Politique: La nuit du 04 Août et la fin des privilèges. Un coup pour rien?

Publié le 7 Août 2009

J'édite un texte de mon ami Gérald Lambilliotte sur les fameux privilèges des nouvelles castes républicaines! Ces gens qui nous gouvernent de droite comme de gauche et qui ne tiennent pas compte des difficultés des "petites gens", ceux d'en bas, disait l'ancien premier ministre Raffarin. Qui sont ces gens qui nous gouvernent et font du fric avec des indemnités d'élus cumulés. Des femmes et des hommes comme Julien Dray qui dépense 35000€ pour acherter une montre de luxe et brasse de l'argent venant d'associations qu'il a parrainées (SOSRacisme, par exemple). Pour ceux qui nous gouvernent, la vie est plus facile puisqu'ils disposent de logements de fonction, de chauffeurs, de billets d'avions et de trains, de prêts bancaires, de restaurants, de coiffeurs, etc. Ces gens qui nous gouvernent nous parlent de misères sans l'avoir jamais aperçue ailleurs qu'aux 20 heures! 
Est-ce de l'anti parlementarisme mes propos? Je n'en sais rien mais, je sais une chose, demain, au prochain hiver, des femmes, des hommes vont encore mourir de froid dans l'indifférence des banques, des grands patrons de multinationales de ce monde. Qu'importe, pour eux, ce 1 milliard d'€uros à distribuer aux Traders!
Comme Gérald, je demande en tant que Gaulliste de la décence et du respect.
Gérard Brazon

Voici un extrait du texte de Gérald Lambilliotte. vous pouvez lire la suite sur son blog!
La nuit du 4 au 5 août 1789 constitue la scène inaugurale majeure de l'histoire de la France moderne et du récit national.

Trois semaines après la révolte parisienne et la prise de la Bastille, l'Assemblée constituante met à bas l'édifice multiséculaire de l'Ancien Régime. En quelques heures de transe collective, ce sont tous les privilèges de l'aristocratie, de l'Eglise et des provinces qui sont abolis. Et remplacés par le principe - révolutionnaire, au sens strict du terme - de l'égalité de tous devant la loi
.

Puteauxhorizon2014
Deux siècles après ( 220 ans plus précisément ),  les privilèges prévalent sur le principe révolutionnaire , devant l'égalitarisme , hélas rien n'a changé ou presque rie, dommage que les homme et femmes libres de ce pays ne se révoltent pas contre cette "injustice" qui ne cesse de grandir.

Des exemples ,  simplement le maintien des avantages sociaux acquis après la dernière guerre mondiale qui n'ont plus lieu d'être aujourd'hui , la RATP, la SNCF, les gaziers, les électriciens, et nos politiques qui touchent des "indemnités" importantes  et non "imposables" , 

Le principe fondamental de l'égalité devant l'impôt a volé en éclats depuis belle lurette, sous l'effet conjugué des exemptions, "niches" et "optimisations" fiscales. Sans parler du "bouclier fiscal", voté à l'été 2007, et qui a permis aux mille plus gros contribuables français de recevoir de l'administration, cette année, un chèque moyen égal à trente années de smic (350 000 euros).

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

Gérard Brazon 08/08/2009 14:06

Je préfère la deuxième note que la première! Vous voyez quand vous le voulez... (sourire)

bruno sacco 07/08/2009 23:54

Oui organisons une autre prise du palais de la Ripoublique, cette gueuse, enframoçonnée, souvenons nous de dons ancetres et de leurs actions valeureuses.
Depuis qu'il est devenu le fonds de commerce d'une minorité à vélléité totalitaire agrippée hystériquement à une vision sélective et sclérosée d'un passé travesti, le « devoir de mémoire » est devenue une expression fort suspecte dans nos milieux qui pourtant devraient être ceux qui l'incarnent à la fois le plus sereinement et le plus noblement qui soit.

Le souvenir est un sentiment complexe qui englobe à la fois le beau et l'abjecte, les victoires comme les défaites, les gloires comme les trahisons... Ce n'est pas une monomanie passéiste mais bien au contraire l'essence de l'avenir, le matériau avec lequel on construit, l'expérience qui évite de nouveaux errements...

Le souvenir n'est pas plus une nostalgie à tendance fétichiste. Ce n'est pas avec des panoplies hors d'âge et des imitations puériles et caricaturales qu'on honore le passé et s'inscrit dans la Tradition mais en méditant l'Histoire et en gardant dans son coeur et son cerveau la mémoire des sacrifices mais aussi des erreurs des aînés... Ainsi la commémoration de la mort de nos camarades tombés pour leurs idées ne représente nullement une quelconque déification ou mythification de cas particuliers... Il ne s'agit pas d'en faire des exemples, des modèles ou d'encourager de nouvelles générations à imiter leurs grands frères alors que les circonstances ont totalement changées mais simplement d'honorer à travers eux le don de soi, cette folie magnifique qui pousse des âmes généreuses à choisir une voix hasardeuse et ardue dans laquelle ils ont tout à perdre plutôt que se complaire dans la fétide aphasie bourgeoise comme 99 pour cent de leurs compatriotes...

Ainsi, à l'heure où une population de plus en plus bovine avale chaque jour un nouveau scandale politico-maffieux sans d'autre réaction que le regret de ne pas pouvoir participer à la foire au pognon qu'animent ces « messieurs qui nous gouvernent », comment ne pas célébrer comme il se doit le martyr des morts du 6 Février 1934, massacrés par les cerbères du système pour crime d'indignation et de sens de l'honneur et de l'honnêteté ? Et dans l'hommage ému et respectueux à ces morts peu importe ce que l'on pense des divers mouvements monarcho-réactionnaires qui encadraient cette contestation car ce n'est pas un positionnement politique que l'on honore mais une attitude, un sens de la cohérence de la pensée et de l'action, bref un « type d'homme ».

bruno Sacco 07/08/2009 23:29

Oui marre des privilèges !
faisons nous aussi notre nuit du 4 aout !
Marre de la RATP et des gens payés a rien foutre dans les gares, oùceux tout justes payés a faire des annonces dans les hauts parleurs.
Marre des cheminots grévistes qui viennent faire des travaux la nuit en face chea moi pendant les vacances.
Marre des infirimières trotskystes qui crient au harcèlement sexuel dès qu'on leur fait deux ou trois remarques sur leur travail mal fait. Des burqua pour celles là, oui !
Marre des vayage payés à new york et des HLM pour les barons locaux.
Marre de tout ce système ologachique moi qui ai voté sarkozy pour qu'il nettoie totu ça au karcher...AU KARCHER les trostsko-maoistes de gauche, les communistes et tout les islamo-gauchistes...