ", les bousculant, les traitant de tous les noms, et voulant à tout prix une place assise sans se soucier de l'ordre d'arrivée des estivants .
Alors que la Municipalité met tout en oeuvre pour notre jeunesse , une certaine catégorie minoritaire
( heureusement)
n'a aucun respect pour les "adultes" en général, outre de traiter nos anciens en les humiliant par leur  violence verbale et leur attitude comportementale inadmissible , ils se permettent d'insulter des mères de famille enceintes, les qualifiant de grosses pou....,  de grosse pu...sous prétexte qu'elles prennent trop de place, ils font en sorte que les mères de famille ne peuvent monter avec leurs enfants en bas âge, celles ci sont obligées de remonter à pied , cela n'est pas normal
Je ne fais pas d'amalgames, surtout pas, mais ces "incidents " se sont produits à 3 reprises en ma présence, je suis venu 3 fois, 3 fois confrontés aux mêmes problèmes.
Plusieurs putéoliens sont choqués alors que cet évènement devrait être une fête, celle ci est gâchée par le comportement d'une certaine jeunesse  minoritaire virulente agressive vis à vis d'autrui, ils se considèrent en terrain conquis et c'est dommage ...

je ne sais pas comment peut on remédier à cette situation, c'est une situation sensible et difficile,  mais les minorités à mes yeux ne doivent pas troubler la quiétude et la joie des autres putéoliens qui sont ravis de cet èvenement incontournable  et magique qu'est puteaux en plage.


Gérald LAMBILLIOTTE

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Coups de gueule

Commenter cet article

Florent 17/07/2009 14:49

C'est une grande chance de vivre dans notre (petite) ville de Puteaux, qui organise beaucoup d'événements sociaux.

Ca permet de mieux connaître ses voisins, de se sentir moins anonyme... Ca fait que pour ceux qui ont des vélléités de commettre des incivilités, c'est quand même plus difficile, c'est plus dur d'avoir un sentiment d'impunité, et plus dur d'avoir du ressentiment pour une société qui ne ferait rien pour eux.

Florent 17/07/2009 14:43

Bien sûr, nous avons tous une (petite) part de responsabilité car qui parmi nous n'a jamais baissé les yeux ou évité de se retrouver face à des incivilités, à faire comme si on n'était pas là ?

C'est en effet irresponsable de faire comme si c'était normal ou de faire sciemment silence sur des faits qu'ils soient graves ou non.

L'éducation, elle doit se faire le plus tôt possible. Quand on ne dit rien face à un mauvais comportement, il y a des fortes chances que cette inaction revienne en pleine face comme un boomerang, car le silence témoigne d'une peur que les jeunes délinquants sentent très bien, elle crée un sentiment d'imunité qui contribue à leur faire croire qu'ils peuvent tout faire, qu'ils sont forts et grands, qu'ils sont invincibles, bref qu'ils ont raison face à tous.

C'est bien le problème des associations humanitaires, plus pressées de défendre les (jeunes) délinquants qu'à leur dire qu'ils ont eu tort. Elles pensent sans doute que cela gagnera leur sympathie, mais en réalité ça ne fait que faire croire à ces (jeunes) délinquants qu'ils ont raison, et donc par exemple que détruire les restos du coeur ce n'est pas grave.

Et plus on garde le silence plus ça peut mettre de temps avant que tout s'arrête, c'est-à-dire avant que ce sentiment d'impunité n'amuse plus les délinquants, avant qu'ils ne soient plus aussi sûrs d'eux, avant qu'ils perdent un peu confiance en leurs actions et se disent que finalement tout cela ne leur apporte pas la glorie et le succès espéré... et qu'ils réalisent que ça ne leur a fait que perdre du temps.

Sacco 16/07/2009 16:46

Vous avez raison, il faut appeler un chat un chat...alors pourquoi ne pas aller droit au but et dire qui sont vraiment ces "jeunes" ?
Marre du racisme anti-blanc

ps: très bon l'article sur l'extrême droite vu du canada...Le vrai front républicain, c'est le Front national