Débat politique: Comment expliquer à la Gauche que le monde a changé.

Publié le 17 Août 2009

 

J’ai eu l’occasion de dire et de répondre dans un échange sur le blog du Mélizo local à un lecteur qui n’approuve pas ma démarche ni mon combat. 
Ce lecteur défend son point de vue et juge le mien incorrect. Comme ce débat m’a semblé d’un bon niveau, je vous en fait part car, j'y explique le fond de ma démarche qui n’est pas de faire du sensationnel mais de souligner les défauts propres à une gauche qui n’a toujours pas compris que le monde avait changé.
A une gauche qui raisonne encore avec des vieux clichés de la vilaine Droite au vieux fond raciste bien entendu et exploiteur de la misère des peuples forcément face  à une gentille gauche humaniste et éclairée menant un combat pour la défense des pauvres, des orphelins et des opprimés. (Voir l’épisode Julien Dray et d’autres dans le genre)

 

Je vous relate donc un extrait de « ce débat » sur le site du Mélizo:

 

Le Lecteur : (...) Vous êtes un individu aveuglé par votre haine de l'étranger. Vous faites feu de tout bois et qu'importe les vérités historiques ou factuelles: vous semez le trouble dans l'esprit de vos lecteurs en entretenant un odieux amalgame entre islam, intégrisme, politique et religion. (...)


Réponse
 : Mon combat se situe dans une lutte contre le politiquement correct et pour un décomplexe de la droite par rapport à la chape de béton de la bien pensance.

Que ce soit sur l'Islam, l'Eglise et autres comme l'antiracisme, nouvel outil de propagande d'une gauche libertaire qui refuse de tenir compte du racisme anti blanc, bien réel également. 
Admettez qu'il est tout de même plus facile d'injurier le Pape dans ce pays qu'un Imam. Alors que l'un est l'autre ne devrez pas l'être. Mais c'est ainsi.
Dans cette France d'aujourd’hui, l'anticléricalisme n'est orienté que vers les Catholiques. C'est l'Histoire de France bien sûr. Pour autant, je considère que toutes les religions sont susceptibles d'empêcher les lumières sinon de les interdire! Hier l'Eglise, aujourd'hui l'intégrisme musulman. Pour connaître des femmes musulmanes sachez qu'elles sont les premières à en souffrir. Croyez-le ou non.
Votre opposition, votre idée (fausse) qui vous avez de moi ne devrez pas vous interdire de vous élevez un peu et de comprendre mon combat. La passion parfois déborde sur la raison. Mais je suis toujours respectueux non pas du fait de mes fonctions à Puteaux (encore une fois je n'en suis pas prisonnier, loin s'en faut) mais parce que je suis respectueux de l'homme en général et que je place ma liberté d'expression au dessus de tout. Retirez vos lunettes idéologique et lisez-moi avec un autre éclairage. Pour le reste, le débat d'idée ne me dérange pas pour peu qu'il ne soit pas vicieux et vicié.

 

Le Lecteur : (...) Vous n'avez rien d'un original Monsieur Brazon. Vous lisez Ivan Rioufol comme des milliers de lecteurs du Figaro, vous colportez des contre-vérités comme les vulgaires militants d'extrême droite de NOVOPRESS et des pseudo-site d'analyse de l'islam qui incitent à la haine raciale et à la xénophobie, vous citez les auteurs les plus critiquables (...)  Voulez vous que je vous dise le fond de ma pensée cher Monsieur ?
Il m'apparait que la droite décomplexée marche allégrement sur les plates bandes du FN et que le succès électoral de Nicolas Sarkozy est largement dû à la récupération du programme de Le Pen. Lorsqu'on compare le programme du FN et les mesures prises par M.Sarkozy on s'aperçoit de la proximité des deux organisations de droite (http://www.re-so.net/spip.php?article2019
mais on remarque aussi que le Pen reste un épouvantail infréquentable et que l'on ne peut pas décemment pas revendiquer le racisme et la xénophobie dans un état de droit...et que surtout ce n'est pas profitable électoralement... Qu'a cela ne tienne...Ce qu'il faut maintenant c'est lutter pour la république et la laïcité en prétendant que les maghrébins et les musulmans sont inassimilables à notre société. Dans cette circonstance il ne reste plus qu'à sortir tout étendard dehors et de vociférer a chaque occasion, non contre les Arabes comme un vulgaire lepéniste mais contre tout ceux qui veulent s'attaquer à la République en enfourchant de manière arrogante un cheval de bataille qui manipule les symboles de la république.


Réponse : J'ignorais que "Valeurs Actuelles" était d'extrême droite ainsi qu'Yvan Rioufol. Quant à Novopress,  je le lis également comme je lis Libération, le Monde, le Figaro et Marianne également. Comme vous le voyez, ma lecture est plus variée que vous le pensez. Cela à un coût je le reconnais mais il y aussi internet, avec Post.fr entres autres. 
Le problème avec les défenseurs de la bien pensance c'est que, dès lors que l'on ai pas d'accord avec elle, elle vous condamne et vous rejette.

Mais comment ne pas remarquer que l'insulte encore suprême il y a peu  de "Fasciste ou Lepéniste" n'a plus le même effet sur des populations qui osent de plus en plus s'ouvrir et dire ce qu'elles pensent. Croyez-moi, je suis moins virulents que certaines de mes amies musulmanes. Mais je vous l'accorde, les hommes sont moins direct.
Lors des combats de Gaza, je tenais un discours totalement opposé à celui du Front National et curieusement, j'ai été, là aussi, l'objet d'attaques pour islamophobie et racisme.

Ce qui est étonnant dans ce pays, c'est qu'il est plus facile de condamner un pays démocratique comme Israël (proportionnel intégrale) qu'un mouvement islamofasciste comme le Hamas dont on sait qu'il éduque des enfants dans l'idée de mourir pour Gaza et l'Islam. Avec l'argent des Européens.(voir le reportage du Monde sur ce sujet)
Ainsi, je suis raciste parce que je hurle après les massacres de chrétiens en Irak, en Birmanie ou au Liban. Mais pourquoi serait-ce être raciste de protester quand c'est au nom de l'islam que l'on assassine ?
Pourquoi serait-on réactionnaire quand on demande la liberté religieuse y compris en Arabie saoudite ou quand je défends des Kabyles qui se convertissent.

Le droit à la liberté serait-il à géométrie variable ?

Uniquement sur le territoire français? 
Tout cela peut paraître confus pour un cerveau franco-français mais ma démarche va au delà. Je n'ai pas besoin d'alibi. Il suffit de voir et d'entendre ce qu'il se passe en Somalie, en Arabie Saoudite, au Yemen, au Soudan, en Indonésie, en Iran et dans une moindre mesure en Algérie pour se rendre compte que le monde va mal et particulièrement le monde musulman. Il suffit de voir comment ces régimes d'obédiences religieuses traitent les femmes et les concitoyens.

Si la France avait un pouvoir politique catholique qui appliquait ses orientations religieuse vous seriez sans doute le premier à protester je le pense (avec du courage car il en faut pour affronter une dictature religieuse).
Par quel miracle donc, ce qui est tout à fait ignoble, ne le serait pas vraiment du fait que la religion pratiquée n'est pas le catholicisme?
Pourquoi réserver ses coups à des hommes qui défendent l'idée de la Liberté parce qu'ils ne raisonnent pas en bien-pensants qui considèrent que tous ce qui est occidental est, par définition, nuisible et entaché de soupçons. 

Pourquoi ce masochisme politique ?
Il y a,  et je le dis souvent, des français musulmans qui souhaitent vivre tranquillement leur religion. Je regrette qu'ils ne se manifestent pas contre l'islamofascisme qui est la négation de la liberté religieuse et de la Liberté tout court et singulièrement celle des femmes. Ces islamofascistes ont la volonté de prendre le pouvoir, partout où ils se trouvent, à plus ou moins long terme, afin d'appliquer une dictature. La pire de toute, une dictature religieuse.

Votre idée que cela ne serait pas possible en France est par trop naïve. L'Histoire des peuples et des religions démontre le contraire.
Bien à vous
Gérard Brazon

 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

dissertation methodology example 15/09/2009 10:19

Blogs are so informative where we get lots of information on any topic. Nice job keep it up!!

Gérard Brazon 17/09/2009 16:30


Il se trouve que je ne lis l'anglais de prés, ni de loin même sous la torture! Une vieille rancune tenace pendant des années et maintenant il est trop tard d'autant que je préfère la langue
espagnol et de loin!


Gérard Brazon 19/08/2009 18:58

Pour ce qui est du texte cité par vous: Je pourrai moi aussi faire un copié/collé d'un autre texte battant en brèche le votre! Mais quelle intérêt? Vous fatiguez le lecteur mon ami. Il a déjà fait le tour de votre personnage. Dormez tranquille monsieur l'anonyme ramiro!

Gérard Brazon 19/08/2009 18:54

Ah J'oubliais, même Caroline Fourrest subit votre damnation. Pourtant elle n'est pas de droite et de plus elle se revendique homosexuelle. Oui mais... elle combat l'obscurantisme, les cons en tout genre. Le monde est Rouge pour vous! Vous c'est Bakounine que vous aimez?

ramiro 19/08/2009 15:38

en ce qui concerne KONK
arrêtons les syllogismes.
En 1987 il DESSINAIT dans le Monde mais s'est fait viré précisément a cause de ses options politiques de plus en plus à droite (et proche de l'extrême droite). Après il me semble que vous publiez des dessins récents, tirés d'ouvrages édités dans des revues racistes et xénophobes...De fait il me semble que c'est cela qui fait de lui un dessinateur douteux...et non son passé.
Quant à Charlie je lui réserve le même sorts qu'à Fiammenta Vernner et Caroline Fourrest...dont nous avons déjà parlé sur le site de Laurent Méliz...il faut suivre, un peu...

ramiro 19/08/2009 15:32

un petit texte de Thomas Piketty directeur d'études à l'EHESS (Ecole des hautes études en sciences sociales)
ATTENTION Il s'agit d'un véritable universitaire et il n'a pas obtenu son diplôme au détour d'une rumeur colportée parle site d'extrême droite NOVOPRESS .


En France, on aime bien se décrire comme le pays de la laïcité militante, par exemple pour justifier le fait que nous soyons les seuls à faire une loi pour interdire le voile à l'école.

Tout n'est certes pas faux dans cette perception. Ce n'est pas en France que le président prêterait serment la main sur la Bible, et c'est bien la France qui est en pointe dans le combat contre la référence à l'héritage chrétien dans la Constitution de l'Europe, ce dont l'auteur de ces lignes est le premier à se réjouir.

Le problème est qu'une vision trop systématique du prétendu exceptionnalisme français en matière de laïcité sert souvent d'excuse pour éviter les vrais débats. Dans le domaine scolaire, le compromis que l'Etat français a passé avec l'Eglise est beaucoup plus nuancé que ce que l'on décrit parfois. C'est vrai pour ce qui concerne le financement par l'Etat des écoles religieuses, qui est particulièrement généreux en France. Dans le cadre de la loi Debré (1959), les écoles privées confessionnelles voient l'essentiel de leurs coûts pris en charge directement par le contribuable, pour peu qu'elles soient sous contrat avec l'Etat (ce qui, sans surprise, est le cas de 99 % d'entre elles). Il en va fort différemment dans de nombreux pays, par exemple aux Etats-Unis, où la forme historique particulière prise par la séparation de l'Eglise et de l'Etat interdit aux gouvernements et aux collectivités locales de financer les écoles privées, si bien qu'il n'y a jamais eu un dollar d'argent public dans les écoles confessionnelles américaines. Cette situation est d'ailleurs en passe de changer sous les coûts de butoir des républicains emmenés par George Bush, qui, convaincus des vertus intrinsèques des établissements privés et de leur trop faible développement aux Etats-Unis (à peine plus de 10 % des élèves du primaire et du secondaire sont scolarisés dans des écoles privées outre-Atlantique, contre près de 20 % en France, et 15 % dans l'UE), entendent développer les mécanismes de «vouchers» (chèques éducation) permettant aux parents d'apporter leurs impôts à l'école privée de leur choix.

Au-delà de cette réalité sonnante et trébuchante, rappelons que la France est le seul pays qui ferme ses écoles un jour par semaine pour laisser la place à l'éducation religieuse. C'était tout du moins la justification historique du jeudi (puis du mercredi) sans école, ce que le lobby catholique n'a pas manqué de rappeler à Bertrand Delanoë lorsque ce dernier a tenté en 2002 (sans succès) de mettre fin à cet héritage et d'ouvrir les écoles le mercredi. L'échec de Delanoë est d'autant plus regrettable que le mercredi chômé constitue également une forte pression à l'encontre des mères qui souhaitent mener une carrière professionnelle égale à celle des hommes et prive les enfants défavorisés d'une prise en charge collective décente.

Tout cela ne démontre évidemment pas que la France aurait tort d'être le seul pays à interdire le voile. Simplement, on ne peut sérieusement justifier cette décision en se contentant d'évoquer l'exceptionnalité de notre sentiment laïque. On pourrait évoquer, en guise d'explication, une autre exception française, à savoir la très violente réaction de rejet anti-immigrés observée en France depuis vingt ans, telle qu'elle se manifeste notamment par le maintien du vote Front national au niveau que l'on connaît. De toute évidence, la loi antivoile est, au moins en partie, une opération politique, peu surprenante au demeurant quand on connaît l'opportunisme légendaire de notre président. Dans un pays où les deux tiers de la population considèrent qu'il y a trop d'immigrés, on court peu de risques d'être impopulaire en faisant une loi contre le voile.

Pour sortir de ce débat trop chargé sur l'exceptionnalité française, la discussion devrait se concentrer sur la seule question importante, qui est avant tout une question empirique. Combien de jeunes filles vont être sauvées par la loi, dans le sens où elle leur permettra de résister aux pressions masculines visant à leur faire porter le voile, et combien de jeunes filles vont, au contraire, se radicaliser face à une loi qu'elles ne manqueront pas d'interpréter comme une loi anti-islam, les poussant par exemple à s'approprier encore d'avantage le choix régressif du voile ou à rejoindre l'enseignement privé ? Il ne fait guère de doute que les deux situations existent, mais on semble savoir bien peu de chose sur leur importance relative. On peut tout à fait imaginer que la France, parce qu'elle compte la minorité musulmane la plus importante d'Europe, se trouve dans la situation d'être le premier pays à constater que le cas du voile subi et de la loi salvatrice est sur le point de devenir prédominant. Dans ce cas, la loi fera plus de bien que de mal. Mais l'hypothèse selon laquelle nous serions aujourd'hui dans cette situation reste à démontrer. Et on est en droit de se demander si les quelques auditions réalisées par la Commission Stasi ont véritablement permis de faire progresser nos connaissances sur cette question sociologique complexe.

Gérard Brazon 19/08/2009 14:22

Vous vous énervez inutilement et et vos propos deviennent limites. Je suis un défenseur de la laîcité et non un "laîcard" Gardez votre calme.

ramiro 19/08/2009 09:39

Et vous le Laicard de choc qu'est ce que vous pensez de cela ?
Nous ne sommes pas en 1910 mais en 2009...cent ans...
Vous qui êtes membre de l'UMP et laicard en carton pâte...pourquoi n'écrivez vous pas à votre président (ou mieux ne demandez vous pas a votre députée de présenter un projet de loi ?

Dans son discours au palais du Latran, Le Président de la République Nicolas Sarkozy a évoqué deux fois le rôle de l’Église catholique dans l’enseignement supérieur : « Aujourd’hui encore, la République maintient les congrégations sous une forme de tutelle, refuse de reconnaître un caractère cultuel à l’action caritative ou aux moyens de communication des Églises, répugne à reconnaître la valeur des diplômes délivrés dans les établissements d’enseignement supérieur catholique alors que la Convention de Bologne le prévoit, n’accorde aucune valeur aux diplômes de théologie. »

« … Partout où vous agirez, dans les banlieues, dans les institutions, auprès des jeunes, dans le dialogue interreligieux, dans les universités, je vous soutiendrai. La France a besoin de votre générosité, de votre courage, de votre espérance. »

Nicolas Sarkozy fait explicitement référence au processus de Bologne, instauré par l’Union européenne et inspirateur des deux réformes les plus récentes de l’Université française : le LMD (Licence-Master-Doctorat) et la LRU (Loi de Rénovation des Universités impliquant leur autonomie renforcée). Le processus de Bologne est effectivement contraire à l’esprit laïque et républicain de l’institution universitaire française, ignorant purement et simplement toute distinction entre les formes d’enseignement supérieur, publiques ou privées, confessionnelles ou non.

Cet appel à la reconnaissance des diplômes supérieurs privés catholiques (ou d’autres religions) est contraire à la loi de séparation des Églises et de l’État (1905), mais également des plus anciens fondements de l’Université Française : son institution (1808) posant en principe le monopole de la collation des grades universitaires par l’État, restauré et réaffirmé par la loi de 1880 corrigeant la loi de 1875.

Loi du 18 mars 1880 relative à la liberté de l’enseignement supérieur :

Article premier

« Les examens et épreuves pratiques qui déterminent la collation des grades ne peuvent être subis que devant les facultés de l’État. »

Article 4

« Les établissements libres d’enseignement supérieur ne pourront, en aucun cas, prendre le titre d’universités. Les certificats d’études qu’on y jugera à propos de décerner aux élèves ne pourront porter les titres de baccalauréat, de licence ou de doctorat. »

Ce principe du monopole de la collation des grades est inscrit également dans le code de l’Éducation (Article L.613-1, loi de 1984) : « L’État a le monopole de la collation des grades et des titres universitaires. »

Une interprétation libre et malheureusement possible des deux lois citées plus haut (LMD, LRU) pourrait remettre en cause ce monopole historique. Pour autant, ce principe est toujours inscrit et dans la loi, et surtout dans l’esprit même de l’institution universitaire, issue d’une volonté de soustraire l’enseignement supérieur à l’empreinte cléricale lors de la Révolution française.

Pour tout libre penseur, il est donc impensable que les établissements d’enseignement supérieur religieux privés puissent avoir le droit de délivrer les grades universitaires. La loi précise par ailleurs que nul établissement privé ne peut se donner le titre d’Université.

La séparation des Églises et de l’État rend également impossible la reconnaissance de grades ou diplômes d’état décernés par telle ou telle Églises ou confession.

Tout particulièrement, la théologie, en ce qu’elle est par définition matière religieuse, ne peut être enseignée à l’Université publique. Elle n’est pas – au contraire de l’histoire et de la sociologie des religions – matière universitaire. Les chaires de théologie catholiques furent abolies en 1886, celles de théologie protestante en 1905. Les facultés de théologie sont extérieures à l’Université en raison de leur nature uniquement confessionnelle. L’exception représentée par les UFR de théologie et sciences religieuses de Strasbourg n’est possible que grâce à la persistance du statut concordataire des départements d’Alsace-Moselle dont la Libre Pensée demande l’abrogation. De même, nous avons réaffirmé lors de nos congrès, la demande de suppression des CAPES de religion, institués dans ces mêmes départements. En tout état de cause, ces exceptions ne sauraient être étendues à la nation entière.

Par ailleurs, le monopole de la collation des grades met la France relativement à l’abri des errements que l’on connaît aux États-Unis à propos du créationnisme. Dans ce pays, les facultés religieuses délivrent des diplômes sanctifiant « la création du monde en six jours ». Ces diplômes sont reconnus comme ceux délivrés par les Universités publiques. En France, cela est encore impossible. Est-ce avec cela que le Président de la République veut en finir ?

Gérard Brazon 19/08/2009 14:37


Donc, si KONK écrivait dans le Le Monde en 1987, c'est que le Monde était un journal d'extrême droite? Comment expliquez-vous qu'un dessinateur ayant travaillé pour le Monde, le Matin de
Paris(socialiste) à l'évenement du jeudi de Jean François Khann, au Figaro je crois et à Minute subissent votre courroux! Le dessin humoristique serait-il condamnables également. Les caricatures de
mahomed repris par Charlie Hebdo seraient fascisant également?
Dans quel pays souhaitait vous vivre? Quels dessins trouvent grâce à vos yeux? Bisounours! C'est affligeant.


ramiro 19/08/2009 09:31

Konk ne publie plus dans le Monde depuis 1987. Depuis cette date il publie exclusivement pour la presse de droite et surtout d'extrême droite.

ramiro 18/08/2009 11:09

D'une manière générale je réponds au sujet des liens entre Valeurs actuelles et l'extrême droite et d'Ivon Rioufol sur le site de Laurent Méliz

(au fait, les dessins illistrant votre article sont-ils bien tirés des oeuvres de KONK le dessinateur attitré de Minute le journal d'extrême droite ?)

voici la réponse faite quant à l'islamophobie et le racisme que cela masque.

D'une manière générale je continue de penser que vous êtes un individu qui cache son racisme derrière une haine compulsive des Arabes et de tout ce que vous pensez connaitre de la culture musulmane. Palestine, Soudan, Chrétien d'Irak il est quand même étonnant que votre seul centre d'intéret (oserai-je dire obsession) relève toujours d'une vision qui oppose, en des termes religieux, les musulmans au reste du monde.
Ce qui est criticable chez vous c'est que vous passiez tout au crible d'une lecture bipolaire, qui fonde sa rationalité sur un syllogisme basique: « Islam = non intégration + violence + antisémitisme ».

Ce qui est criticable chez vous c'est que vous ne faites pas de politique mais que vous vous contentez d'annoner cette tsourate délirante et que vous l'appliquez en toutes circonstances.
Une femme lapidée au Soudan = l'Islam est intrainsèquement violent
Une guerre fratricide en Palestine = l'Islam est fondamentalement belliciste
Des troubles en banlieue = l'Islam est criminogène
etc...etc...

Bref...votre vision binaire ne se fonde que sur une vision parcelaire de l'histoire et au lieu de vous attacher à l'analyser correctement vous en faites un usage politique qui dresse les français les uns contre les autres.
Au lieu d'analyser des phénomènes sociaux, certes inquiétants, mais sommes toutes pas aussi dangereux que vous l'affirmez pour nos sociétés, vous vous complaisez dans la discussion de café du commerce.
Votre manque de sérieux et votre vision délirante de l'islam fait de vous un islamophobe au sens premier du terme. " Phobie " vient du mot grec " phobos " qui signifie fuite (due à la panique), d’où un effroi, une peur intense et irraisonnée. C’est ce caractère " irraisonné " que met en avant le terme " islamophobie ", et non une critique rationnelle.

Jamais vous ne parlez de géo-politique, des phénomène d'intégrisme et de politisation des mouvements religieux. Le 11 septembre, la guerre en Afganistan, le conflit Israelo-palestinien sont des conflits politiques et non religieux. Ils sont le fait de fanatiques qui parlent au nom de l'Islam alors que rien ne les y autorise. Ils sont minoritaire et condamnés par le reste de leurs coreligionnaires de France.

Vous qui voyez (avec un certain regard complotiste) une unité et une solidarité entre musulmans savez vous, par exemple, combien de musulmans de France ont refusé de condamner les attentats de New York dans les sondages de l’époque ?

4 % (Voir le dossier dans Le Monde, 4 octobre 2001). D’ailleurs ce n’est pas nouveau, on avait observé les mêmes inscriptions en soutien à Saddam Hussein en 1991, lors de la première guerre du Golfe, accompagné de la même dramatisation. A l’époque, des sources policières (les RG) redoutaient, pour ces raisons, une explosion des quartiers concentrant les populations musulmanes. Rien de tel ne se produisit. Hasard chanceux ? Point du tout. Les recherches menées par la suite sur les opinions des populations arabes ou musulmanes de France ont montré que, si la grande majorité de ces personnes a désapprouvé cette guerre, elles n’en ont pas pour autant épousé la cause du président irakien, ni souhaité l’extension du conflit au-delà de l’Irak et du Koweït. Leur opinion n’était donc qu’en partie spécifique et pas fondamentalement différente de celle de la plupart des autres citoyens français. Mais, comme d’habitude, le comportement d’une toute petite minorité de provocateurs a suffit à stigmatiser et jeter l’opprobre et le soupçon sur « les Arabes » ou « les Musulmans » et à accabler les classes populaires.

Voilà pourquoi votre discours est condamnable: il manipule la réalité et ne se fonde sur rien d'avéré. Il est politique est réactive les pires sentiments qu'il puisse exister. Alors je vous le concède, vous n'êtes pas raciste...le racisme est tellement difficile a défendre de nos jours...Vous n'êtes pas lepeniste...Le pen est tellement infréquentable...Vous n'êtes pas fasciste....Le fascisme n'existe plus et on a même expliquer a tout le monde qu'il s'agissaite de populisme et non d'extrême droite.

Vous êtes un sarkozyste type...avec votre petit impensé colonialiste, avec votre vision du monde ethnocentriste, avec votre attitude respectable de bon républicain laicard et vous tapez sur l'Islam (chose floue) qui en réalité englobe tous ce qui a vos yeux ne relève pas de votre vision étriquée du monde, de l'Occident.

Pour en savoir plus sur le concept d'islamophobie je conseille aux lecteurs de ce blog cet article du sociologue Laurent Mucchielli (qui lui existe vraiment cher Monsieur Brazon)

laurent.mucchielli.free.fr/Docs/L'islamophobie.doc

Gérard Brazon 18/08/2009 15:30


Dont acte! Je ne vous ai pas convaincu et je m'en doutais. Vous avez votre opinion et je la respecte. Pour ma part je vous ai dit que vous étiez un gentil naïf, un de ceux que Lénine appelait
'idiots utiles", non pas que je vous trouve idiot car ce n'est pas le cas mais simplement un de ceux que des partis politiques ou autres groupes utilisent pour faire passer des messages ou servir
de courroie de transmission.(de l'Internationnal socialiste de Moscou jusqu'à porteurs de valises pour le FLN) Avec toute la réelle  sincérité requise. Pour ma part, je considère qu'il faut
être vigilant. Avoir l'oeil ouvert et ne pas être une sentinelle endormie.
Je crois très sincèrement que le Monde est bien plus dangereux et que l'islamisme intégriste fait partie de ce monde dangereux. Je ne soupçonne pas tous les musulmans par définition (je l'ai
souvent dit dans mes notes) mais je m'attache à la Laïcité à la Française comme un rempart qui protégera tous les français de toutes confessions y compris et surtout les femmes. C'est pourquoi je
serai véritablement agressif envers toutes tentatives de prises d'influence d'un groupe religieux. Même si c'est l'islam et si je dois passer pour ça pour un islamophobe. L'islam est pour moi
qu'une religion comme une autre. rien de plus, rien de moins. Des femmes et des hommes ont besoin de croire en un dieu! Que m'importe lequel du moment que cela ne remet pas en cause les droits de
l'homme et d'expression de sa liberté de penser et de vivre comme bon lui semble.
Quant à Konk il fût également au Monde et dans d'autres journaux de gauche d'ailleurs. Serait-il pour autant socialiste, fasciste et racistes. Nous pourrions ouvrir un débat sur les dessinateurs de
Marianne ou de Charlie Hebdo voire d'autres. Donc selon vous, il y a des dessins qui ne devraient pas êtres repris ni même vu. Curieux cette manière de faire de la politique.
Sur ma pseudo islamophobie. Je pense que j'aurais bouffer du Curé en 1900. En fait c'est l'exigence religieuse qui me fait hurler. Comme celle que j'ai entendu aujourd'hui sur RMC de demander le
remboursement de la circoncision par la Sécurité Sociale.


Guy Dutron 18/08/2009 01:00

Ce n'est pas mon cas même si j'allume souvent Ratzinger sur ce blog !! Je suis athée mais parfaitement tolérant envers toutes les croyances ; en revanche, je suis contre TOUS les cléricalismes !!
- Le problème ce n'est pas le catholicisme c'est qu'il c'est doté d'un pape extrême
- Le problème, ce n'est pas l'Islam mais les Islamismes qu'ils soient salafiste ou de type Hamas
- Le problème, ce n'est pas le judaïsme mais son utilisation par la droite et l'extrême droite israélienne y compris dans ses relais en France. On n'a plus le droit de critiquer la politique d'Israël sans se faire accuser d'antisémitisme ...etc

"une gauche qui n’a toujours pas compris que le monde avait changé."
Ho, que si elle l'a compris ...notamment le PS ; c'est même pour cette raison que je l'ai quitté ! J'y ai passé 32 ans dont 15 ans dans les Hauts de Seine ....Je fus élu de Bagneux ; je me suis opposé à la conquête d'Antony par Devedjian ...A l'époque, au moment des élections (1973), 40 à 50 nervis d'Ordre Nouveau débarquaient sur le marché de Bagneux en tenue para-militaire et au pas cadencé ...Je veux bien qu'on change ...Je n'y crois pas !!!!!
On se recycle, c'est tout !

S'agissant du PS, il a abdiqué tout combat idéologique. Objectivement, il est maintenant dans votre camp et, de plus, affaibli !! Cela devrait vous arranger !!

Non, Monsieur Brazon, le monde n'a pas changé ...La situation s'est aggravée !!

La crise que nous vivions aujourd'hui, c'est la crise du néolibéralisme et de la mondialisation/globalisation financière qu'il a mise en place. Cette crise n'est pas derrière nous comme nous le serine notre Lagarde Nationale !! Elle est bel et bien devant nous. Je suis un ancien cadre supérieur de la Caisse des Dépôts et je travaille l'économie depuis 25 ans.
En mars 2008, j'annonçais cette crise et, depuis, des dizaines d'articles de ce blog l'expliquent....l'une d'entre-eux résume ce travail, je vous l'envoie, sans espoir de vous convaincre.

Je me situe maintenant à la gauche de la gauche parce que je n'abdiquerai jamais ce que je crois et qui est corroboré par les faits. Maintenant, à 64 ans, je lutte toujours, ce n'est plus pour moi ...mes utopies, je sais que je ne les connaîtrai pas.

Je me bats parce que j'ai 4 petits enfants, qu'ils auront 50 ans dans les années 2050 et que je ne veux pas, pour eux, du monde que je vois se construire sous mes yeux.

Je me bats aussi en écrivant mes petits bouquins (voir mon site "chez Guy Dutron écrivain" ) , en animant ce blog et de mille manières.

Vous savez, je milite depuis près de 50 ans ...En 1960, à 15 ans, j'aidais le FLN a conquérir l'indépendance de l'Algérie.
Je n'ai pas renié mes 15 ans et ne les renierai jamais. J'ai tout connu des turpitudes de tous les partis ! Du Gaullisme à la Gauche !! Je ne croirais plus jamais aucun discours, y compris dans mon camp ...Seuls les actes parlent.
C'est votre mentor Pasqua, je crois qui disait que les promesses sont faites pour ceux qui les croient ...C'est mon seul point d'accord avec ce vieux requin
Je vous livre un échantillon de ma modeste contribution qui reprend 24 articles de notre blog du Hainaut
Sur la crise financière puis la crise économique, qui vous a dit et vous dit encore la vérité ? Un an du « roman » de la crise !!

Moussa Gh 17/08/2009 22:28

Bon courage mon ami ton combat est correct. En esperant se voir tres bientot
Amitiés
Moussa

Laurence Th 17/08/2009 22:26

Bonjour Gérard—

Bravo ! ! ! Ayant suivi votre blog assez long temps, il faut que vous sachiez que je n’ai jamais pensé que vous êtes mené par la haine. Jamais.
Laurence