A Toi Reine, Roger et Robert. Pour moi, le souvenir et l'amitié ont un sens.

Publié le 20 Juillet 2009

Nous avons tous nos commémorations. Les vôtres, les nôtres, les miennes et ainsi de suite. Ce matin c'est à une femme et à deux hommes pour lesquels j'avais beaucoup d'affection, de l'amitié et beaucoup de peine lorsqu'ils ont quitté ce monde!
C'est à eux que je pense aujourd'hui.


A Reine Desnoulet, Maire Adjoint,  ma complice des conseils communaux avec lequel je m'opposais sur Jacques Chirac qu'elle admirait et que je ne trouvais pas assez Gaulliste et pas à la hauteur de sa fonction. A nos rires, à nos débats, à son humanisme et à sa gentillesse profonde.
Repose en paix Reine.



A Roger Latapie, ancien Maire Adjoint, que j'ai mieux connu quand il ne le fût plus en 2002. Il ne s'en était jamais vraiment remis. Ce fût un choc pour lui. On le surnommait le marieur. Plus de 3000 mariages. A nos longues conversations dans les bistrots de Puteaux et à Capronne. A ses confidences, à son amitié qui, même si elle fût tardive, exista vraiment. J'entends encore ton accent.
Repose en Paix Roger


A Robert Dondon, qui m'accueillait avec tant de gentillesse dans ses bras pour mieux me saluer. Avec sa grande gueule et son grand sourire complice. Toujours inquiet de ta santé, pas assez de la sienne. Mon ami parti trop tôt, parti trop jeune. Repose en paix Robert.

Vous me manquez  tous les trois. Je pense à vous très souvent.
Gérard Brazon

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article